«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre choix et fait accompli
Ces artistes kabyles enterrés en terre d'exil
Publié dans Liberté le 10 - 11 - 2005

Combien sont-ils ces artistes et écrivains kabyles qui ont rendu l'âme en terre étrangère, en France particulièrement. Si certains d'entre eux à l'instar de Mohya, Brahim Izri, Hamidouche, Salah Sadaoui, pour ne citer que ceux-là, sont enterrés en terre natale, en Kabylie, d'autres, en revanche, pour des raisons diverses, ont choisi de leur plein gré d'être enterrés en terre d'exil.
La grande dame Taos Amrouche, première romancière algérienne d'expression française, décédée le 2 avril 1975, est enterrée à Saint-Michel-l'Observatoire (Occitanie), en France. La tombe de sa mère, Fadhma Aït Mensour, auteur de Histoire de ma vie, quant à elle, se trouve en Bretagne où elle a passé les derniers moments de sa vie. Un autre grand poète lyrique amazigh de tous les temps, Slimane Azem, qui chantait “l'Algérie mon beau pays, je t'aimerai jusqu'à la mort”, décédé le 28 janvier 1983, son destin a voulu qu'il soit enterré loin de son beau pays, en terre étrangère, à Moissac, au sud de la France. Il y a quatre ans, un autre écrivain kabyle, homme de lettres d'expression française, auteur de le grain dans la meule, Malek Ouary en l'occurrence, décédé en décembre 2001, lui aussi, est enterré en France, pas loin de Paris. Le dernier en date, cheikh El Hasnaoui, décédé le
6 juillet 2002 à l'âge de 92 ans, a été enterré dans un cimetière de l'île de la Réunion, département d'outre-mer français, situé dans l'océan Indien, au large de Madagascar. Sans oublier, la diva de la chanson kabyle, hnifa en l'occurrence, morte elle aussi dans l'anonymat dans un hôtel parisien. À chacun son destin comme on dit. La question qui revient souvent aujourd'hui dans la bouche des gens : leurs restes seront-ils rapatriés, un jour, en Kabylie ? Mais, il est très délicat de répondre à cette question à la place des ayants droit et autres héritiers de leur mémoire. On se rappelle tous lorsque des voix se sont élevées pour demander le rapatriement, de France vers l'Algérie, de la dépouille de Taos Amrouche. Sa fille, Laurence Bourdil-Amrouche, avait déclaré, à travers un entretien accordé sur le site Internet kabyle.com que lorsqu'elle a posé à sa mère, immobilisée sur son lit de malade à l'hôpital de Villejuif la question suivante : “si l'Algérie te demande, que dois-je faire ?”, sa mère lui a répondu de manière catégorique : “Jamais ! Je t'interdis de m'enlever de là ! Je t'interdis de toucher à la tombe de ta grand-mère en Bretagne !” Cette réaction de Taos Amrouche est lourde de sens. Car, de son vivant, il lui était même interdit de chanter dans son pays natal, l'Algérie. Tout récemment encore, des voix au sein du mouvement associatif kabyle en France se sont élevées pour demander le rapatriement de la épouille de cheikh
El Hasnaoui. Son épouse, encore vivante, a-t-elle donné son aval ? Il s'avère que non, d'après notre source, qui précise que la tombe d'El Hasnaoui se trouve dans une concession “deux places”, que l'artiste et sa femme ont réservé conjointement pour être enterrés côte à côte. C'est un vœu que personne d'autre ne peut changer. À rappeler que cheikh El Hasnaoui avait quitté son village natal, Ihesnaouen (Tizi Ouzou) en 1938. Après un long séjour en France, il a choisi de terminer ses derniers jours d'exil à l'île de la Réunion, loin, très loin de l'Algérie.
M. SI BELKACEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.