Le Président Tebboune entame lundi une visite de travail en République arabe d'Egypte    Les sociétés algériennes ont des opportunités prometteuses dans le marché africain et du Sénégal    Barça : Memphis Depay de retour en Eredivisie ?    Lancement d'une nouvelle campagne nationale de vaccination    Foot/ Ligue 2 : victoire de l'ASM Oran devant le MC Saida (2-0)    Wilaya d'Alger: réseau de trafic de stupéfiants démantelé et plus de 2.000 comprimés psychotropes saisis    Le peuple sahraoui déterminé à défendre son droit à l'indépendance par tous les moyens légitimes    Le FFS dénonce "une grave dérive du pouvoir"    L'Allemagne va livrer à l'Ukraine un hôpital de campagne    Foot, force et démocratie    Les avocats prônent la prudence    Barça : Ansu Fati face à un choix difficile    "L'Algérie a les moyens de rivaliser avec les meilleures nations au monde"    "Je vais me remettre en question"    Lait subventionné : l'augmentation du prix n'est pas à l'ordre du jour    Placement de près de 19 000 demandeurs d'emploi en 2021    Le Cnapeste reporte sa grève    Quand la quête de vérité met la lumière sur un passé sombre    Taghit, une source d'inspiration pour les artistes    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Cap sur la Coupe de la CAF !    Les championnats à huis clos    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Plus de 20 000 interventions effectuées par la Direction du commerce en 2021    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    T'wakhdhet !    Deux en un sur le podium    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Bouslimani affiche ses intentions    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A quoi sert la direction de la concurrence et des prix ?
Publié dans La Nouvelle République le 07 - 01 - 2015

«On contrôle les coiffeurs et les épiciers du coin !» Donc, littéralement, des expressions comme la liberté de marché, voire une société de liberté, n'ont aucun sens...
La liberté de qui ? Et de faire quoi? Puisqu'il est évident qu'en aucune circonstance tout le monde ne peut obtenir facilement tout ce qu'il veut. Ainsi, dans une économie libérale ‘sauvage ‘et de ‘bazar', qui s'est installée en Algérie, c'est le maximum de liberté pour les plus riches et le minimum pour les plus pauvres où les individus les mieux servis sont logiquement les plus avides et les moins scrupuleux. Jamais, au grand jamais, la situation du marché n'a atteint de pareilles proportions au niveau de la wilaya de Mascara, à l'instar des autres régions du pays, et fatalement, on pense aux petites bourses qui forment la majorité de la population, à ces pères de famille et autres petits fonctionnaires, aux revenus modestes, qui éprouvent les pires difficultés à joindre les deux bouts. Les barons du marché n'en ont cure. Pour eux, les motivations humaines, sociales, voire sentimentales, n'ont pas cours. L'essentiel en ce mois sacré de ramadhan, le mois de piété est la liberté de l'abrutir, par le gain, le gros gain facile et rapide, la grosse fortune par le raccourci. Le stockage de la pomme de terre, y compris d'autres légumes de saison par des barons de la région dans les fameuses chambres froides, où des grandes quantités sont stockées a des fins spéculatives, va à l'encontre des lois et des mesures arrêtées sur la liberté des prix et la concurrence, qui en réalité, n'existe en fait jamais. Notamment à cause de l'impact des politiques d'écrémage du ministre de l'Agriculture et celui du Commerce, qui se renvoient la balle, par des accusations mutuelles, du mauvais rapport de coordination où le prix à l'anarchie a été introduit pour encourager l'absence de contrôle centralisé. Le secteur privé non exploiteur dans cette région profonde de l'Algérie, celui qui vient en complément des actions de l'Etat providence, ça existe. Mais il existe aussi tout un secteur parasitaire composé d'affairistes qui agissent de manière à maximiser leur propre profit sans scrupule et sans état d'âme. Le marché des fruits et légumes, mais aussi des produits de large consommation, nous fournit aujourd'hui la terrible réalité de cette concurrence déguisée, via des publicités mensongères qui promettent une probable chute des prix, alors que nous avons déjà entamé le quinzième jour du mois sacré de Ramadhan. « Inutile de décrire l'ampleur de ce que nous subissons au quotidien pour faire chauffer la marmite.Là encore le pouvoir va au pouvoir, l'argent à l'argent. Et tous ces gens bien installés au sommet de l'Etat n'ont aucune raison de vouloir un quelconque changement.D'où l'inertie actuelle dans laquelle se trouve la dictature des prix en furie, qui se pratique au vu et au su des décideurs et autres concernés par cette razzia. Où est cette démocratie ? Dans le fait de voter. Voter pour ceux qu'on nous propose ou plutôt impose , c'est-à-dire les cinq ou six partis qui se partagent le gâteau du pouvoir. Aucun ne nous convient », explique un citoyen rencontré à la maison de la Presse. Cette constatation pose toute la problématique des promesses non tenues des décideurs en haut lieu, sur la question du droit de regard et de l'assainissement des marchés de gros de l'agroalimentaire dans notre pays, communément appelé ‘la régulation'des marchés de gros, c'est-à-dire des marchés intermédiaires, à l'exemple du chef- lieu de la wilaya, en est une petite illustration. S'il est vrai qu'on ne peut pas mettre tous les privés, les négociants et autres opérateurs dans le même panier, qu'il faut faire une différence entre l'honnête commerçant et les affairistes sans foi ni loi qui hantent le marché de gros de la ville de Mascara, qui est lié à la mauvaise exécution du programme, adresse un signal négatif du marché.En règle quasi générale, les intermédiaires, les propriétaires de chambres froides et les affairistes, véritables têtes pensantes de cette flambée des prix, ne sont ni des philanthropes ni des saint-bernard. D'autres secteurs stratégiques sont étrangement ciblés. Ainsi,en jouant le paradoxe des difficultés conjoncturelles, les déclarations du ministre de l'Agriculture et celui du Commerce, qui se jettent des fleurs, et des producteurs qui se frottent les mains, sont des prétextes pour organiser la pénurie et déterminer les coûts des produits. « Ce qui m'agace, c'est la façon de nous mentir, c'est la façon dont sont sélectionnées puis présentées les informations débiles qui circulent dans les médias lourds et publics sur la disponibilité des produits de première nécessité et ceux des fruits et légumes.C'est vrai ce qu'ils avancent. Mais à quel prix ! », s'insurge un infirmier du secteur sanitaire de Mascara. Alors, nul besoin de justification idéologique. C'est dans la rue que la colère gronde comme un feu qui couve, humeurs crispées, étalages arrogants par des prix qu'ils affichent, des couffins maigres qui retournent bredouilles à la maison. C'est l'ambiance quotidienne de cette fin d'année, où les prix dans les marchés tiennent en haleine les ménagères. Encore une fois, le repas sera maigre. Le trafic des fruits et légumes devient un métier. Cet indiscutable défi à la population n'est pas le fruit du hasard, il est la résultante d'un certain nombre de facteurs qui, conjugués, ont généré ce pervers phénomène. L'un de ces intermédiaires rencontrés au marché de gros, nous avouait en ces termes : «Ce n'est pas moi qui ai fixé les règles du jeu de la concurrence et du marché. On nous a bien fait comprendre qu'on est dans le système de la liberté des prix. Nous sommes libres de fixer à notre convenance ces prix. D'ailleurs, c'est un grand risque que je prends avec mon argent, et je demeure intraitable dans mon métier, c'est à prendre ou à laisser. Ecrivez ce qui vous chante. Je prends des risques et j'estime que ce n'est que justice que je suis recomposé. Personnellement, j'investis 4 milliards de dinars, si cela ne me rapporte pas le double, je ne vois pas pourquoi je courrais le risque », commente un mandataire connu sur le marché de gros de la ville. Dès lors, cette situation qui perdure n'a cessé de prendre des proportions alarmantes. De jour en jour beaucoup de monde s'est mis à ce trafic légalisé par l'impuissance des services de contrôle, sous prétexte d'une liberté de marché qui n'accepterait ni règles ni entraves. Plus loin, un autre son de cloche. Cette fois-ci, écoutons ces informations de certains agriculteurs de la région, où les petits producteurs de patate ont trouvé une autre parade de conservation, où le tubercule est étalé à même le sol, dans un endroit frais, et recouverte d'une couche de terre. Cette nouvelle trouvaille de camouflage, souligne notre orateur, fait tenir plusieurs mois. C'est le rationnel qui s'est dissous dans l'empirique, ce qui tend à prendre de l'ampleur et d'entraîner une autre partie de petits producteurs dans la spirale d'une spéculation pour affamer la population. Chacun a à l'esprit la tentative de l'Etat de réglementer, voire juguler ces pratiques, dont personne ne veut entendre parler en ces temps d'incertitudes. L'Etat est-il nécessaire à une économie de marché ? L'Etat est toujours nécessaire, voire indispensable. Cependant, ce n'est plus l'Etat providence, pour envoyer la cohorte de fonctionnaires et autres contrôleurs sur le terrain, qui se tournent les pouces dans les diverses directions de la concurrence et des prix. Car l'Etat s'en lave pour autant complètement les mains. C'est le consommateur qui paie. Enfin, la Direction de la concurrence et des prix de la wilaya de Mascara a pris le taureau par les cornes en investissant le terrain par des contrôles chez les coiffeurs pour les obliger à placarder les prix pour, paraît-il, une certaine transparence... Du n'importe quoi en plus d'avérée contrôle tyrannique qui touche uniquement des petits épiciers qui sont quotidiennement harcelés par des contrôleurs chichement payés par l'Etat providence. A quand un contrôle des chambres froides, des importateurs et des grossistes qui affament la population ? Quand les responsables dans la wilaya de Mascara se font servir par camionnette entière de fruits, légumes et méchouis, le peuple est tout nu !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.