La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Otan est en train d'envahir l'Ukraine, selon Moscou
L'occident accuse la Russie de vouloir occuper le pays
Publié dans Liberté le 20 - 01 - 2022

Le Royaume-Uni a décidé d'envoyer des missiles antichar de courte distance à Kiev, pendant que les Etats-Unis débloquent une aide de 200 millions de dollars. Des gestes perçus à Moscou comme une provocation et une menace, pendant que l'Occident appelle la Russie à la modération.
Dans ce contexte de tension entretenue, cette fois, par l'Occident avec son soutien à l'Ukraine, des appels se multiplient à l'endroit de la Russie pour être "moins agressive". L'appel de Kiev est sous forme de souhait et espère un comportement "moins agressif" de la Russie après les négociations russo-américaines prévues vendredi à Genève, a déclaré hier le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba.
Echo de son homologue américain, Anthony Blinken, en visite en Ukraine : "Il est très important que ces négociations réussissent" et permettent d'aboutir à un "comportement de la Russie moins agressif et plus constructif", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Kiev.
Par ailleurs, il a refusé de répondre par écrit aux exigences russes lors du prochain round des pourparlers à Genève. "Je ne présenterai pas de document à ce moment au ministre des Affaires étrangères (russe Sergueï) Lavrov.
Nous devons voir où nous nous situons et s'il reste des opportunités", a déclaré M. Blinken. Alors que Moscou considère comme une "menace imminente" le soutien apporté par l'Occident à l'Ukraine, l'administration Biden a débloqué 200 millions de dollars supplémentaires d'aide sécuritaire.
Le Royaume-Uni envoie des armes défensives antichar (missiles) et des instructeurs en Ukraine. "Comme nous l'avons dit, nous sommes attachés à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de l'Ukraine et continuerons à fournir à l'Ukraine le soutien dont elle a besoin", a poursuivi ce responsable s'exprimant sous le couvert de l'anonymat.
Washington avait déjà fourni pour 450 millions de dollars d'aide militaire à Kiev à la fin de l'année dernière. Ce nouveau financement, qui n'a pas encore été présenté publiquement, aurait été approuvé dans le cadre d'une action d'urgence pour les nations en péril.
Bien qu'elle ne soit pas encore publique, l'annonce de ce soutien militaire survient en plein pic des tensions entre Washington et Moscou, deux jours seulement après les mises en garde du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.
Ce dernier avait en effet estimé que l'Otan se livrait à une "invasion progressive" en Ukraine, ce qui amène le bloc dirigé par les Etats-Unis à proximité de la "ligne rouge" fixée par Moscou.
En rejetant, dans le cadre des discussions sur les garanties de sécurités mutuelles, les demandes de la Russie – l'arrêt de l'extension de l'Alliance, ainsi qu'une limitation des déploiements militaires à ses frontières – l'Otan crée une situation qui constitue une "menace imminente" pour la sécurité européenne, avait diagnostiqué Dmitri Peskov, selon la chaîne de télévision RT.
Balayant d'un revers de la main la possibilité d'une invasion ou d'une offensive russe – fréquemment brandie par les Occidentaux – en cas d'échec de la diplomatie, Dmitri Peskov avait toutefois assuré que Moscou serait "prêt à mener des représailles" si l'Otan n'acceptait pas les demandes russes.
L'ambassade de Russie aux Etats-Unis a, de son côté, réitéré la position maintes fois exprimée concernant les accusations américaines d'invasion imminente de l'Ukraine.
Répétant que Moscou n'a aucune intention d'agression, elle appelle l'Occident à ne pas engendrer de nouvelles provocations de son voisin.
Enfin, les diplomates russes ont exprimé leur souhait de voir les Américains abandonner leurs projets de livraison d'armes à l'armée ukrainienne au profit d'une issue plus diplomatique.
"À la place, Washington devrait user de son influence sur les pouvoirs ukrainiens pour les convaincre d'arrêter de saboter les accords de Minsk", conclut le communiqué.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.