L'Algérie du second souffle    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    AG extraordinaire de la Fédération algérienne de football : Adoption d'un nouveau système de compétition    Coupe arabe: Le CS Constantine éliminé par Al-Muharraq Bahreini    JM Oran-2021 : Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    Batna: Les opérateurs privés appelés à investir dans des établissements pour enfants à besoins spécifiques    Une nouvelle amnistie générale décretée    Tliba refuse de céder    Des mesures d'urgence pour El-Hadjar    Toutes les conditions "propices" réunies    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    VISITE DU MINISTRE DE LA COMMUNICATION ET DE LA CULTURE A ORAN : Rabehi appelle à mobiliser les efforts au service du pays    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Le Trésor public réalise une importante économie    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    La délivrance de l'agrément du ressort du wali    Le CSA menacé de paralysie    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Complexe sidérurgique ArcelorMittal El-Hadjar
Publié dans La Nouvelle République le 02 - 08 - 2014

Le complexe sidérurgique ArcelorMittal Algérie, à El-Hadjar (Annaba), est depuis quelques jours soumis à de sérieuses tentatives de déstabilisation.
La situation a déjà eu pour conséquences des difficultés financières entraînant des risques de non-versement des salaires pour les mois à venir, la mise en congé obligatoire des travailleurs et le non-paiement des sociétés sous-traitantes et autres fournisseurs. Bien que les cadres dirigeants de l'entreprise algérienne tentent de limiter la cause aux seules difficultés de démarrage du haut fourneau n°2, le problème est plus grave. Il s'agit ni plus ni moins que d'actes cumulés tendant de faire échouer la reprise de la production. D'où les problèmes que rencontrent les techniciens dans le redémarrage de ce haut fourneau. Cette installation représente le poumon de la production du fer et de l'acier. C'est ce que souligne le nouveau secrétaire général du conseil syndical UGTA, Noureddine Amouri. Installé tout récemment dans ses fonctions, il a émis un communiqué de presse dans lequel il dénonce ce qu'il estime être les agissements de son prédécesseur Daoud Kechiche. «L'ex-secrétaire général du conseil syndical de l'entreprise est derrière les tentatives de déstabilisation fomentées dans notre complexe. Aidés par des forces extérieures, cet ex-syndicaliste multiplie les actions visant à ne pas permettre le redémarrage du HF n°2 et de là, maintenir à l'arrêt la totalité des installations de production», a révélé l'actuel SG du conseil syndical. Les termes de son communiqué sont très virulents. Ils interpellent les pouvoirs publics à l'effet d'ouvrir une enquête sur le comportement de certains individus. Ce sont notamment d'anciens syndicalistes, des cadres gestionnaires et un membre de la chambre basse, tous intéressés par la manne que représente les 500 millions de dollars que l'Etat destine à la concrétisation du plan d'investissements. L'urgence de la réaction du gouvernement est soulignée par d'abord la décision de la direction générale de mettre 90% de ses 5 700 salariés en poste dans les différentes unités de production. Cette mesure devrait toucher les mines d'Ouenza et Boukhadra dans la wilaya de Tébessa. Des cadres proches de la direction générale affirment que cette mesure devrait obligatoirement aboutir à la mise au chômage technique des mêmes effectifs juste après. Ce qui explique l'affolement des membres du conseil syndical dont le secrétaire général a été désigné, comme de tradition, par Tayeb Hmarnia, le SG de l'union de wilaya de l'UGTA et également membre du conseil exécutif de la centrale syndicale chargé de l'organique. Un cumul de fonction pourtant interdit par les statuts de l'UGTA, mais qui fait les affaires du patron, Abdelmadjid Sidi-Saïd. C'est ce qui horripile l'ex-SG Kechichi Daoud. Ce dernier avait tenté d'en imposer à la direction générale en tirant toute la couverture à lui dans la perspective des marchés de gré à gré ou par soumission de plis à la suite des appels d'offre émis ou à émettre dans les prochains jours. Ce que n'a pas admis Sidi-Saïd qui a décidé de sa mise à l'écart. D'autant plus qu'à la veille de l'Aïd El-Fitr, l'ex-secrétaire général du conseil syndical de l'entreprise, Daoud Kechichi, a appelé à la tenue d'une assemblée générale des travailleurs. Dire que les prochaines semaines seront véritablement dures à vivre au complexe sidérurgique d'El-Hadjar ne serait pas exagéré. Pour preuve, les travaux de réparation du haut fourneau n°2 qui enregistrent échec sur échec avec la poursuite de l'arrêt de la totalité des installations de production. Cette situation s'est répercutée sur la filiale ArcelorMittal Pipes et Tubes Algeria. Elle dispose d'un cahier de charges de 24 mois pour la production de 420 kilomètres de tubes en acier sans soudure nécessaires à la matérialisation du projet du gazoduc Illizi-Djanet. Le bon de commande établi par Sonatrach transport canalisations ne prête à aucune ambiguïté. Pipes et Tubes Algéria l'a bien compris, elle qui, avec ses 350 salariés menacés par le chômage, a sollicité le député Kouadria Smaïl, anciennement secrétaire général du syndicat ArcelorMittal pour défendre sa cause auprès du ministère de l'Industrie et des Mines et celui du Commerce. Il s'agit de permettre l'importation de Pologne sans taxe de douanes et de toute urgence des tubes en acier destinés au gazoduc en question afin d'éviter une rupture de stock. Ce qui ne manquera pas d'arriver au cas où le haut fourneau venait à ne pas démarrer. Les coulées de fonte produites par cette dernière installation de la zone chaude servent aussi à la fabrication de ce type de tube. Pour les observateurs, toutes ces tentatives de déstabilisation sont annonciatrices de la disparition à moyen terme du complexe sidérurgique d'El-Hadjar.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.