Barça : Messi reprend l'entrainement avec le groupe    Bonnes perspectives en gaz et électricité    DIALOGUE NATIONAL : Le panel s'engage à rencontrer la société civile    «Le dialogue doit satisfaire les demandes du peuple»    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    «L'investissement est ouvert au privé»    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Guterres profondément préoccupé par la situation dans le Nord-Ouest    Jeux militaires de Russie : l'Algérie décroche la 6e place    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    Sept personnes arrêtées dans plusieurs wilayas    SAISON ESTIVALE : 17 morts par noyade à Mostaganem    PELERINAGE 2019 : 22 Algériens décédés depuis le début du Hadj    Crime odieux sur un jeune homme à El Matmar    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    "La mission du panel est de diviser le hirak"    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    La hantise des conducteurs    L'armée face à une situation sécuritaire de plus en plus préoccupante    Farès opéré avec succès    Une jeune fille fait une chute du 5e étage à Haï Essalem    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Trop de questions (2)    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Bensalah réitère son appel au dialogue    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    Tébessa, El-Tarf: De nouveau des routes coupées à cause de l'eau    ATP: Le Sud-Coréen Lee, le 1er joueur sourd à gagner un match sur le circuit    Climatiseurs DualCool et ArtCool : Les nouveaux nés de LG    Bourses : L'Europe finit en hausse, portée par les espoirs de relance    Chine : Réunion du PCC pour analyser la situation économique    Rencontre Poutine-Macron : La Russie ne souhaite pas un scénario à la Gilets jaunes à Moscou    ZLECAF : Nécessité de saisir les opportunités au profit de l'économie nationale    Importations: Des matériels roulants en souffrance au niveau des zones sous-douanes débloqués    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Syndicat des pharmaciens revendique la révision du décret fixant les bénéfices
Intervenant dans l'industrie du médicament
Publié dans Liberté le 09 - 07 - 2008

Le Syndicat national algérien des pharmaciens d'officine (Snapo) a appelé, hier, à la révision du décret exécutif déterminant les marges maximales de bénéfice des intervenants dans l'industrie du médicament et définissant les modalités de dépôt des prix, adopté fin mai dernier par le Conseil de gouvernement. “Ce décret ne répond pas du tout aux attentes des pharmaciens d'officine. Il a été adopté sans tenir compte des revendications du Snapo et ces marges bénéficiaires sont contradictoires avec la politique nationale de santé qui vise à encourager les médicaments génériques”, a déclaré le président national du syndicat, M. Fayçal Abed, lors d'une rencontre avec la presse. “Ces marges sont en totale contradiction avec la politique gouvernementale prônée en faveur du médicament générique et demeurent très pénalisantes pour le pharmacien d'officine”, a-t-il ajouté.
Le texte de décret en question stipule que plus le coût du produit est réduit plus la marge de bénéfice du pharmacien ou du distributeur est importante et inversement. La marge de bénéfice pour un médicament qui coûte 200 DA est estimée à 17% pour le grossiste et à 70% pour le détaillant, rappelle-t-on. M. Abed s'est interrogé sur quelle base a été décidée cette marge de bénéfice de 17%, rappelant que l'ancienne loi qui régissait ce domaine qui date de l'année 1998 instituait une marge de 20% pour les médicaments qui coûtent plus de 150 DA. Il a précisé, à cet égard, qu'“il n'y a pas de différence entre l'ancien et le nouveau système”, indiquant que ces marges sont “faibles” et risquent de causer la faillite des officines. M. Abed a affirmé avoir communiqué un rapport détaillé au ministère de tutelle, du Commerce et à la chefferie du gouvernement retraçant “la situation réelle” des officines sur plusieurs aspects et appelant la révision de ce décret, signalant que le Snapo “ne restera pas indifférent et est prêt à mener une action nationale” en cas d'absence de dialogue et de considération à ses doléances. Abordant la question des ruptures de stocks des médicaments, notamment, des maladies chroniques, M. Abed a déclaré que “c'est une réalité, le constat est là, mais la question qui reste posée, a-t-il dit, est de savoir qui a provoqué ces pénuries”. M. Abed a fait état d'une “réapparition soudaine” de certains médicaments sur le marché dès qu'il y a eu ouverture des importations, affirmant ainsi qu'il s'agirait d'une “rupture provoquée par certains opérateurs”.
Abondant dans le même sens, le chargé de la communication du Snapo, M. Messaoud Belambri, a indiqué que la rupture des stocks de médicaments a été provoquée à cause du retard accusé au niveau des programmes d'importation et par ailleurs, en raison de la rétention opérée par certains opérateurs des stocks qui ont, a-t-il dit, “profité de la situation de rupture pour libérer ces produits d'une manière limitée”. M. Abed a, en outre, dénoncé les installations “anarchiques et inégales” de pharmacies dans les chefs-lieux de certaines wilayas et même dans la capitale, ce qui représente, selon lui, “un dépassement de la part des Directions de santé publique de wilaya”. Concernant les produits périmés, le Snapo s'inquiète sur leur sort, du moment que “leur incinération, a-t-il dit, demeure interdite dans les décharges publiques depuis 2002 en raison de la protection de la santé des citoyens et de l'environnement”.
L'incinération des produits périmés, dont la quantité est estimé, selon le syndicat, à des dizaines de tonnes qui se trouvent au niveau des officines, devrait se faire dans des incinérateurs, a indiqué M. Abed, déplorant l'“inexistence d'incinérateur agréé” au niveau des hôpitaux. Annonçant dans la foulée la tenue du conseil national du Snapo mercredi prochain (9 juillet), M. Abed a, en outre, appelé les autorités concernées à élaborer une “liste officielle actualisée des psychotropes”, et ce, afin de “clarifier” le classement de ces médicaments.
R. N./APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.