Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    La BEA en mode «accélération»    Un gisement de richesses négligé    La carte gagnante    La FIFA rétablit une vérité historique    Des documents top secret saisis    Reprise, demain, des rotations de la Minusma    Avec Mahrez sans Messi    Guerre à la parisienne!    Boulahbib de retour aux affaires    Etat d'alerte maximale    L'école privée cherche sa voie    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Ancelotti dira stop après le Real Madrid    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Un policier assassiné    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    Fondateur du roman algérien moderne    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vers une confrontation armée en Libye
Des groupes armés s'impliquent dans la crise
Publié dans Liberté le 15 - 02 - 2022

Le report de la présidentielle du 24 décembre 2021 a entraîné la Libye dans une nouvelle impasse politique, se retrouvant de nouveau avec deux gouvernements parallèles.
La confrontation politique opposant depuis jeudi dernier le Premier ministre du gouvernement d'union nationale de Abdelhamid Dbeibah à Fethi Bachagha, élu par le Parlement de Tobrouk pour lui succéder, risque de tourner à l'affrontement armé, qui ne fera qu'accentuer la grave crise que vit la Libye depuis une décennie. Et pour cause, les nombreux groupes armés qui pullulent en Libye commencent à manifester leur soutien à l'une des deux parties, affichant leur volonté d'en découdre à coups de fusils et de canons, si besoin est, lit-on dans les communiqués et les vidéos diffusés ces trois derniers jours sur les réseaux sociaux. Mais le positionnement le plus important émane de la puissante ville de Misrata, d'où est issu M. Bachagha. Connue pour son important poids politique, économique et même militaire, la région de Misrata joue un rôle d'équilibriste entre l'Est et l'Ouest libyens dans ce conflit.
Et cette fois-ci encore, elle se positionne en faveur d'un gouvernement d'union nationale et au moins 57 groupes armés de cette région ont signé un communiqué commun de soutien à M. Dbeibah, prenant tout le monde de court en refusant d'apporter leur caution à une initiative impliquant le controversé général à la retraite Khalifa Haftar. Ce dernier avait eu de nombreuses rencontres avec Fethi Bachagha à Benghazi, en présence du président du Parlement exilé à Toubrok, Aguila Salah, et ont fini par sceller une nouvelle alliance qui a abouti jeudi à l'élection contestée de l'ancien ministre de l'Intérieur au sein du défunt gouvernement de transition de Fayez al-Serraj au poste de Premier ministre, en remplacement de M. Dbeibah qui refuse de céder sa place, au même titre que les membres de son exécutif.
Le Conseil des chefs de tribus de Misrata, ainsi que celui de la jeunesse de cette ville ont tranché en faveur de la poursuite de l'actuel Premier ministre de sa mission jusqu'à l'organisation des élections présidentielle et législatives pour lesquelles il a été mandaté par le Conseil d'Etat, sous l'égide de l'ONU. Parallèlement, l'émissaire de l'ONU, Stephanie Williams, a rencontré dimanche en Libye les deux dirigeants rivaux, les appelant à "préserver la stabilité", sans prendre position.
"L'accent doit continuer à être mis sur la tenue d'élections nationales libres, justes et inclusives dans les plus brefs délais", a-t-elle expliqué à M. Bachagha, insistant auprès de M. Dbeibah sur "l'importance pour tous les acteurs" de préserver la stabilité. De leur côté, quatre chefs d'Etat d'africains ont appelé à la tenue d'élections "inclusives" en Libye, lors d'un mini-sommet consacré à la paix et à la sécurité en Afrique. "Les quatre chefs d'Etat ont encouragé l'ensemble des acteurs impliqués dans le processus de transition et les forces politiques de ce pays à œuvrer pour des élections inclusives et consensuelles", souligne le communiqué final, signé par les présidents de la République du Congo, Denis Sassou-Nguesso, de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, de l'Ouganda, Yoweri Museveni, et du Togo, Faure Gnassingbé.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.