Dimajazz de Constantine: la troupe ONB et Samira Brahmia en clôture    Man City : Grealish prend la défense de Mahrez    Campagne de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale    Boxe/Mondiaux féminins 2022: Khelif et Chaïb en lice lundi    Le Président Tebboune poursuit sa visite d'Etat en Turquie    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Ligue 1 (30e j): l'USMA s'offre le derby face au MCA (1-0)    Covid-19: une bonne hygiène de vie recommandée    PSG : Mbappé a fait son choix    HCLA : la fierté linguistique n'est pas synonyme de renfermement    Partenariat: Les raisons de l'abandon du projet « Desertec »    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    Ligue 1: Un championnat professionnel dites-vous ?    Cour d'appel du Tribunal militaire: Peines confirmées pour Bounouira, Belekcir et Zitout    Poutine et la victoire de l'Ukraine à l'Eurovision    Centre d'enfouissement de Hassi Bounif: Une autonomie financière grâce à la valorisation des déchets    Khenchela: 5 morts et 2 blessés dans une collision    Les plages de la corniche passées au peigne fin: Les constructions illicites, les espaces verts et l'éclairage en ligne de mire    Tebboune en Turquie: Un nouvel élan à la coopération bilatérale    Fluctuations des données    L'école et l'arche sociale mouvante    La culture du vivre-ensemble commence à l'école    Tlemcen: Un «Souk Okadh» avec une touche locale    Brèves Omnisports    La Turquie prête à discuter    Affrontements entre groupes armés à l'ouest de la capitale    Entre l'Eurovision et Marioupol    6 ans de prison pour deux douanières    Le produit national à l'honneur    Un réseau de trafic de psychotropes démantelé    Un test de taille pour l'Exécutif    Le nouveau plan de circulation    Coups de théâtre à la cour d'Alger    «Nous amorçons une nouvelle étape»    L'Algérie assure ses arrières    L'université apporte sa touche    Salah rassurant avant la finale    Chams Eddine Djebassi en concert    Sortie à Alger    Comment valoriser le legs ancestral    Le Président Tebboune rencontre à Ankara des représentants de la communauté algérienne établie en Turquie    Anniversaire de la Nakba: renouveler l'engagement de poursuivre le combat jusqu'à la reconquête de la Terre de Palestine    Initiative de rassemblement: Boughali appelle à répondre à l'appel du président de la République    Ouargla/Tamanrasset: large affluence du public aux portes ouvertes sur la santé militaire    Habitat: l'efficacité énergétique, une priorité pour le secteur    Chanegriha installe le nouveau DGDSE    A quels scénarios s'attendre ?    Biatour annonce sa candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Mali veut réviser ses accords de défense avec la France
Bamako s'éloigne de Paris
Publié dans Liberté le 20 - 01 - 2022

Le divorce entre la France et le Mali pointe à l'horizon avec cette demande de Bamako de réviser les accords de défense conclus avec Paris. Le chef de l'Exécutif malien a considéré que ces accords sont déséquilibrés et qu'il faudra les renégocier. Une demande en ce sens a été adressée à la France.
Le Premier ministre malien, Choguel Maïga, a dénoncé les traités militaires qui lient Paris et Bamako, affirmant que le Mali "ne peut même pas survoler son territoire sans l'autorisation de la France", ont rapporté les médias.
Présentée ainsi dans cette conjoncture marquée par les sanctions de la Cédéao, les pressions françaises — la France refusant la présence russe au Mali à travers la société de sécurité Wagner ; le Mali évoquant des instructeurs russes — et la recrudescence des attaques terroristes, la décision des autorités maliennes sonne comme une volonté de réduire au maximum la coopération militaire avec la France, le choix étant porté sur un autre partenaire, la Russie.
Une coopération perçue par le Premier ministre, Choguel Maïga, comme une dépendance. Ou pire encore, une atteinte à la souveraineté du Mali, a-t-il dénoncé. Parce que, a-t-il indiqué, le Mali doit demander une autorisation à la France pour survoler son propre territoire.
La demande a été confirmée par la France qui devrait l'étudier. "Nous avons reçu une telle demande, nous l'examinerons", a déclaré à Sputnik un responsable du ministère français des Affaires étrangères lors d'un point presse le 18 janvier, sans donner plus de détails.
Le 15 janvier, le Premier ministre malien de transition, Choguel Kokalla Maïga, a critiqué le bilan de l'intervention militaire française dans le pays et a évoqué l'intention de remettre en cause les accords bilatéraux.
Le lendemain, le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, a confirmé à France 24 que Bamako avait soumis cette requête fin décembre et attendait toujours une réponse.Depuis plusieurs années le Mali est confronté à la menace terroriste.
Face aux attaques des groupes terroristes en 2013, le gouvernement malien a fait appel en urgence à la France qui a dépêché 4 000 soldats, donnant naissance à l'opération militaire française Serval, rebaptisée Barkhane en août 2014.
Après huit ans d'engagement, Paris a décidé de revoir sa stratégie vu le nombre de pertes humaines (57 soldats français tués) et le coût financier important. En juin 2021, après un nouveau coup d'Etat au Mali, la France a annoncé la fin de l'opération Barkhane.
La brouille diplomatique entre Bamako et Paris s'est intensifiée, et en septembre 2021 les autorités maliennes ont accusé la France d'"abandon en plein vol".
La France a commencé à "rétrocéder" ses bases militaires à l'armée malienne ; un geste qui signifie l'approche de la fin de la présence française dans le pays.
Devant la réduction progressive des soldats français, le Mali s'est tourné vers la Russie en signant des accords de coopération militaire et de fourniture de matériel militaire. Des responsables occidentaux, particulièrement de l'Union européenne ont dénoncé la présence d'éléments appartenant à la société Wagner au Mali. Information démentie par Bamako et Moscou.

D. B./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.