Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Affaires religieuses: renforcement du référent national    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Nice : Le petit pont de Atal sur Neymar (Vidéo)    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    La promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes passe par la prise en charge des difficultés    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur d'El-Bekari    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Grazie Meloni !    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    EHU 1er Novembre: Plus de 200 participants aux journées régionales de néphrologie    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Une sérieuse alerte    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    «Le consensus est une exigence historique»    Tension sur le lait infantile    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    Université: batterie de mesures pour améliorer l'enseignement et la recherche    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Le diagnostic doit être prématuré    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dalila Touat quitte la prison
Elle a été condamnée hier à six mois de prison avec sursis
Publié dans Liberté le 15 - 02 - 2022

La défense a plaidé la relaxe pour une femme dont le seul tort est d'avoir exercé un droit garanti par la Constitution. Me Abdelmadjid Hachour a, d'ailleurs, dénoncé "un procès contre la liberté d'expression".
La hirakiste Dalila Touat a retrouvé, hier, la liberté après sa condamnation durant la même journée par le tribunal de Mostaganem à six mois de prison avec sursis. Le verdict est tombé en fin de journée alors que le parquet avait requis plus tôt deux ans de prison ferme à l'encontre de la militante. La défense a, durant les débats, pointé un procès politique et contre la liberté d'expression. "Le dossier monté contre Dalila Touat est de nature politique. Il répond à l'impératif de prévenir le retour du Hirak". Telle a été la conviction des avocats de la défense de Dalila Touat qui ont fait le déplacement hier au tribunal de Mostaganem pour porter assistance à l'inlassable militante. Dalila Touat a, une nouvelle fois, été jugée pour "incitation à attroupement", "outrages et violences à fonctionnaires et institutions de l'Etat", "offense au président de la République" et "diffusion de publications pouvant porter atteinte à l'intérêt national".
Comparaissant par visioconférence depuis la prison pour femmes d'Aïn Tedlès où elle est détenue depuis son arrestation le 31 janvier dernier, la militante a rejeté l'ensemble des accusations pesant sur elle, expliquant ignorer quelles publications sur les réseaux sociaux lui avaient valu de se retrouver ainsi derrière les barreaux. Comme lors de ses précédents procès de novembre 2019 et janvier 2021, la détenue politique a déclaré avoir exercé son droit à l'expression en livrant son sentiment sur la situation politique qui agite l'Algérie. "J'ai exprimé mes opinions et exposé mes interrogations sur des sujets d'intérêt public", a-t-elle souligné en dénonçant un acharnement des services de sécurité contre sa personne. Harcèlement qui l'a amenée à observer une grève de la faim à l'intérieur de l'établissement pénitentiaire où, a-t-elle reconnu, elle a bénéficié d'un suivi médical contrairement à son séjour de l'année passée.
Prenant la parole, l'avocate de la partie civile, représentant le Trésor public, a tenté d'expliquer que les charges portées contre l'accusée étaient fondées, ses posts ayant réellement porté atteinte à la personne du président de la République et outragé des institutions, dont l'ANP, par des publications mensongères. L'avocate a achevé sa brève intervention en réclamant la somme de deux millions de dinars à titre de préjudice moral. Partageant l'avis de la partie civile sur la culpabilité de l'accusée, le représentant du ministère public a laconiquement requis deux années de prison ferme assortie d'une amende de 200 000 DA.
Les avocats de la défense qui se sont succédé au prétoire ont tous plaidé la relaxe pour une femme dont le seul tort est d'avoir exercé un droit garanti par la Constitution. Me Abdelmadjid Hachour a dénoncé un procès contre la liberté d'expression. "Mme Touat n'a pas été arrêtée pour vol ou trafic de cocaïne. Elle a été jetée en prison pour des écrits", s'est-il insurgé en dénonçant la tendance des services de sécurité à "dénigrer" le Hirak dans leurs procès-verbaux en lui accolant le terme "soi-disant" (ma yousamma) alors qu'il est cité dans le préambule de la Constitution.
L'avocat a également assuré que l'accusée n'a manqué de respect à personne dans ses publications, contrairement à ce qui est contenu dans l'arrêt de renvoi d'accusation, en indiquant que c'est grâce à des citoyens comme Dalila Touat, qui n'hésitent pas à exprimer leur mécontentement, que l'Etat a gelé certaines taxes contenues dans la loi de finances 2022. Plus "juridique" dans son intervention, Me Zoubida Assoul s'est attelée à démontrer la vacuité du dossier d'accusation en tentant de prouver le caractère infondé des accusations retenues. S'en prenant d'abord au représentant du parquet, elle s'est étonnée que le magistrat ne se soit pas donné la peine d'exposer les éléments de preuves sur lesquels il s'est basé pour réclamer une peine de prison aussi lourde.
"Aujourd'hui, s'est installée une fâcheuse habitude : on arrête les gens et on exige qu'ils apportent la preuve de leur innocence", a-t-elle déploré en affirmant que les services de police ayant interpellé Dalila Touat ont transgressé les dispositions de l'article 34 de la Constitution qui stipule que "les dispositions constitutionnelles ayant trait aux droits fondamentaux, aux libertés publiques et aux garanties s'imposent à l'ensemble des pouvoirs et institutions publics".
L'avocate s'est également élevée contre le recours à la procédure de comparution immédiate qui, a-t-elle dit, obéit à certaines règles dont celle du flagrant délit. "Où se situe le flagrant délit dans le cas de notre cliente qui a été arrêtée alors qu'elle se trouvait seule, sur une place publique ?", a-t-elle demandé. Me Assoul s'en est également prise à la partie civile en s'interrogeant sur sa légalité et en en demandant le rejet. "Dans ce procès, aucune institution de l'Etat n'a porté plainte pour diffamation. Or, c'est un préalable pour la constitution de la partie civile", a-t-elle souligné.

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.