Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"L'espoir né avec la révolution populaire s'est évaporé"
LOuisa Hanoune a animé une conférence de presse après le congrès du PT
Publié dans Liberté le 31 - 03 - 2022

La secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, a animé hier une conférence de presse pour faire le bilan du congrès de son parti. Une occasion pour elle de rappeler les grandes lignes de son combat politique. Ainsi, dans une longue allocution, la secrétaire générale du PT a regretté que "l'espoir né en 2019 avec la révolution populaire s'est évaporé" à cause de la "répression" et des "atteintes aux libertés". Pour illustrer son propos, la SG du PT a rappelé la multiplication "des arrestations" et des "interpellations de jeunes pour avoir participé" aux manifestations du Hirak. Elle a dénoncé la contradiction du pouvoir qui "donne l'impression" de libérer certains détenus "même s'il les condamne quand même".
Dans le domaine social, Louisa Hanoune a réclamé le "gel de toutes les décisions antipopulaires", appelant "à la révision de la politique salariale, l'augmentation des salaires et des pensions et à des décisions pour réguler le marché". Pour Louisa Hanoune, "la gratuité de l'enseignement et de la santé est juste formelle". La preuve est qu'à cause du manque de moyens, notamment de médecins, d'infirmiers et d'autres raisons telles que "la pénurie des médicaments", des citoyens "sont obligés de s'orienter vers le privé pour se soigner". Elle a également rappelé que ce manque de moyens touche aussi les communes dont les travailleurs perçoivent des "salaires dérisoires".
Louisa Hanoune a indiqué, à ce propos, que "les travailleurs des communes ont tiré la sonnette d'alarme. Les moyens sont inexistants et les communes sont dans un état de délabrement. Cela s'ajoute aux salaires dérisoires", a-t-elle énuméré, tout en insistant sur le fait que cette situation "constitue un danger contre la République, visée par le démembrement". Toujours au volet social, la secrétaire générale du PT a rapporté des plaintes de populations du sud du pays. "Ceux venus des régions frontalières racontent comment des populations vivent dans des conditions dramatiques : pas de routes, pas de centres de santé... des femmes doivent, parfois, parcourir des milliers de kilomètres pour accoucher", a-t-elle expliqué.
Outre la précarité sociale, Louisa Hanoune s'en est prise aux décisions économiques du gouvernement. Elle ne voit pas d'un bon œil la proposition faisant état de la création de "zones franches" qui ne feront que "créer les conditions d'exploitation de la main-d'œuvre". Puis, "pourquoi maintenant ?", interroge-t-elle. "S'ils pensent qu'ils encouragent l'investissement étranger, ils se trompent" parce qu'il y a actuellement "une crise mondiale" qui pousse les entreprises à "ne pas investir ailleurs". Au cours de sa conférence de presse, Louisa Hanoune a indiqué que "des fuites" portant sur l'avant-projet de la nouvelle loi sur les partis révèlent qu'il y a "une volonté de remise en cause du multipartisme" et le pouvoir "se dirige vers plus d'autoritarisme". Une raison parmi d'autres qui lui ont fait dire : "Nous sommes dans le même système, seules les personnes ont changé."


Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.