Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Le Conseil de sécurité exhorté à mettre un terme à l'obstination de l'Etat d'occupation marocain    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Coupe Davis (Groupe 3/Zone Afrique): l'Algérie menée au score (1-0)    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    OL : Cherki vendu dès ce mercato ?    Wijnaldum a consulté Salah avant de rejoindre l'AS Rome    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Quatre Palestiniens tués par l'armée sioniste    Djezzy: Mahieddine Allouche nommé DG par intérim    Electricité: L'Algérie prête à augmenter les quantités exportées vers la Tunisie    La virtualité des PIB et des PNB    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Selon le rapport d'un institut américain: L'Algérie a réussi à contrer la menace terroriste    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: Le propriétaire de la société «Future Gate» condamné à six ans de prison    D'une valeur de 2 millions d'euros: Du matériel médical périmé saisi, trois arrestations    Pour sécuriser les accès au pôle urbain Zabana: Le chantier de deux bretelles et d'un rond-point relancé    Un rival de Sadr réclame le retour du Parlement    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    La Turquie «invitée» lundi prochain aux Etats-Unis    Un plan d'urgence pour développer ces filières    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    La voix écoutée de l'Algérie    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Le barrage inexploité    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dalila Touat en grève de la faim
SON PROCÈS A ETE REPORTE À LA SEMAINE PROCHAINE
Publié dans Liberté le 08 - 02 - 2022

Initialement prévu pour hier au tribunal correctionnel de Mostaganem, le procès de Dalila Touat a été ajourné à la semaine prochaine en raison de l'absence de la juge d'audience, a appris Liberté auprès des avocats de la défense du Hirak.
L'activiste de Mostaganem doit répondre d'"incitation à attroupement", "outrage à corps constitués" et "diffusion de publications pouvant porter atteinte à l'intérêt national", chefs d'accusations que le parquet a choisis pour qualifier des publications qu'elle avait partagées sur les réseaux sociaux.
Depuis son arrestation le 31 janvier et son placement, dès le lendemain, sous mandat de dépôt par le juge d'instruction du tribunal de Mostaganem, Dalila Touat est entrée en grève de la faim pour dénoncer "le harcèlement dont elle fait l'objet et ses conditions de détention à la prison pour femmes d'Aïn Tedlès", indiquent ses avocats.
"Elle refuse de se nourrir et même de s'hydrater. Nous lui avons rendu visite il y a deux jours et l'avons trouvée affaiblie physiquement et très touchée psychologiquement", rapportent Mes Omar Boussag et Messaoud Aït Rahmane qui ajoutent que la détenue a averti la direction de l'établissement pénitentiaire de son entrée en grève de la faim.
Il n'est pas inutile de rappeler ici que la jeune femme avait déjà séjourné dans la prison pour femmes en janvier 2021 et, qu'une fois libérée, elle avait tenté de poursuivre la direction pénitentiaire pour mauvais traitements.
Ce n'est pas la première fois que Dalila Touat est ainsi traînée devant la justice : en 2011 déjà, elle est poursuivie pour avoir organisé une protestation devant la Grande-Poste de la ville en tant que porte-parole des chômeurs de Mostaganem.
L'événement fait grand bruit et entraîne un large soutien des militants des droits de l'Homme et animateurs du mouvement associatif qui affluent de nombreuses wilayas pour afficher leur solidarité avec celle qui allait devenir un symbole de la lutte pour les libertés.
Grâce à cette mobilisation et au soutien de nombreux avocats de renom qui ont démontré la vacuité du dossier d'accusation, Dalila Touat obtient la relaxe et peut reprendre son activisme.
Près d'une décennie plus tard, soit en novembre 2019, son activisme au sein du Hirak lui vaut d'être condamnée, une première fois, à deux années de prison ferme sans mandat de dépôt pour tentative de perturbation de l'élection présidentielle du 12 décembre 2019. Et une deuxième fois, le 18 janvier 2021, à 18 mois de prison ferme pour "outrage à fonctionnaires et institutions de l'Etat", "diffamation" et "publications portant atteinte à l'ordre public".
Dalila Touat séjournera à la prison pour femmes d'Aïn Tedlès jusqu'au 19 février quand elle bénéficiera de la libération des détenus d'opinion décidée par le chef de l'Etat à la veille de la commémoration du 2e anniversaire du Hirak.
Plus tard, en mars, la cour d'appel de Mostaganem annule les deux verdicts prononcés en première instance (deux années sans mandat de dépôt et 18 ferme) et condamne l'activiste à deux mois avec sursis.
Libre de ses mouvements, Dalila Touat introduit un pourvoi en cassation contre les deux sentences et porte plainte contre la direction de l'établissement pénitentiaire d'Aïn Tedlès pour "mauvais traitement et non-suivi médical" lors de la grève de la faim qu'elle avait observée.
De plaignante, Dalila Touat échoue étrangement sur le banc des accusés du tribunal d'Aïn Tedles, poursuivie par la même direction pénitentiaire contre laquelle elle avait porté plainte auprès du procureur général de la cour de Mostaganem. En novembre 2021, elle est jugée pour "outrage à institution publique" et est condamnée à six mois de prison ferme.

S. OULD ALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.