Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Celui qui veut l'Algérie doit vouloir ses villages
L'Autre Algérie
Publié dans Liberté le 02 - 12 - 2021


Par : Kamel DAOUD
Ecrivain
Pourquoi ceux qui veulent faire de la politique, en jouer, se faire passer pour elle ou en rêvent ne vont presque jamais dans les villages algériens pour parler, prêcher ou écouter ? Trop loin peut-être : Alger est située dans un pays et le pays, c'est le dos d'Alger. Trop salissant ? Ne soyons pas de mauvaise foi ou trop franc. Ou peut-être trop coûteux : prendre un taxi pour aller vers nulle part, alors qu'Alger c'est toute l'Algérie ? Pourquoi parler à des gens qui ne vivent pas le même pays que nous et nos convictions ? On peut parler en leur nom, ça coûte moins et ça fatigue moins. On peut aussi dire que "le régime nous l'interdit". C'est à moitié vrai : quand on veut changer un pays, on doit au moins commencer par changer de quartiers et d'habitudes, même avec risque. Sinon, on se fait boulanger.
De presque tous les politiciens qui ont agité l'histoire immédiate du pays, peu ont fait le trajet pieds nus, à la Ghandi, village par village, café par café. On préfère le communiqué à la poussière, l'analyse à l'effort, Twitter à la rencontre ou se prendre en selfie à Alger pour s'accouder à toute l'Algérie. Le reste du pays ? Ce sont les restes d'un pays. On se scandalise, bien sûr, quand on se fait rappeler à cette obligation de rencontrer les Algériens pour pouvoir changer l'Algérie. Tout ne se passe-t-il pas sur Facebook et à Alger et entre les membres de sa secte médiatique ou politique ? Pourquoi alors prendre le bus ? De tous, il n'y a que Rachid Nekkaz qui en a saisi l'importance et a vécu la houle formidable : sans idées réelles, populiste, moqueur et moqué, il sut cependant montrer une voie et incarner une menace pour l'"ordre" : celui qui veut l'Algérie doit vouloir ses villages, y aller, y partager le vide et le plein.
S'agiter à Alger, c'est agiter les médias et les ambassades, pas la terre.Mais cette paralysie du corps opposant, cette immobilité du leadership politique trop urbain touche presque à tout et au journalisme aussi. Reportage ? Enquête ? Vérification d'informations ? Remontée aux sources ? Pourquoi le faire ? C'est le travail de Facebook. Pourquoi aller en Algérie quand Alger est sous sa fenêtre ? Les villages sont faits pour qu'on s'en revendique, pas pour qu'on y habite, non ? Et c'est tout le malheur opposant en Algérie et sa petitesse narcissique : tant qu'on laisse les villages aux conservateurs et aux petits Allah islamistes, le pays ne changera pas, votera FLN et croira que la pluie est une prière et que le temps est un cerceau.
Le régime de Bouteflika est tombé parce que "les restes du pays" ont manifesté, pas sa capitale. La capitale est une zone autonome qui ne menace que par le scandale médiatique, pas par le rapport de force. Rien ne changera tant que "le reste du pays" ne sera pas vu comme le pays véritable et rien ne pourra convaincre "le reste du pays" de vous suivre si on ne mise pas son corps, son dos, ses mains et qu'on ne partage pas le froid et la prudence.
Rien ne changera tant qu'on aura deux pays : celui du selfie urbain, opposants victimaires, et celui de ceux qui ne prennent pas de selfies pour se croire vivants. C'est un brillant jeune acteur algérien qui a trouvé la plus belle image : "Dans les villes algériennes, on a affaire au béton ; dans les villages, on touche à la terre, ce ne sont pas les mêmes matières." Et donc pas les mêmes convictions. En "ville" – la ville abstraite, concept, le Alger absolu de l'hypercentre d'Alger, selon un autre ami –, la certitude est mode, la conviction non négociable, la croyance que l'on tient quelque chose dans la main que les autres n'ont pas, la certitude qu'on a raison, la froideur, la dureté, la hâte (comme la pierre qui tombe sans délai d'entre les mains), les visages qui imitent les façades, les odeurs de renfermé, le manque d'indications sur les lieux, la parenté réduite à des numéros de téléphone et des jalousies et la peur de glisser car la pierre n'attache pas. Dans le reste du pays ? La terre est meuble, négocie sa forme avec votre main, se creuse, abrite ou protège, enrichit car elle vous appartient et vous lui appartenez avant la naissance. La terre relativise car elle est en proie aux cycles et aux saisons, contrairement à la pierre. On ne croit pas à la vérité unique, mais à la généalogie ; pour la posséder, il suffit de se lever tôt ou de s'y allonger.
Contrairement au béton. La terre reste humble et les siens aussi : la vie y est dure, mais ce n'est pas la dureté du béton. On y reconnaît chacun car chaque visage est une poigné de terre différente, alors qu'en ville, le béton est le même : en chair, en os ou en piliers. On sait aussi mesurer dans les villages les grandes colères, le pouvoir, la puissance et ce qu'on peut faire ou pas.
Du coup, on y a le souci de la stabilité, du pain réel, et la méfiance envers la démolition et la hâte. On se méfie des grands mouvements d'eau, de foules ou d'opposition. Bien sûr, la religion en mange une bonne partie, mais la terre du village reste quand même large pour tous. Prudente. Si on veut changer le pays, il faut faire comme Nekkaz – mais en moins idiot, en plus intelligent, en proposant à la terre des récoltes et pas seulement des révoltes.
Voilà. Sinon, on peut rester à Alger et continuer à rêver du pouvoir à la place du Pouvoir en faisant croire qu'on rêve d'un pays et de démocratie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.