Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La mention spéciale pour "Soula" de Salah Issad
Prix Bouamar-Vauthier 2022 du cinéma organisé par l'AFA
Publié dans Liberté le 17 - 02 - 2022

Il n'est pas encore très connu du grand public, pourtant, à 33 ans, ce natif de Batna trace son chemin dans le monde du septième art. Lui, c'est Salah Issad, qui s'envole pour la France juste après avoir décroché le bac dans sa ville natale. Il fréquente l'université Paris VIII, où il obtient une licence de cinéma, avant de gagner Lyon pour suivre des études à Artis (association), puis à Factory qui s'appelle maintenant Eicar, qui est l'une des plus importantes écoles de cinéma en Europe, où il apprend le métier de réalisateur. "J'ai fait quelques courts-métrages avant de réaliser Soula, mon premier long-métrage, entièrement tourné en Algérie, entre Batna, Constantine et Annaba."
Pour un coup d'essai, c'est un coup de maître ! Issad et son équipe ont certes travaillé très dur pour réaliser le film avec des moyens réduits, mais ils étaient loin de penser que leur œuvre allait être d'abord sélectionnée, puis primée par l'Association France Algérie, dans le cadre du Prix Bouamari-Vauthier, qu'elle attribue chaque année à un film algérien récent et qui en est à sa cinquième édition. Le réalisateur Salah Issad et l'actrice principale du film, Souhila Bahri, sont montés sur la scène, sous les applaudissements nourris du public, pour recevoir le Prix de la Mention spéciale qui leur a été décerné par le jury.
Tout en avouant modestement qu'il ne s'attendait pas à cette consécration, Salah Issad présente son long-métrage Soula, inspiré de l'histoire vécue par Souhila Bahri, l'actrice principale qui a également participé à l'écriture du scénario. "Souhila Bahri a interprété pour ainsi dire son propre vécu, étant une jeune mère célibataire en Algérie qui connaît tous les problèmes qui découlent de ce genre de situation." Etant un fan du road movie et du huis clos, Salah Issad, en découvrant l'histoire de Souhila Bahri, a compris qu'il pouvait en tirer un film bouleversant : "Avec l'équipe, on s'est retrouvé avec un projet ambitieux avec peu de moyens, mais l'amour que nous portons au travail nous a fait faire des miracles.
Pour le casting, à part quelques comédiens professionnels, tout est basé sur des acteurs sans expérience, comme Souhila Bahri dont c'est le premier rôle et qui a d'ailleurs participé à l'écriture du scénario." Arrivée la veille de Batna grâce à un visa qui lui a été délivré pour assister à la cérémonie de remise du prix Bouamari-Vauthier, Souhila Bahri était débordée d'émotion, au point de ne pouvoir s'exprimer sur scène, malgré les encouragement du public qui semble avoir pris en sympathie celle qui a pour ainsi dire joué son propre rôle dans le film. "Le sujet du film me concerne directement. J'en ai vécu les circonstances et les conséquences, comme d'autres mères célibataires en Algérie.
J'ai parfaitement senti mon rôle dans ce film auquel j'ai adhéré sans hésiter", déclare celle qui pense rentabiliser son succès dans Soula en envisageant de jouer dans d'autres films à l'avenir. Avec Soula, Salah Issad s'attaque à un tabou absolu dans une société hyperconservatrice. Grand paradoxe, le film Soula a été projeté en avant-première mondiale le 8 décembre 2021, à l'occasion de la première édition du Red Sea Film Festival à Djeddah, en Arabie saoudite, pays pourtant encore plus conservateur. Les lignes seraient-elles en train de bouger dans les sociétés traditionnelles ? Artistes, écrivains, cinéastes et autres intellectuels semblent de plus en plus portés sur des descriptions réalistes de leurs sociétés, avec leurs atouts et leurs travers.
Il est à rappeler que le prix Bouamari-Vauthier de l'AFA 2022 a été décerné au film La Vie d'après d'Anis Djaad. En présence de Jack Lang, président de l'IMA, d'Arnaud Montebourg, président de l'AFA, et de nombreuses personnalités du monde des arts et de la culture, la cérémonie de remise des prix s'est déroulée le 14 février à l'Institut du Monde arabe dans un auditorium archicomble, signe de l'intérêt que porte la diaspora algérienne à la culture de son pays d'origine.


ALI BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.