Paiement des amendes en contrepartie de la récupération du permis de conduire    Ligue 1 : Le live des matches de la 15e journée    Les efforts de l'Algérie dans la lutte contre le terrorisme dans la région sahélo-saharienne salués    L'Algérie envoie une deuxième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Une députée britannique affirme avoir été évincée du gouvernement car musulmane    Le Pr Kamel Djennouhat appelle à rendre accessible les tests antigéniques    Ameur Chafik en superviseur à la CAN-2021    Ce n'était pas mission impossible pour les Aigles de Carthage    L'Algérie participe avec plus de 600 ouvrages    Des chutes de neige sur les reliefs de l'Ouest à partir de demain mercredi    Le Brent à plus de 87 dollars    L'Algérie condamne les agressions répétées contre l'Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis    Les horaires de distribution réaménagés    Plus de 60 000 m2 pour abriter la première mini-zone d'activités    JSK-Royal Leopards reporté à jeudi    La CAF inflige à la FAF une amende de 5 000 dollars    Les Verts reprennent du service avec leurs clubs    Sellal écope de 5 ans de prison ferme et Metidji de 8 ans    La police recrute dans les nouvelles wilayas    Vers le dénouement !    Bruits de bottes aux portes de Kiev    Plusieurs arrêtés de fermeture signés par le wali de Jijel    Danger sur les non-vaccinés    Les notaires en colère    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Le Président Tebboune en visite de travail et de fraternité en Egypte    Des producteurs de lait s'en remettent au wali et au ministre    Victoire de l'ASMO devant le MC Saïda    Tayeb Mehiaoui livre ses «vérités»    La campagne de vaccination ne suscite pas d'engouement    Un homme apparemment déséquilibré fait 3 blessés dans un tram à Tunis    Un malheureux «chibani» à la croisée des chemins    Numérisation de 40 œuvres    Quarante millions d'entraîneurs pour aider Belmadi    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Un enfant blessé dans un effondrement partiel au centre ville: Les immeubles désaffectés squattés posent toujours problème    Eloge de l'amitié    Des juges qui ont le vertige...    «Les Algériens découvrent leur Sahara»    150000 quintaux produits à Oran    L'élan économique en sursis    Comment avoir les ripoux?    Les Emirats interceptent deux nouveaux missiles houthis    Plus de 150 morts dans l'assaut de l'EI    TAM renoue avec le tourisme    «Fouroulou était chacun de nous»    Ce patrimoine qu'on nous envie    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le dernier vol du colibri !
PIERRE RABHI EST DECEDE SAMEDI SOIR
Publié dans Liberté le 06 - 12 - 2021

Un jour, dit la légende amérindienne, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient, impuissants, le désastre. Seul le petit colibri s'activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu.
Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : "Colibri ! Tu n'es pas fou ? Ce n'est pas avec ces gouttes d'eau que tu vas éteindre le feu !" Et le colibri lui répondit : "Je le sais, mais je fais ma part." La légende était racontée par Pierre Rabhi qui s'est éteint samedi soir, à 83 ans. Lui, comme ce colibri, oiseau minuscule mais non moins fascinant, aura, sans l'ombre d'un doute, "fait sa part" de son vivant.
De ces hommes ayant consacré leur vie à œuvrer pour un monde en équilibre avec l'environnement, respectueux de la nature, Pierre Rabhi, inlassable humaniste, est devenu une référence mondiale dans ce combat pour la préservation de la terre nourricière, au moment où les bouleversements climatiques, avec l'indulgente main de l'homme, menacent sérieusement notre écosystème. Toute sa vie durant, il aura été, peut-on dire, la voix sage de la planète bleue.
Enfant prodige du désert algérien, de Kenadsa à Béchar, ce paysan, pionnier de l'agroécologie, écrivain, agriculteur, a marqué son temps d'une empreinte "verte" indélébile. Son père, forgeron, musicien et poète, le confie à l'âge de 5 ans à un couple de Français, un ingénieur et une institutrice venus travailler dans les houillères du Sud oranais dans son village natal. Avec ses parents d'adoption, le jeune Rabah quitte Kenadsa pour Oran, où il y suit deux années d'études secondaires.
À l'âge de 16 ou 17 ans, selon des sources, à Oran, Rabhi se convertit au christianisme. En 1960, il émigre en France, en Ardèche, pour s'y installer définitivement. À partir de là, Pierre Rabhi se consacrera corps et âme à la terre, et c'est au contact de la terre qu'il forgera un rapport apaisé et sain avec l'environnement.
Après avoir acquis un immense savoir agroécologique, il lança, en France et dans plusieurs régions du monde, en Afrique sahélienne et au Maghreb notamment, de nombreuses initiatives pour contribuer à l'autonomie et à la sécurité alimentaires des populations.
Sa vie durant, il a ainsi soutenu le développement de l'agroécologie à travers le monde, participant à la formation de milliers de paysans aux pratiques agricoles écologiques (centre de Gorom-Gorom au Burkina Faso, au Niger, au Togo, au Bénin, au Maroc, en Tunisie, en Palestine ou en Mauritanie).
Auteur d'une vingtaine d'ouvrages et de plusieurs dizaines de préfaces, il rencontre une vaste audience avec notamment son ouvrage Vers la Sobriété heureuse, où il prône la sobriété et le vivre en harmonie avec la nature. Pour des centaines de milliers de personnes, ce livre a été le début d'un chemin et un véritable éveil.

K. BENAMAR


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.