Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    La BEA en mode «accélération»    Un gisement de richesses négligé    La carte gagnante    La FIFA rétablit une vérité historique    Des documents top secret saisis    Reprise, demain, des rotations de la Minusma    Avec Mahrez sans Messi    Guerre à la parisienne!    Boulahbib de retour aux affaires    Etat d'alerte maximale    L'école privée cherche sa voie    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Ancelotti dira stop après le Real Madrid    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Un policier assassiné    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    Fondateur du roman algérien moderne    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Désescalade après une mobilisation des groupes armés
Tension persistante en Libye
Publié dans Liberté le 12 - 03 - 2022

Après quelques jours de tensions, retour à la normale en Libye avec, en prime, une désescalade. Les groupes armés installés aux portes de Tripoli et soutenant le nouveau Premier ministre se sont enfin retirés.
Le retrait des groupes armés qui soutiennent Fathi Bashagha, désigné par le Parlement Premier ministre de la Libye, est une réponse, selon le successeur d'Abdelhamid Dbeibah, à l'appel au calme de l'ONU et de Washington. Ce propos, tenu hier par Bashagha, sonne comme un avertissement au premier ministre sortant qui ne veut toujours pas céder le pouvoir. Mais aussi un clin d'œil à la légalité internationale dont il attend un franc soutien. Mais le statu quo actuel risque de renvoyer encore une fois le pays à sa situation politique de 2014 et 2021 avec des tensions sécuritaires. Avec la désignation par le Parlement de Fethi Bashagha comme Premier ministre en face d'un Dbeibah qui persiste à vouloir se maintenir au pouvoir jusqu'à l'élection d'un Parlement qui désignera son remplaçant, la Libye se retrouve avec deux gouvernements entachés d'un certain degré d'illégitimité.
Un gouvernement formé par l'ancien ministre de l'Intérieur Fathi Bashagha, approuvé par le Parlement siégeant dans l'Est, est en effet en concurrence avec le cabinet en place dans la capitale, Tripoli, issu des accords politiques parrainés par l'ONU et dirigé par Abdelhamid Dbeibah, qui refuse de céder le pouvoir. Des groupes armés loyaux à Fathi Bashagha s'étaient mobilisés, jeudi, aux entrées de Tripoli, faisant craindre des affrontements avec les forces sous les ordres de Dbeibah, alors que le pays tente de s'extirper de plus d'une décennie de chaos politique et de conflits. Soucieux de prévenir une reprise des hostilités et l'effondrement d'un cessez-le-feu en place depuis octobre 2020, l'émissaire du secrétaire général de l'ONU pour la Libye, Stephanie Williams, et l'ambassadeur des Etats-Unis, Richard Norland, ont appelé, jeudi soir, à la retenue. Appel auquel a répondu favorablement Fathi Bashagha. Il se place ainsi dans la position de celui qui ne veut aucunement faire revenir le spectre des affrontements interlibyens.
"Les groupes armés ont préféré ne pas recourir aux armes et ont effectué un retrait vers leurs précédentes positions", a annoncé le service de presse de M. Bashagha dans un communiqué diffusé dans la nuit de jeudi à vendredi. Selon le texte, "cette décision a été prise pour éviter toute effusion de sang et en réponse aux demandes de nos partenaires internationaux et régionaux". M. Norland a indiqué jeudi soir avoir eu des entretiens téléphoniques avec MM. Bashagha et Dbeibah. "J'ai parlé ce soir avec le Premier ministre désigné par le Parlement, Fathi Bashagha, et je l'ai félicité pour sa volonté de désamorcer les tensions et de chercher à résoudre les désaccords politiques actuels par la négociation et non pas par la force", a-t-il tweeté. Il a aussi dit avoir "apprécié l'engagement dont lui fait part M. Dbeibah à protéger les vies et sa volonté d'entamer des négociations pour trouver une solution politique".
Décrypté, cet engagement de Dbeibah peut bien être synonyme de sa disposition à lâcher du lest. Il ne serait pas davantage disposé, pour l'instant, à s'aventurer dans un accord qui le dépouillerait de son pouvoir.

D. B./Afp


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.