2e Séminaire régional pour les parlements africains: la délégation du Conseil de la nation souligne à Djibouti l'engagement de l'Algérie à développer les différents secteurs    Conférence africaine des start-up: adoption d'une feuille de route africaine constitutive de la coopération continentale    Les recettes de la fiscalité pétrolière représentent 41% du total des recettes budgétaire prévues pour 2023    Secousse tellurique de magnitude 4 degrés dans la wilaya de Blida    La "Tenue traditionnelle féminine de l'Est algérien", bientôt proposée pour l'inscription au patrimoine de l'humanité    De COP en COP !    Abderrahmane Hadef, économiste: L'Algérie a les atouts pour devenir un pays émergent    Ligue 1 (13ème journée): Deux derbies et un classico à l'affiche    Le chemin est encore long    Violences: Appel à protéger l'école    Tamanrasset: Trois morts dans une collision    Lutte contre les intoxications alimentaires: La commission d'hygiène communale d'Oran sévit    DGSN: Un réseau ciblant les enfants sur les réseaux sociaux démantelé    «Samahna si l'Hadj» !    La Libye invite les sociétés étrangères à reprendre exploration et production    Le Général d'Armée Chanegriha reçoit le Coordinateur américain du Conseil de Sécurité nationale, pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord    Le Qatar impressionne le monde    La Seleçao en mode Samba    Radioscopie d'un club détourné    Le FFS, un parti-rempart    Les leçons d'une opération    Propositions pour le nouveau Code de la commune    Un litige qui dure depuis 5 ans    Les élèves grelottent    L'incontournable numérisation    Le budget primitif en constante régression    L'Afrique se réunit à Oran    La communauté internationale salue l'accord de sortie de crise au Soudan    Un concert euphorique    Formation à l'improvisation théâtrale    L'humanité tragique au cœur du cinéma    Coronavirus: 9 nouveaux cas et aucun décès    Nécessité d'impliquer les startups dans le domaine du tri et du recyclage des déchets    L'Algérie nouvelle sous la conduite du Président Tebboune: une expérience pionnière de démocratie    Maroc: manifestations contre les arrestations des opposants et la détérioration des conditions sociales    Annaba: début jeudi des journées nationales du monodrame    Décès de l'ancien président de la LFP Mahfoud Kerbadj    L'Algérie condamne "fermement" le massacre perpétré en RD Congo    Tebboune reçoit les chefs des délégations    Soudan: la communauté internationale salue l'accord de sortie de crise    Ligue 1 Mobilis (13e J) : USMA-CRB à l'affiche, la JSK en quête de confirmation    11e Fica, le film "De nos frères blessés" présenté au public    Ligue 2 - ASM Oran: Les raisons d'un échec programmé    Algérie-Chine: Le partenariat stratégique global renforcé    Sari-Ali Hikmet au «Le Quotidien d'Oran»: «Chaque cheminant vers Dieu a son propre chemin»    «Je suis conscient des aspirations du peuple»    Cour constitutionnelle: «De grands pouvoirs et une soupape de sécurité pour l'Etat de droit»    Algérie-Jordanie: Des accords et des mémorandums d'entente signés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le dernier vol du colibri !
PIERRE RABHI EST DECEDE SAMEDI SOIR
Publié dans Liberté le 06 - 12 - 2021

Un jour, dit la légende amérindienne, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient, impuissants, le désastre. Seul le petit colibri s'activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu.
Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : "Colibri ! Tu n'es pas fou ? Ce n'est pas avec ces gouttes d'eau que tu vas éteindre le feu !" Et le colibri lui répondit : "Je le sais, mais je fais ma part." La légende était racontée par Pierre Rabhi qui s'est éteint samedi soir, à 83 ans. Lui, comme ce colibri, oiseau minuscule mais non moins fascinant, aura, sans l'ombre d'un doute, "fait sa part" de son vivant.
De ces hommes ayant consacré leur vie à œuvrer pour un monde en équilibre avec l'environnement, respectueux de la nature, Pierre Rabhi, inlassable humaniste, est devenu une référence mondiale dans ce combat pour la préservation de la terre nourricière, au moment où les bouleversements climatiques, avec l'indulgente main de l'homme, menacent sérieusement notre écosystème. Toute sa vie durant, il aura été, peut-on dire, la voix sage de la planète bleue.
Enfant prodige du désert algérien, de Kenadsa à Béchar, ce paysan, pionnier de l'agroécologie, écrivain, agriculteur, a marqué son temps d'une empreinte "verte" indélébile. Son père, forgeron, musicien et poète, le confie à l'âge de 5 ans à un couple de Français, un ingénieur et une institutrice venus travailler dans les houillères du Sud oranais dans son village natal. Avec ses parents d'adoption, le jeune Rabah quitte Kenadsa pour Oran, où il y suit deux années d'études secondaires.
À l'âge de 16 ou 17 ans, selon des sources, à Oran, Rabhi se convertit au christianisme. En 1960, il émigre en France, en Ardèche, pour s'y installer définitivement. À partir de là, Pierre Rabhi se consacrera corps et âme à la terre, et c'est au contact de la terre qu'il forgera un rapport apaisé et sain avec l'environnement.
Après avoir acquis un immense savoir agroécologique, il lança, en France et dans plusieurs régions du monde, en Afrique sahélienne et au Maghreb notamment, de nombreuses initiatives pour contribuer à l'autonomie et à la sécurité alimentaires des populations.
Sa vie durant, il a ainsi soutenu le développement de l'agroécologie à travers le monde, participant à la formation de milliers de paysans aux pratiques agricoles écologiques (centre de Gorom-Gorom au Burkina Faso, au Niger, au Togo, au Bénin, au Maroc, en Tunisie, en Palestine ou en Mauritanie).
Auteur d'une vingtaine d'ouvrages et de plusieurs dizaines de préfaces, il rencontre une vaste audience avec notamment son ouvrage Vers la Sobriété heureuse, où il prône la sobriété et le vivre en harmonie avec la nature. Pour des centaines de milliers de personnes, ce livre a été le début d'un chemin et un véritable éveil.

K. BENAMAR


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.