L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dalila Touat risque une année de prison ferme
Pour avoir porté plainte contre la prison d'Aïn TEdles
Publié dans Liberté le 13 - 11 - 2021

La célèbre militante de Mostaganem, Dalila Touat, encourt une peine de prison pour avoir osé porter plainte contre l'établissement pénitentiaire d'Aïn Tedles où, a-t-elle affirmé, elle a subi de mauvais traitements. "Pour avoir porté plainte contre la direction de la prison, Dalila Touat est poursuivie pour outrage à institution publique et diffamation alors qu'aucune enquête sur le bien-fondé de ses accusations n'a été diligentée par les services compétents", résume Me Abdelmadjid Hachour, l'un des avocats qui ont eu à défendre Dalila Touat lors du procès au tribunal correctionnel d'Aïn Tedles, jeudi dernier. Procès au cours duquel, le procureur de la République a requis une année de prison ferme avec mandat de dépôt à l'audience, assortie d'une amende de 100 000 DA. "Le message est clair : on n'a pas le droit de porter plainte contre une injustice", déplore encore l'avocat du collectif de la défense qui a naturellement plaidé la relaxe.
La plainte de Dalila Touat remonte à fin mars 2021. La jeune femme, qui vient d'introduire un pourvoi en cassation contre les verdicts prononcés par la cour d'appel de Mostaganem dans le cadre de deux affaires (voir Liberté du 18 mars 2021), est décidée à saisir la justice pour dénoncer "les mauvais traitements endurés" durant son séjour carcéral entre janvier et février 2021. Dans la plainte qu'elle dépose, elle dit vouloir mettre chacun devant ses responsabilités dans les vexations et humiliation qui l'ont conduite à observer des grèves de la faim. Un mois plus tôt déjà, un collectif d'avocats qui lui rendait visite à la prison d'Aïn Tedles — où elle purge une peine de 18 mois ferme pour "outrage à corps constitués", "diffamation" et "publications portant atteinte à l'ordre public" — n'a pas caché son inquiétude. "Elle est dans un état de stress psychique inquiétant...
Elle se plaint de subir des vexations et des intimidations diverses de la part des gardiens de prison...", s'alarme le collectif, "exigeant une enquête sur les mauvais traitements" présumés. Mais aucune procédure d'investigation ne semble avoir été engagée au grand dam de la prisonnière qui continue à espérer une intervention du procureur général de la cour de Mostaganem auquel elle a transmis une lettre de réclamations. Son salut viendra de l'élargissement heureux de détenus du Hirak, que le président Abdelmadjid Tebboune décidera le 19 février à la veille de la commémoration du 2e anniversaire de la Révolution. Même si elle risque d'être reconduite en prison à l'issue du procès en appel qui doit se tenir en mars, Dalila Touat ne veut pas se taire : elle a bien subi des injustices à la prison d'Aïn Tedles et elle veut réparation. "À deux reprises (trois semaines puis six jours, ndlr), j'ai dû recourir à une grève de la faim pour protester contre ces humiliations. À aucun moment, l'administration pénitentiaire n'a jugé utile de dépêcher un médecin pour s'enquérir de ma santé (...) J'ai été menacée, intimidée, insultée..." (Liberté du 22 février 2021).
Aujourd'hui, alors que l'opinion publique s'attendait légitimement à une enquête sur les allégations de mauvais traitements formulées par la militante des droits de l'Homme, le parquet d'Aïn Tedles décide de la poursuivre pour outrage à institution publique et diffamation. Après avoir été condamnée pour ses opinions, Dalila Touat risque une peine de prison ferme pour avoir réclamé justice à travers une plainte qui, rappelle Me Hachour, est "un droit constitutionnel garanti à tous les citoyens algériens". L'activiste sera fixée sur son sort le 18 novembre prochain.

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.