Réunion du gouvernement: Dessalement et urbanisme au menu    Domiciliation bancaire: Des importateurs veulent plus de concertation    Pouvoir pour savoir    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Football - Ligue 1: Une étape décisive    Dr Elias Akhamouk: «L'Algérie pas à l'abri de la variole du singe»    Une saison estivale sous haute surveillance: Un dispositif de lutte contre les MTH et les zoonoses    Les dos d'âne et la responsabilité de chacun    Le miroir de l'Histoire    L'Art est moins un métier qu'un beau voyage    ECRITS FRATERNELS    Le métro d'Alger voit le bout du tunnel    Les Algériens visent le podium    Le Barça galère dans son opération de dégraissage    La vente approuvée    Quand les Américains surfent à Alger    Algérie-Italie : il n'y a pas que le gaz    Le sort du député Bekhadra scellé    L'ANP fait son bilan    Démantèlement d'un réseau national d'organisation de traversées clandestines    «L'Algérie est notre partenaire stratégique»    L'Amérique sous le choc    La Russie exige la levée des sanctions    Le commandement de la Wilaya III revisité    Rien n'est interdit entre Alger et Rome    Plus de 100 écrivains présents    Flambée des prix du carburant au Maroc: les transporteurs de marchandises menacent d'une grève nationale    Le Président Tebboune rencontre à Rome des représentants de la communauté algérienne établie en Italie    Sétif: lancement des services de la finance islamique dans deux agences de la BEA    L'ONU et l'UA appelées à assumer leurs responsabilités envers le peuple sahraoui    L'émir Abdelkader a unifié les Algériens dans la lutte contre le colonisateur français    Belmehdi: tous les secteurs "mobilisés" pour la réussite de la saison du hadj    Tennis de table/Coupe d'Afrique : quatre pongistes algériens présents au Nigéria    APN : les députés adoptent le projet de loi sur les procédures de saisine et de renvoi devant la Cour constitutionnelle    Le Président Tebboune quitte Alger à destination de l'Italie    ANP: 4 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Algérie-Tunisie: la coopération consulaire passée en revue à Tunis    "Mamlaket el hacharat", un spectacle pour enfants sur les valeurs de la "solidarité" et la "vérité" entre individus    Man City : "Nous versons le salaire que nous pouvons à Haaland"    Klopp désigné entraineur de l'année en Angleterre    Belani: Les régimes marocain et israélien ont le même ADN    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    Ligue 1 - Mise à jour: Une dernière chance pour l'Entente    Les pique-niques et les randonnées en vogue    Le procès a failli «dégénérer»    La démonstration des Forces navales    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dégradation du pouvoir d'achat et mauvaise gestion locale
Mascara : les prix flambent sous l'œil indifférent des responsables
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 09 - 2010

L'Algérie est le seul pays dans le monde musulman où les prix des fruits et légumes ainsi que des produits alimentaires subissent de folles envolées durant le mois sacré de Ramadhan. Chaque année, cela est un constat amer, révoltant et sans aucune explication logique. Des barons connus sur la place publique au niveau de la wilaya de Mascara font et défont le marché à leur guise, défiant tous les gouvernements et les lois, imposant plutôt les leurs.
Le Ramadhan de l'année 2010, qui coïncide avec la nouvelle rentrée sociale, ajoutant davantage de souffrances aux Algériens de la troisième couche de la société malmenés sur plusieurs fronts en même temps.Le gouvernement se tait, et en même temps se jette des satisfecit et regrette que certains critiquent son action dont les résultats sont, d'ailleurs, périmés. La loi autorise le gouvernement à intervenir lorsqu'il est constaté des hausses inconsidérées des prix de produits alimentaires de base. Comment se fait-il que durant le premier jour du mois sacré, le prix de la viande bovine congelée, communément appelée 'Djanitou' made in India, a augmenté doublement pour finir chez des bouchers véreux au tarif ignoblement placardé à 850 DA /kg. Semoule, farine, huile, etc… connaissent une flambée soudaine des prix. Ici, les contrôleurs des prix ne font pas leur boulot convenablement. Leur défaillance, à cet égard, est si évidente que l'on est tenté de dire qu'ils seraient de connivence avec les commerçants peu scrupuleux des lois de la République. Dans ce même contexte navrant, on nous fera savoir que la direction de la concurrence et des prix ffixe comme pour objectif le contrôle de la qualité et que pour la pratique des prix, ils demeurent libres.Effectivement, c'est la liberté de la jungle devant le regard complaisant des décideurs qui ne connaissent rien de l'érosion du pouvoir d'achat qui a franchi le seuil de l'insupportable ou l'épargne de la troisième couche des laissés-pour-compte d'Algériens est quasiment nulle.Aussi, les beaux discours du ministre du Commerce, n'ont pas mis du baume dans le cœur. C'est l'anarchie. Il ne s'explique pas pourquoi, en économie de marché, l'offre dépasse de loin la demande alors que les prix ne baissent pas. Mieux, ils augmentent. Les marchés sont gorgés de produits agricoles, conséquence d'une bonne production. Or, ces mêmes produits se vendent partout aux mêmes prix. C'est la loi d'une mafia puissante qui a accumulé des milliards à leurs incommensurables fortunes acquises malhonnêtement grâce à la manne financière de l'Etat providence via des crédits administrés du Fndra, Pndra et autres sobriquets du cratère de la tarte nationale et de la culture de l'argent facile qui coule à flot.
Ici, les nouveaux prix affichés ne sont pas un handicap, les consommateurs effrénés et de toutes classes sociales confondues, achètent avec exagération, peu importent le prix pratiqué.
La flambée a atteint son summum pendant ce mois sacré de Ramadhan. Les grossistes, intermédiaires, mandataires, commerçants et vendeurs à la sauvette de tous acabits associés, se sont donné le mot d'ordre pour afficher partout le même refrain de la «liberté des prix de voler» en toute impunité. Le citoyen quant a lui résigné ne fait qu'abdiquer à prendre ce qu'on lui propose : le kilo de carotte à 50 DA, les navets à 9O DA, la salade verte à 6O DA, la tomate à 80 DA, la courgette à 75 DA, la pomme de terre a 50 DA, la viande congelée importé de l'Inde à 850DA le kilogramme, une douzaine dioul à 100 DA, 500 grammes d'olives dénoyautés a 125 DA, etc. Nous remarquerons qu'il n'y a rien d'excessif dans ces achats limités aux petites bourse. Ce sont les prix qui sont exorbitants, qui ont été pratiqués durant ce mois sacré de Ramadhan,et qui vont crescendo . Ce qui nous donne la coquette somme de 2 500 dinars déboursés en moyenne par semaine pour une famille composée de quatre personnes, où le chef de famille doit dépenser davantage de dinars pour faire ses achats puisque les prix ne cessent d'amplifier. Conscient de cet état de fait, le gouvernement a dès le début de ce mois sacré annoncé qu'il va faire de son mieux pour permettre aux citoyens de la troisième couche de s'approvisionner à des prix abordables. En vain… Comme à chaque promesse, les mesures prises par les gouvernements sont vaines. La vérité des barons s'impose, comme preuve du contraire de ce qui se passe sur le terrain du pouvoir d'achat des laissés-pour -compte. Tous ceux que nous avons interrogés ont manifestés leurs ras -le -bol au sujet des prix exagérés pratiqués par les gros bras des halls et la dégradation du pouvoir d'achat, ou même avec un salaire de 40 000DA, ne suffirait pas à tenir un mois convenablement.
Les citoyens, qui s'attendaient à un retour à la normale de la mercuriale après la fête de l'Aïd El Fitr assistent bien au contraire à un relèvement préoccupant des prix des fruits et légumes. Tout se passe comme si les mécanismes de contrôle des prix et d'hygiène mis en place
pour la circonstance par les pouvoirs publics ont été réactivés durant ce mois sacré de piété, ont eu à intervenir en catimini et des résultats maigres ont été enregistrés, et les interventions restent limités. Ainsi, comme à chaque mois de Ramadhan, la tradition est respectée.
Hausse des prix, passiveté légendaire et reconduite de la répression et des fraudes et autres brigades mixtes. Pour fermer la marche, n'est il pas vrai que « quand certains responsables se font servir par camion entier de produits de fruits et légumes, le citoyen est tout nu ! »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.