Appel au prochain sommet africain à annuler la décision d'adhésion de l'entité sioniste à l'UA    Ronaldo mécontent contre un site qui a sous estimé sa valeur marchande    CAN 2021 : Les Comores consternés par les sanctions de la CAF    Deux militaires tombent au champ d'honneur sur la bande frontalière Hassi Tiririne à In Guezzam    Coronavirus: 1870 nouveaux cas,1055 guérisons et 6 décès    Championnat d'Algérie de jeux d'échecs: Benamar Sihem et Alaeddine Boularnes sacrés    L'Equipe, un quotidien sportif sous influence de la perfidie marocaine    Recueillement à la mémoire de Benhamouda à l'occasion du 25e anniversaire de son assassinat    Sommet ouest-africain pour évoquer la crise au Burkina Faso    Coupe du monde des clubs : un trio d'arbitre algériens retenu pour le rendez-vous des Emirats arabes unis    Drogue: plus de 6.700 toxicomanes pris en charge durant le 1er semestre 2021    Secousse tellurique de magnitude 3,7 à Médéa    Ces deux pistes qui font réfléchir Mehdi Zerkane    Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Une politique difficile à mettre en œuvre    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    L'Algérie envoie une troisième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    «Le pays est toujours ciblé»    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Il nous faut une ouverture vers l'ailleurs"
Amar lounas jongle entre architecture et culture
Publié dans Liberté le 27 - 11 - 2021

Constat : l'image des immigrés projetée par des médias européens n'est souvent pas conforme à la réalité. En insistant sur les jeunes paumés des "quartiers" et des "cités", on occulte ceux qui se forgent un chemin de réussite à force de travail, de sérieux et de détermination. Il faut dire qu'en Europe, la notion de compétence est primordiale et, très souvent, ceux qui méritent la réussite l'obtiennent.
Aujourd'hui, nous évoquerons le profil d'Amar Lounas, architecte de formation qui active dans son domaine, mais aussi dans l'univers culturel en général, à la fois en France et en Algérie. Natif des Aït Koufi, à Boghni, il a fréquenté le lycée technique de cette ville, avant de suivre les cours de technologie à l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou. Il intègre ensuite l'Ecole spéciale des travaux publics de Paris, puis l'Ecole supérieure d'architecture de Paris-La-Villette où il obtient le diplôme d'architecte-urbaniste. Très actif, il fonde l'agence À Architecture qui exerce aussi bien à Paris qu'à Alger. Pour l'avoir rencontré dans différents séminaires et conférences, nous savons qu'Amar Lounas n'hésite pas à sortir de son cadre professionnel pour participer à des activités d'intérêt général, culturelles, sociales et économiques. Ainsi, il participe en 2018 à l'ouvrage collectif qui a rassemblé les "actes du colloque des professionnels de la santé mentale" exerçant en Algérie et une quarantaine de psychanalystes et un architecte venus de France. Selon lui, ce travail se situe "entre passé et avenir, en montrant que l'homme se trouve entre ce qui vient du passé et ce qui va advenir.
Autrement dit, l'homme se trouve dans une brèche qui est le présent vécu et c'est dans cette brèche que pousse la fleur de la liberté". Comme le disait René Char, ajoute-t-il, "notre héritage n'est précédé d'aucun testament". L'architecte algérien a également participé à "Jetée à pierres perdues, d'Alger et d'ailleurs", dans les Cahiers dessinés en novembre 2019. L'ouvrage s'accompagne des textes d'Amar Lounas, de Wassila Tamzali, Véronique Beucler, Julie Bouvard, Maya Ouabadi... avec des collaborations artistiques de Hichem Merouche, Sofiane Zouggar, Adel Bentounsi, Feriel Gasmi Issiakhem et bien d'autres.
Amar Lounas a effectué un travail de recherche sur l'architecture de terre en Algérie, suivi de plusieurs conférences en lien avec l'habitat, comme il a participé à des expositions, en 2011 et 2012, au Festival international terre et argile de Tlemcen. Il a également exposé à l'hôtel El-Aurassi pour le compte de la Société algérienne de rhumatologie en 2014. Amar Lounas vit en France et garde un lien très fort avec l'Algérie : "C'est la dette symbolique que l'on contracte dès la naissance, nous sommes habités par ces lieux et ces atmosphères indescriptibles", affirme-t-il. Lorsqu'on aborde le sujet de l'architecture en Algérie, il a ces mots : "Sujet très complexe quant à ce qui se fait en Algérie en termes d'architecture et d'urbanisme.
D'abord, Il nous faut une ouverture vers l'ailleurs ; ensuite, il nous faudra des volontés politiques qui s'appuieraient sur un savoir-faire et une immense culture." Même en France, l'architecture est en perte par rapport à ce qui la fonde, le savoir-faire. "Le maître d'œuvre, ou l'architecte, doit laisser place à son œuvre et non pas le contraire. Or, aujourd'hui, on assiste à une 'starification' des architectes... par conséquent, l'architecture perd en qualité." Celui qui participe souvent à des concours nationaux et internationaux d'architecture (Corée du Sud, Arabie saoudite, France et Algérie), conclut : "J'emprunte volontairement cette phrase de Jean-Luc Godart pour expliciter mon point de vue : 'La plupart des réalisateurs et les trois quarts des gens qui reçoivent aujourd'hui des prix à Berlin n'utilisent la caméra que pour exister, et non pour voir quelque chose que l'on ne verrait pas sans elle' – de la même manière qu'un scientifique ne pourrait voir certaines choses sans son microscope ou un astronome certaines étoiles sans son télescope." À méditer.

ALI BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.