Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    Delort déjà à l'aise parmi ses frères !    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Maîtrise des déchets et protection de l'environnement    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Ali Ghediri écroué    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Guichet unique pour les handicapés    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Conférence nationale de la société civile, aujourd'hui    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    Un spectacle chorégraphique de la troupe "Antonna"    Expositions, concours et rencontres au menu    NAHD: Le CSA cible deux coaches    Conflit à l'ETRAG de Constantine : Le tribunal rejette la plainte de la direction    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Hommage aux 128 martyrs du Printemps noir    15 pays au rendez-vous    Damas affirme avoir abattu des missiles israéliens ciblant Tel Al-Hara    Autres transitions réussies…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 1er Mai en Algérie, l'histoire d'un combat
Publié dans La Nouvelle République le 02 - 05 - 2015

Le 1er mai est un jour de fête dans le monde du travail qui commémore la bataille des ouvriers pour obtenir la journée de travail de 8 heures, au lieu de 10 heures ou plus. En Algérie, cette fête fut le témoin de combats menés par les nationalistes.
Le 20 juin 1889, le Congrès de la IIe Internationale socialiste, réuni à Paris pour le centenaire de la Révolution française, décide de faire du 1er mai un jour de lutte à travers le monde. L'année suivante, cette journée est pour la première fois célébrée en France, et dans plusieurs pays. Mais ils auront tout de même attendu 1919, soit 30 ans plus tard, avant que leur revendication soit entendue. Le Sénat français ratifie alors la journée de huit heures et fait du 1er mai de cette année-là une journée chômée. En Algérie, il y a 70 ans, une semaine avant le massacre de milliers d'Algériens désarmés, dans l'Est algérien, la France coloniale s'illustrait violemment contre de manifestants algériens célébrant, emblème national en tête, la fête des Travailleurs. A Alger et Oran, des militants du Parti du peuple Algérien (PPA), des Amis du Manifeste, des syndicalistes et de jeunes scouts avaient prévu de défiler pour réclamer la libération de Messali Hadj, déporté la veille (30 avril 1945) à Brazzaville, et celle de militants emprisonnés. Dans ces villes, les Algériens sont sortis massivement pour clamer leur droit d'exister, d'obtenir leur indépendance, et pour que la France suive l'exemple de la Grande-Bretagne qui, après la Seconde Guerre mondiale, a accepté de se retirer de ses colonies. Annie Rey Goldzeiguer, dans son ouvrage intitulé «Aux origines de la guerre d'Algérie», rapporte que l'événement avait été minutieusement préparé par les militants algériens avec à leur tête l'homme politique Ferhat Abbas. Face aux protestataires, écrit-elle, les autorités coloniales mobilisèrent un impressionnant dispositif, autant à Alger, Oran, Sétif que Guelma. L'objectif était de contrecarrer la marche des manifestants en réprimant par le sang, s'il le fallait, le mouvement. A Alger, la police coloniale a stoppé sauvagement la manifestation qui défilait dans le centre de la ville et en banlieue. Annie Rey Goldzeiguer signale que les Européens résidant aux abords de la rue d'Isly, l'actuelle rue Larbi-Ben-M'hidi, tirèrent sur les manifestants, tuant plusieurs d'entre eux. Selon le militant communiste Henri Alleg, on a relevé huit morts et de nombreux blessés dans les villes où eurent lieu les manifestations de protestation. Dans les jours qui ont suivi, les services de police et de renseignements procédèrent à des arrestations massives de militants syndicats et de nationalistes. Quelques jours après, le 8 mai 1945, le régime colonial s'est adonné à une démonstration de cruauté et d'extrême sauvagerie à l'encontre de manifestants algériens réclamant l'indépendance de leur pays, massacrant 45 000 parmi eux, à Sétif, Guelma, Kherrata, Béjaïa, et d'autres agglomérations du Constantinois.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.