La dictature, la corruption et le mal-être de l'Algérie    Ali Yahia et les Médias de la Haine    Tunisie: une "infection bactérienne" a tué 14 nourrissons    L'Argentine porte à 71% son taux directeur    Un Brexit sans accord doit être évité "coûte que coûte"    Yémen: six experts en déminage tués dans l'explosion d'un dépôt    Kim accuse les Etats-Unis d'avoir été de "mauvaise foi"    Le pétrole recule en Asie    L'Algérie avec 19 athlètes au Mondial de kempo en Espagne    Judo : 4 médailles pour les Algériens en Afrique du Sud    Lutte : la coupe nationale cadets et juniors de lutte aujourd'hui et demain    Désignation de représentants du mouvement populaire pour mener une transition : urgence du moment ou stratégie d'enfermement ?    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Communiqué
Comité Benchicou pour les libertés
Publié dans Liberté le 04 - 03 - 2006

L'auteur de la célèbre phrase-ritournelle, le chroniqueur du journal Le Soir d'Algérie, Hakim Lâalam, vient d'être condamné par la cour d'appel d'Alger à six mois de prison ferme. En première instance, Lâalam avait écopé de la même peine, mais avec sursis.
Le cauchemar continue, en effet, pour la petite communauté de journalistes algériens dont trois membres sont déjà sous les verrous. Le rouleau compresseur actionné par la justice, un certain 14 juin 2004, date à laquelle Mohamed Benchicou, directeur du Matin, avait été jeté en prison et son journal liquidé, continue à broyer inexorablement les professionnels des médias privés dans une indifférence quasi totale.
Une menace avérée pèse sur au moins 18 journalistes condamnés en 2005 à de lourdes peines de prison. Trois directeurs de journaux : Fouad Boughanem (Le Soir d'Algérie), Ali Djerri (El Khabar) et Omar Belhouchet (El Watan) cumulent à ce jour respectivement, 13, 11 et 10 condamnations pour délits de presse. Le caricaturiste du journal Liberté, Ali Dilem, lauréat de plusieurs prix internationaux, a été condamné 12 fois pour délit d'humour, alors que Benchicou, harcelé par la justice jusque dans sa cellule de prison, totalise pour l'instant, à lui seul, 32 procès pour délit de presse.
De là à considérer les journalistes et les dirigeants de journaux parmi les plus importants, faut-il le rappeler, comme “délinquants multirécidivistes”, il n'y a qu'un pas que l'appareil judiciaire, totalement inféodé au régime, n'a pas hésité à franchir, ravalant l'Algérie à un rang indigne des sacrifices de ses enfants.
Face à ce vrai putsch contre les libertés constitutionnelles, le Comité Benchicou pour les Libertés ne cessera pas d'alerter l'opinion interne et internationale sur ces atteintes multiples à la liberté de la presse et, à travers elles, à l'idéal démocratique dans ce pays.
Convaincu que la liberté de presse est un acquis citoyen et sa défense un devoir qui s'impose à tous, il appelle, de nouveau, les Algériennes et les Algériens à s'opposer, dans un sursaut pacifique et émancipé, aux actes liberticides du régime en place en disant non à la mise à mort de la liberté de la presse.
Alger, le 3 mars 2006


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.