Fafa rénove la Casbah !!!    CONSEILS DE CLASSE : Les mentions avertissements et blâmes interdites    LOGEMENTS LPA : Les célibataires auront droit à un F2    Fin de la polémique autour du changement de statut du FCE    Retrait du marché de la poudre de jus «Amila» et gel de l'activité de la société productrice    194 projets d'investissement privé agréés par le Conseil de wilaya    Guterres juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée    Le gouvernement espère la fin de la crise des gilets jaunes    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'entraîneur Bouzidi appelle à la mobilisation    Dix clubs présents dont la JSE Skikda et l'IC Ouargla    Bouakaz, Dob et compères poursuivent en justice Ennahar TV et son patron    3 personnes secourues après une intoxication au monoxyde de carbone    Le silence assourdissant de la sécurité sociale    L'Université de Sidi-Bel-Abbès 56e à l'échelle mondiale en 2018    Les «initiativeurs»    Dimajazz, le retour    Voyage en calligraphie arabe    Ces capitalistes qui aiment Karl Marx    Des sites archéologiques à l'abandon    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    L'Egypte et l'Afrique du Sud, seuls pays candidats    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un musée pour Djerma
batna
Publié dans Liberté le 07 - 04 - 2008

Le centre de torture de Lucas, connu communément sous l'appellation de la ferme de Lucas, implanté dans la commune de Djerma, wilaya de Batna, vient d'être transformé en musée.
Ce centre de torture est le symbole de la perversité du colonialisme français.
Malgré les années passées, il ne s'est pas encore débarrassé de sa sinistre réputation et de ses relents de tortures et d'assassinats.
“La ferme de Lucas était l'enfer et ne rappelle à la population des Aurès que la torture et l'assassinat d'Algériens”.
Elle avait été transformée pendant la période coloniale en un centre de torture pour interroger les habitants des Aurès suspectés d'appartenir au Front de libération nationale ou d'avoir des liens avec les moudjahidine.
Les méthodes de torture dans ce centre étaient effroyables et barbares.
Des survivants continuent à témoigner...
Pendant l'interrogatoire, les prisonniers innocents étaient soumis à la gégène (torture à l'électricité), à la privation de sommeil, aux bastonnades, à l'arrachage des ongles avec des pinces, à la submersion d'eau, (tentative de noyade), et à la méthode de “frire et mijoter les pieds de cochons”, où les prisonniers étaient torturés en pressant le bout d'une cigarette contre leurs ongles.
Les méthodes étaient nombreuses et “rares les personnes transférées à Lucas qui en sont sorties vivantes”, témoignent des moudjahiddine encore en vie. Combien d'Algériens ont été tués sous la torture dans ce centre ?
B. Boumaïla


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.