Contrôle commercial: Plus de 145.000 affaires devant la justice en 2021    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle (DAIP): Plus de 2.500 bénéficiaires titularisés dans leurs postes d'emploi    Diplomatie olympique    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    Suite à un «raz-de-marée» de contaminations dans les universités: Suspension des cours en présentiel jusqu'au 29 janvier    Affaire de l'escroquerie d'étudiants algériens: 11 mis en cause placés en détention    Covid-19 : une urgence nationale    «Dhakhira» Implosée    L'UA adopte le «plan Tebboune»    Pas avant le ramadhan    L'ANP trône sur le Maghreb    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Les Verts se projettent sur le Qatar    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Le nouveau challenge de Nasri    N'est pas influenceur qui veut!    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Bouslimani affiche ses intentions    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Mohamed Chafaa n'est plus    Algérie : Le Roy explique le fiasco    Oran: décès du moudjahid et chef d'entreprise Cherif Athmane    Diplomate sahraoui: l'occupant marocain essuie un nouveau revers    Crise malienne: l'Union africaine salue et soutient l'initiative du Président Tebboune    19 joueurs de l'EN ont quitté Douala pour rejoindre leurs clubs    Abderrezak Sebgag: "L'élimination de la sélection algérienne ne diminue en rien de sa valeur"    Maroc : craintes d'une aggravation de l'endettement des ménages    Libye: début de réunification de la banque centrale    Le décret exécutif fixant les missions de la CRTF publié dans le Journal officiel    Le wali d'Alger prend des mesures préventives contre la propagation du Coronavirus    Covid-19 : l'affluence sur le dépistage pourrait briser la chaîne de transmission du virus    L'Hôpital militaire universitaire d'Oran unique à l'échelle nationale et arabe à pratiquer la chirurgie mini invasive    Le Mali veut réviser ses accords de défense avec la France    Khalida Toumi, une femme à bout...    503 dossiers de candidature déposés    Le procès en appel de Hamel reporté au 9 février    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Plus de 80 auteurs maintenus au concours littéraire Mohammed-Dib dans sa 8e édition    La pièce Habibi : une synergie à trois voix pour dénoncer les violences de genre    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    Il y a soixante huit ans naissait la Révolution algérienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'écrivain Pierre Rabhi n'est plus
Originaire d'Algérie
Publié dans L'Expression le 06 - 12 - 2021

L'écrivain, d'origine algérienne, Pierre Rahbi est décédé samedi à l'âge de 83 ans. Ecrivain, philosophe, figure de proue de l'agro-écologie, Pierre Rabhi est décédé des suites d'une hémorragie cérébrale. Il est l'auteur du célèbre essai intitulé «Vers une sobriété heureuse», paru en 2013, qui a été vendu à près d'un demi-million d'exemplaires.
L'écrivain Pierre Rabhi a vu le jour à Kenadsa, à 22 kilomètres à l'ouest de Béchar en Algérie. C'est un homme de culture et défenseur de la nature et de l'environnement, exceptionnel et unique. Il ne s'est pas limité à plaider sa cause par sa plume uniquement. Mais il l'a fait également par les actes. Il s'est battu inlassablement pour la préservation de la nature et cela, durant toute sa vie, grâce à ses actions innombrables dans ce sens.
Pierre Rabhi a été le fondateur du mouvement Colibris. Le petit Pierre Rabhi vécut d'abord à Kenadsa avant de s'installer avec sa famille adoptive à Oran. Arrivé en France, Pierre Rabhi se lança vite dans la critique de la vie moderne caractérisée par une industrialisation excessive et démesurée, selon lui. Il opte pour une existence naturelle très proche de la terre et de l'agriculture.
Terre et humanisme
Afin de concrétiser son rêve, il met en place une association au début des années 90. Il s'agit de l'association «Terre et humanisme». Son objectif consistait à promouvoir et à transmettre l'agro- écologie devenue la raison de vivre de Pierre Rabhi. Bien que ce dernier soit admiré, voire adulé par des centaines de milliers de lecteurs et de sympathisants, qui se retrouvent dans les idées qu'il défend, il n'en demeure pas moins qu'il a été également la cible d'attaques à maintes reprises.
Pierre Rabhi est, notamment critiqué pour ses positions sur certaines questions occupant le devant de la scène durant ces dernières cinquante années. Certains critiques voient en lui un conservateur qui est carrément en décalage avec son temps. Mais tous reconnaissent en lui le souci et la conscience de préserver l'humanité en invitant cette dernière à une prise de conscience massive à traduire en actes, le plus urgent possible, afin de ne pas sombrer dans un précipice,au regard d'un avenir pas très lointain.
Pierre Rabhi n'a eu de cesse de tirer la sonnette d'alarme sur la catastrophe écologique qui guette l'humanité,car il était convaincu que le mode de vie extrêmement matérialiste et industrialisé, par trop mis sous l'emprise de la politique et des affaires, allait coûter très cher à l'humanité.
Dans l'une de ses déclarations les plus célèbres, il affirmait en 2016: «Je ne suis même pas pour un parti écologiste: je suis pour une conscience écologiste.
Pour une conscience écologique
La nature ne distingue pas entre gauche et droite, elle s'en fout. Je plaide pour une coalition politique qui ancre son action dans le respect de la nature».
Pierre Rabhi a écrit et publié de nombreux livres dont des récits, des romans et une autobiographie. Cette dernière est intitulée: «Du Sahara aux Cévennes ou la reconquête du songe». Elle a reçu le Prix du Cabri d'or de l'Académie cévenole. Parue la première fois en 1983, ce livre autobiographique a été réédité plusieurs fois compte tenu de la popularité, sans cesse grandissante de Pierre Rabhi.
«Pour une sobriété heureuse» est l'un de ses livres les plus connus. Il a aussi publié «La puissance de la modération», «La part du colibri», «Manifeste pour la Terre et l'humanisme»... Pierre Rabhi est également auteur de romans dont «Le gardien du feu».
Son dernier livre a été édité il y a quelques semaines. Il s'agit de «Frères d'âme». C'est un livre d'entretiens avec le sociologue et philosophe français Edgar Morin. Attristé par la disparition de Pierre Rabhi, Yasmina Khadra écrit ces quelques mots pleins de philosophie sur sa page facebook: « L'enfant prodige de Kenadsa nous a quittés. Immense sage au service de l'écologie et du bonheur ordinaire, Pierre Rabhi a consacré sa vie entière à la terre nourricière et à l'idée que devrait se faire l'Humanité de l'environnement, cet espace magnifique qui nous a vus naître troglodytes avant de conquérir le cosmos tout en détériorant stupidement un monde fait pour notre salut.
Repose en paix, nomade éclairé, trappeur infatigable en quête de sobriété. Que ton héritage nous éveille à nos responsabilités vis-à-vis des générations de demain. Tu as été seigneur en ton royaume bucolique et tu resteras ce sacré petit bonhomme au coeur d'un géant qui savait si bien parler aux arbres et aux labours bénis».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.