Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    JM/Handball - dames (match de classement) : l'Algérie s'incline face à la Macédoine du Nord (31-23) et termine 8e    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    ANP: Saïd Chanegriha promu au grade de Général d'armée par le Président Tebboune    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    «Nous revenons par la grande porte»    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"La souffrance des victimes du terrorisme n'a pas été assez évoquée"
Rencontre avec Anouar Benmalek au SILA
Publié dans Liberté le 27 - 03 - 2022

À l'occasion de la parution en Algérie de son dernier roman L'amour au temps des scélérats (éditions Casbah), Anouar Benmalek était l'invité à rencontrer son public, au stand de l'Institut français d'Algérie. Une heure durant, l'écrivain s'est prêté au jeu des questions-réponses avec spontanéité, humour et bienveillance.
L'espace de l'Institut français d'Algérie était plein à craquer, vendredi, au Salon international du livre d'Alger. Si certains ont pu s'installer confortablement, d'autres visiteurs sont tout de même restés debout pour ne rater aucune miette de la rencontre. Et l'invité ayant attiré autant de monde n'est autre que l'écrivain Anouar Benmalek, qui a fait le déplacement à Alger, pour présenter son dernier roman L'amour au temps des scélérats (éditions Casbah). C'est l'histoire d'amour dans un des lieux les plus outragés de la planète par l'intolérance religieuse, la guerre perpétuelle, la tyrannie meurtrière : le Proche-Orient, peut-on lire dans la 4e couverture.
Tout commence quand se présente, à la frontière entre la Turquie et la Syrie, un étrange candidat au jihad, Français et converti, du nom de Tammouz. Qui est-il, cet avatar du diable, aimé des chats et fâché avec son patron? Parti à la recherche de la femme qu'il a follement aimée, il rencontre sur sa route Zayélé, adepte d'une vieille religion minoritaire, mais aussi Adams, pilote de drone, engagé avec le Kurde Ferhad dans les forces démocratiques syriennes qui se battent contre Daech (...). "Des personnages aussi attachants que surprenants, qui devront choisir entre conscience et survie au cours de leur existence."
Si la trame se déroule en Syrie et les personnages sont Syriens, l'écrivain a tenu à préciser sur ce point, que ce roman n'est pas seulement une histoire sur la Syrie. "C'est une histoire qui nous concerne tous. Elle a lieu dans un espace qui mythologiquement nous appartient à tous", explique-t-il à l'assistance. Et de poursuivre : "Dans le sens que, le monothéisme est né là-bas. Nous avons une attache avec cette histoire." Selon l'auteur du Rapt, l'évocation des Syriens dans sa dernière œuvre, peut faire référence aussi aux Algériens et à n'importe quel être humain. "Dans les années 1990, nous avons connu cette barbarie et nous n'avons pas assez parlé : parler de la souffrance des gens comme vous et moi", regrette-t-il. "À mon avis, ces gens qui ont été sauvagement assassinés, on ne leur a pas rendu suffisamment de reconnaissance", insiste Anouar Benmalek.
Pour appuyer ses propos, il a cité pour exemple, les institutrices égorgées et dont "aucune institution ne porte le nom aujourd'hui". "Nous ne savons pas comment rendre honneur à ces personnes, qui se sont battues pour que l'Algérie continue à vivre ! J'insiste pour qu'on écrive sur ce genre d'histoire et c'est cela le travail de romancier ; de dire à ces victimes et leurs familles que nous les aimons." Et de marteler : "Ce ne sont pas seulement des statistiques, mais des êtres humains. Quand j'évoque la Syrie, je parle aussi de l'Algérie et de tout ce que nous avons vécu durant cette période." Concernant le titre de son roman L'amour au temps des scélérats, Anouar Benmalek a indiqué que pour lui, le mot qui traduirait scélérat en algérien c'est "chmata" ; qui insinue une "personne sans honneur qui ne respecte pas autrui ou alors c'est aussi ayant assassiné des enfants...".
Questionné sur son écriture, M. Benmalek a spontanément répondu : "Je n'écris pas pour gagner ma vie, je ne suis pas obligé d'écrire des romans ! J'écris des romans, qui autant pour moi, valent la peine de perdre des années à les écrire." À cet effet, le conférencier a raconté que pour son roman Le fils de ", il voulait "parler" de la Shoah, mais en commençant à étudier la question, "je me suis rendu compte qu'au début du siècle dernier, il y a eu un génocide ; celui des héréro d'Afrique, et ce, par l'occupation allemande".
Et de s'insurger : "Nous, en tant qu'Africains, nous l'ignorions totalement ! Alors, je me suis senti obligé de parler de ce génocide. Je raconte ces histoires par le biais de personnages qui ne sont pas des héros, mais des gens ordinaires." Anouar Benmalek s'est prêté tout au long de cette rencontre au jeu des questions-réponses avec spontanéité, humour et bienveillance, et ce, en apportant des conseils sur l'importance de la persévérance et la détermination pour l'aboutissement d'un projet, comme voir un premier manuscrit publié. À noter que cette 25e édition du Salon international du livre d'Alger se poursuit jusqu'au 1er avril à la Safex.
Hana M.

L'amour au temps des scélérats, d'Anouar Benmalek, Casbah éditions, 248 pages, 2022, 1200 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.