Le RND appelle Bouteflika à se porter candidat à la présidentielle    ELECTION PRESIDENTIELLE 2019 : Les Algériens appelés à voter le 18 avril    JOURNEE NATIONALE DE LA COMMUNE : Les maires appelés à s'éloigner de la bureaucratie    Aux Algériens de décider.. !    Un remake de 2014 en cours: l'Algérie hors du temps    HABITAT : Temmar lance un projet de 2000 logements à Oran    SIDI BEL ABBES : ‘'La numérisation, c'est pour la fin mars''    CNAS : Les arrêts de travail ont coûté 16 milliards de DA    BECHAR : Arrestation de 2 dealers sur motocycle    LUTTE CONTRE L'ANALPHABETISME : Plus de 8000 analphabètes recensés à Mostaganem    MAZAGRAN : Un berger découvert mort    Un citoyen arrêté par la police pour avoir réclamé ses droits à Batna    En bref…    CAN U-20 : Début du contrôle médical des joueurs    Cross-country à la mémoire de Abdou Seghouani demain à Bouchaoui    Boudebouz intéresse Bologne    Le hasard selon Amari    Mohamed Chafa Ouzzani Des œuvres flamboyantes    Amar Amarni, un artiste complet    Election présidentielle : Ce que prévoit la loi    Rassemblement de soutien à Adlène Mellah    Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l'année prochaine    Le MCEE et le NCM à la poursuite de l'ASO    Messahel à la Valette    Les graves accusations du Snapo    Pour l'institution d'un prix national «Si Muhend u Mhand»    L'opérette Novembre… sidjil el khouloud conquiert le public tlemcénien    Hommage à un stratège de la révolution    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Tlemcen: Plus de 10 tonnes de kif saisies en une année    Ligue des champions : JSS-Ahly du Caire, vendredi à 20h00: Les Bécharis au pied de la pyramide    Le réseau électrique renforcé    USMA-NAHD (4-1) et CSC-CABBA (1-0)    «L'enquête achevée et le dossier transmis à la justice»    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Les cours du pétrole stables en Asie    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    Gouvernance vertueuse    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre choix et fait accompli
Ces artistes kabyles enterrés en terre d'exil
Publié dans Liberté le 10 - 11 - 2005

Combien sont-ils ces artistes et écrivains kabyles qui ont rendu l'âme en terre étrangère, en France particulièrement. Si certains d'entre eux à l'instar de Mohya, Brahim Izri, Hamidouche, Salah Sadaoui, pour ne citer que ceux-là, sont enterrés en terre natale, en Kabylie, d'autres, en revanche, pour des raisons diverses, ont choisi de leur plein gré d'être enterrés en terre d'exil.
La grande dame Taos Amrouche, première romancière algérienne d'expression française, décédée le 2 avril 1975, est enterrée à Saint-Michel-l'Observatoire (Occitanie), en France. La tombe de sa mère, Fadhma Aït Mensour, auteur de Histoire de ma vie, quant à elle, se trouve en Bretagne où elle a passé les derniers moments de sa vie. Un autre grand poète lyrique amazigh de tous les temps, Slimane Azem, qui chantait “l'Algérie mon beau pays, je t'aimerai jusqu'à la mort”, décédé le 28 janvier 1983, son destin a voulu qu'il soit enterré loin de son beau pays, en terre étrangère, à Moissac, au sud de la France. Il y a quatre ans, un autre écrivain kabyle, homme de lettres d'expression française, auteur de le grain dans la meule, Malek Ouary en l'occurrence, décédé en décembre 2001, lui aussi, est enterré en France, pas loin de Paris. Le dernier en date, cheikh El Hasnaoui, décédé le
6 juillet 2002 à l'âge de 92 ans, a été enterré dans un cimetière de l'île de la Réunion, département d'outre-mer français, situé dans l'océan Indien, au large de Madagascar. Sans oublier, la diva de la chanson kabyle, hnifa en l'occurrence, morte elle aussi dans l'anonymat dans un hôtel parisien. À chacun son destin comme on dit. La question qui revient souvent aujourd'hui dans la bouche des gens : leurs restes seront-ils rapatriés, un jour, en Kabylie ? Mais, il est très délicat de répondre à cette question à la place des ayants droit et autres héritiers de leur mémoire. On se rappelle tous lorsque des voix se sont élevées pour demander le rapatriement, de France vers l'Algérie, de la dépouille de Taos Amrouche. Sa fille, Laurence Bourdil-Amrouche, avait déclaré, à travers un entretien accordé sur le site Internet kabyle.com que lorsqu'elle a posé à sa mère, immobilisée sur son lit de malade à l'hôpital de Villejuif la question suivante : “si l'Algérie te demande, que dois-je faire ?”, sa mère lui a répondu de manière catégorique : “Jamais ! Je t'interdis de m'enlever de là ! Je t'interdis de toucher à la tombe de ta grand-mère en Bretagne !” Cette réaction de Taos Amrouche est lourde de sens. Car, de son vivant, il lui était même interdit de chanter dans son pays natal, l'Algérie. Tout récemment encore, des voix au sein du mouvement associatif kabyle en France se sont élevées pour demander le rapatriement de la épouille de cheikh
El Hasnaoui. Son épouse, encore vivante, a-t-elle donné son aval ? Il s'avère que non, d'après notre source, qui précise que la tombe d'El Hasnaoui se trouve dans une concession “deux places”, que l'artiste et sa femme ont réservé conjointement pour être enterrés côte à côte. C'est un vœu que personne d'autre ne peut changer. À rappeler que cheikh El Hasnaoui avait quitté son village natal, Ihesnaouen (Tizi Ouzou) en 1938. Après un long séjour en France, il a choisi de terminer ses derniers jours d'exil à l'île de la Réunion, loin, très loin de l'Algérie.
M. SI BELKACEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.