L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



“Les repris de justice ne bénéficieront plus de remise de peines”
Le ministre de la Justice hier au Sénat
Publié dans Liberté le 21 - 11 - 2006

Le ministre de la Justice, Tayeb Belaïz, s'est présenté, hier, au Conseil de la nation pour répondre aux interrogations des sénateurs sur certaines dispositions contenues dans les projets de lois portant révision du Code pénal et révision du Code de procédure pénale et projet de loi sur la lutte contre la corruption.
Des textes qui seront soumis, ce matin, au vote des membres de la Chambre haute. Le garde des Sceaux a commencé par révéler qu'un travail d'experts, dont des magistrats, a montré que les mesures d'assouplissement des peines encourageaient directement ou indirectement le crime.
Ainsi, il a indiqué que des condamnés à mort ont vu leurs peines réduites à dix. Ceux qui ont écopé de la perpétuité ont retrouvé la liberté au bout de 5 ans et ceux qui purgeaient 20 ans d'emprisonnement ont quitté les centres pénitentiaires après seulement 3 ans de détention.
M. Belaïz a affirmé que les services compétents de son département se sont attelés à corriger ces incohérences dans le Code pénal, en maintenant les conditions favorables de réduction de peines pour les détenus primaires. Les détenus qui ont un casier judiciaire chargé par d'autres inculpations et les récidivistes n'auront aucune (ou très peu) chance de sortir de prison avant d'y avoir passé les années auxquelles ils ont été condamnés.
Les incarcérés pour des chefs d'inculpation relevant de la sécurité nationale (entre autres des terroristes) ne profiteront, en aucune manière, des avantages accordés dans les pénitenciers, a insisté le membre du gouvernement.
Il a usé d'un ton tout aussi persuasif pour convaincre de la sévérité annoncée de l'Etat envers les auteurs de vol (5 ans de prison au minimum et 10 ans au maximum) et les citoyens qui se rendent coupables de coups et blessures volontaires à l'arme (en moyenne dix ans de détention).
Les autorités judiciaires ont, néanmoins, allégé les mesures coercitives contre les auteurs de diffamation. Les poursuites judiciaires sont systématiquement abandonnées si la (ou les) victime (s) leur accordent le pardon.
Sur l'hermétisme de l'Etat concernant certaines grosses affaires de justice (Khalifa, BCIA…), le ministre a assuré que le secret d'instruction est protégé pendant trois ans. “Le procureur général, qui instruit l'action publique, ne peut s'exprimer que sur un résumé de l'affaire. Il n'a pas le droit de parler des preuves ou des procédures.” Il a certifié, par ailleurs, que les perquisitions à domicile obéissent à des règles strictes. “Dans certains cas qui induisent des crimes graves, les autorités judiciaires ordonnent des perquisitions sans préavis et à toute heure du jour ou de la nuit”, a-t-il expliqué.
De la même manière, il a affirmé que tout ce qui se dit sur d'éventuels abus dans les écoutes téléphoniques est une hérésie. “Nous utilisons ces procédés pour combattre des crimes très graves, comme cela se fait dans les autres pays. Ces écoutes sont codifiées par des textes internationaux”, a-t-il précisé. Il a ajouté que si la société est en danger, les libertés individuelles sont souvent mises en veilleuse.
S. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.