La marche de Béjaïa violemment réprimée    Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie reste le thème permanent
La peinture algérienne, témoin de l'histoire
Publié dans Liberté le 22 - 05 - 2007

La peinture algérienne a moins d'un siècle. Pourtant, elle a connu des moments très forts et offre un panorama à la fois riche et varié. Bien avant l'Indépendance, elle a été valorisée par des artistes remarquables de l'envergure de Nacer Eddine Dinet, Mohamed Racim, Mohamed Temmam, M'hamed Issiakhem et Mohamed Khadda, qui l'ont hissée à un niveau élevé.
Des générations de peintres algériens ont tenté de donner naissance à une peinture typiquement algérienne. En 1985, le journaliste et écrivain Tahar Djaout écrivait que la peinture en Algérie est “la discipline artistique où s'opèrent le plus de changements heureux”. Il faisait référence, notamment à Issiakhem, Khadda et Benanteur et à leurs “dignes successeurs”.
Les arts plastiques sont marqués par trois grandes tendances. La première, qualifiée de “peinture naïve”, se manifeste avec Hacène Benaboura et sera incarnée par Baya Mahieddine. Une seconde tendance, expressionniste, est dominée par la création élaborée de M'hamed Issiakhem : la souffrance des Algériens durant la colonisation française et les épreuves traversées par les pays du Tiers-Monde, en quête de liberté, seront autant de matières pour éveiller le climat agité de sa peinture. Quant à la troisième tendance, incarnée en particulier par les Khadda, Benanteur, Guermaz, Aksouh et Mohamed Louail, elle ouvrira la voie à l'abstraction ou la peinture non figurative.
Selon les critiques, c'est avec la génération des peintres des années 1950 qu'apparaît la peinture algérienne moderne. Les générations suivantes contribueront à l'enrichissement du langage artistique en introduisant de nouveaux signes et de nouveaux matériaux : poudre, goudron, peaux, végétaux, plastique, bois, carton…
On retiendra, cependant, que les années 1990 verront l'explosion des techniques des individualités, le recours à la graphie de la Lettre et du Signe qui se poursuivent à ce jour. Dans la nouvelle génération de peintres, citons Layachi Hamidouche, Abderrahmane Ould Mohand, Zouini, Boudjema, Kouidri…
Depuis l'Indépendance, l'Algérie s'affirme comme un foyer vivant de la création artistique. Même pendant les années de violence terroriste où des intellectuels et des artistes étaient les cibles des islamistes, les arts plastiques n'ont cessé d'être le miroir de l'âme algérienne, mais également le témoin de l'histoire, en s'opposant contre le fanatisme et l'impuissante infécondité.
L'Algérie restera toujours une source infinie d'inspiration pour nos peintres. Et pour paraphraser le peintre Mohamed Khadda, il faut reconnaître que “ la revalorisation de notre culture, l'ancrage dans le terreau national sont et resteront (…) des thèmes permanents, lancinants chez tout intellectuel et artiste algérien”.
H. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.