LE SILENCE TUE ENCORE PLUS LES ENFANTS YEMENITES    Renouvellement des membres du Conseil de la Nation : Le collège électoral convoqué pour le 29 décembre    Louisa Hanoune fustige les partisans de la «continuité»    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    Ould-Abbès passe la main    La sous-traitance représente 10% de l'activité    Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?    Un dialogue pour désamorcer la crise    La démission surprise d'Ould Abbès    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Votre week-end sportif    Violences dans les gradins du 5-Juillet    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    Campagne d'information pour expliquer le projet    Plus de 33 000 pétards saisis à Djimla    Des dizaines de villageois de Souk-Lekhmis bloquent le CW15    Six millions d'Algériens sont diabétiques    Zombies-Land !    Logements sociaux : Les recalés des listes des bénéficiaires protestent    Assassinat par la DST en novembre 1954 de Kacem Zeddour Mohammed-Brahim Une affaire d'Etat    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    USM Bel-Abbès: Un exploit qui en appelle d'autres    Le pétrole, toujours    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Skikda: Saisie de kif, 8 arrestations    Suite aux nombreuses opérations de relogement: Des terrains combinés de proximité pour les nouveaux pôles urbains    Lycée Dergham Hanifi: La police sensibilise les élèves sur les dangers de l'Internet    FLN: Ould Abbès démissionne    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    L'étape d'Alger a coûté 5 MD    «Nous allons à Lomé pour la gagne»    L'échec programmé de Rome    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre choix et fait accompli
Ces artistes kabyles enterrés en terre d'exil
Publié dans Liberté le 10 - 11 - 2005

Combien sont-ils ces artistes et écrivains kabyles qui ont rendu l'âme en terre étrangère, en France particulièrement. Si certains d'entre eux à l'instar de Mohya, Brahim Izri, Hamidouche, Salah Sadaoui, pour ne citer que ceux-là, sont enterrés en terre natale, en Kabylie, d'autres, en revanche, pour des raisons diverses, ont choisi de leur plein gré d'être enterrés en terre d'exil.
La grande dame Taos Amrouche, première romancière algérienne d'expression française, décédée le 2 avril 1975, est enterrée à Saint-Michel-l'Observatoire (Occitanie), en France. La tombe de sa mère, Fadhma Aït Mensour, auteur de Histoire de ma vie, quant à elle, se trouve en Bretagne où elle a passé les derniers moments de sa vie. Un autre grand poète lyrique amazigh de tous les temps, Slimane Azem, qui chantait “l'Algérie mon beau pays, je t'aimerai jusqu'à la mort”, décédé le 28 janvier 1983, son destin a voulu qu'il soit enterré loin de son beau pays, en terre étrangère, à Moissac, au sud de la France. Il y a quatre ans, un autre écrivain kabyle, homme de lettres d'expression française, auteur de le grain dans la meule, Malek Ouary en l'occurrence, décédé en décembre 2001, lui aussi, est enterré en France, pas loin de Paris. Le dernier en date, cheikh El Hasnaoui, décédé le
6 juillet 2002 à l'âge de 92 ans, a été enterré dans un cimetière de l'île de la Réunion, département d'outre-mer français, situé dans l'océan Indien, au large de Madagascar. Sans oublier, la diva de la chanson kabyle, hnifa en l'occurrence, morte elle aussi dans l'anonymat dans un hôtel parisien. À chacun son destin comme on dit. La question qui revient souvent aujourd'hui dans la bouche des gens : leurs restes seront-ils rapatriés, un jour, en Kabylie ? Mais, il est très délicat de répondre à cette question à la place des ayants droit et autres héritiers de leur mémoire. On se rappelle tous lorsque des voix se sont élevées pour demander le rapatriement, de France vers l'Algérie, de la dépouille de Taos Amrouche. Sa fille, Laurence Bourdil-Amrouche, avait déclaré, à travers un entretien accordé sur le site Internet kabyle.com que lorsqu'elle a posé à sa mère, immobilisée sur son lit de malade à l'hôpital de Villejuif la question suivante : “si l'Algérie te demande, que dois-je faire ?”, sa mère lui a répondu de manière catégorique : “Jamais ! Je t'interdis de m'enlever de là ! Je t'interdis de toucher à la tombe de ta grand-mère en Bretagne !” Cette réaction de Taos Amrouche est lourde de sens. Car, de son vivant, il lui était même interdit de chanter dans son pays natal, l'Algérie. Tout récemment encore, des voix au sein du mouvement associatif kabyle en France se sont élevées pour demander le rapatriement de la épouille de cheikh
El Hasnaoui. Son épouse, encore vivante, a-t-elle donné son aval ? Il s'avère que non, d'après notre source, qui précise que la tombe d'El Hasnaoui se trouve dans une concession “deux places”, que l'artiste et sa femme ont réservé conjointement pour être enterrés côte à côte. C'est un vœu que personne d'autre ne peut changer. À rappeler que cheikh El Hasnaoui avait quitté son village natal, Ihesnaouen (Tizi Ouzou) en 1938. Après un long séjour en France, il a choisi de terminer ses derniers jours d'exil à l'île de la Réunion, loin, très loin de l'Algérie.
M. SI BELKACEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.