Man City : Sterling aurait également pris sa décision    Gouvernement-walis: un cadre de concertation pour améliorer la gestion des collectivités locales    Appel à consacrer davantage d'études historiques au parcours du cheikh Larbi Tébessi    Un fichier du produit national fin prêt dans six mois    Les anciens walis de Skikda, Mohamed Bouderbali et Faouzi Benhassine, placés en détention provisoire    Gouvernement-Walis: concrétiser la nouvelle feuille de route pour la relance de l'investissement et le développement local    Slimani dans l'équipe type de France Football    Appel à l'ouverture d'un dialogue entre syndicats et ministère de l'Education nationale    L'Algérie s'emploie "activement" à trouver une solution à la crise libyenne    LOGEMENT : Vers l'unification du Fichier national    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Vers la création prochaine de 7 pôles d'excellence    AIR ALGERIE : Grève sans préavis du personnel naviguant    CORONAVIRUS : Les Algériens rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    BECHAR : Saisie de plus de 2708 comprimés de psychotropes    BATNA : Deux éléments de soutien aux terroristes appréhendés    Karim Younes: un Médiateur de la République pour veiller au respect des droits des citoyens    Enquête : après Anis, son épouse    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 18ème journée    Nouveaux tirs de roquettes près de l'ambassade américaine à Bagdad    Les discussions entre Doha et Riyadh «suspendues»    Le club des magistrats algériens rend hommage au peuple    D'importantes décisions attendues    Marche et rassemblement hier à Tizi Ouzou    Les Canaris décidés à reprendre la seconde place !    Le Targui    À tout jamais…    Mahour Bacha précise    Le derby de toutes les souffrances !    Foncier économique : nécessité d'un cadre juridique global pour l'octroi des assiettes    L'Algérie après Bouteflika vue par Benjamin Stora    Grandes déceptions après l'annonce du nouveau gouvernement    Le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Les éleveurs qui ratent cette vaccination se mettront face au risque    Les 2 300 recalés obtiennent gain de cause    Alors que les affaires de contrebande connaissent une légère baisse, les crimes et délits en hausse    Les résidents dénoncent un promoteur immobilier    L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    31 civils tués par la coalition saoudienne au Yémen    ACTUCULT    Vent divin de Merzak Allouache : un discours sur la vie, l'amour, la mort et le djihad armé    "Tighremt", premier quotidien national en langue amazighe    La crème des humoristes africains sur la scène de Cotonou    Maâzouz Bouadjadj et Abderrahmane El-Koubi honorés au TNA    Vive les vieux ! Tahya la gérontocratie !    Brèves    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 1er Mai en Algérie, l'histoire d'un combat
Publié dans La Nouvelle République le 02 - 05 - 2015

Le 1er mai est un jour de fête dans le monde du travail qui commémore la bataille des ouvriers pour obtenir la journée de travail de 8 heures, au lieu de 10 heures ou plus. En Algérie, cette fête fut le témoin de combats menés par les nationalistes.
Le 20 juin 1889, le Congrès de la IIe Internationale socialiste, réuni à Paris pour le centenaire de la Révolution française, décide de faire du 1er mai un jour de lutte à travers le monde. L'année suivante, cette journée est pour la première fois célébrée en France, et dans plusieurs pays. Mais ils auront tout de même attendu 1919, soit 30 ans plus tard, avant que leur revendication soit entendue. Le Sénat français ratifie alors la journée de huit heures et fait du 1er mai de cette année-là une journée chômée. En Algérie, il y a 70 ans, une semaine avant le massacre de milliers d'Algériens désarmés, dans l'Est algérien, la France coloniale s'illustrait violemment contre de manifestants algériens célébrant, emblème national en tête, la fête des Travailleurs. A Alger et Oran, des militants du Parti du peuple Algérien (PPA), des Amis du Manifeste, des syndicalistes et de jeunes scouts avaient prévu de défiler pour réclamer la libération de Messali Hadj, déporté la veille (30 avril 1945) à Brazzaville, et celle de militants emprisonnés. Dans ces villes, les Algériens sont sortis massivement pour clamer leur droit d'exister, d'obtenir leur indépendance, et pour que la France suive l'exemple de la Grande-Bretagne qui, après la Seconde Guerre mondiale, a accepté de se retirer de ses colonies. Annie Rey Goldzeiguer, dans son ouvrage intitulé «Aux origines de la guerre d'Algérie», rapporte que l'événement avait été minutieusement préparé par les militants algériens avec à leur tête l'homme politique Ferhat Abbas. Face aux protestataires, écrit-elle, les autorités coloniales mobilisèrent un impressionnant dispositif, autant à Alger, Oran, Sétif que Guelma. L'objectif était de contrecarrer la marche des manifestants en réprimant par le sang, s'il le fallait, le mouvement. A Alger, la police coloniale a stoppé sauvagement la manifestation qui défilait dans le centre de la ville et en banlieue. Annie Rey Goldzeiguer signale que les Européens résidant aux abords de la rue d'Isly, l'actuelle rue Larbi-Ben-M'hidi, tirèrent sur les manifestants, tuant plusieurs d'entre eux. Selon le militant communiste Henri Alleg, on a relevé huit morts et de nombreux blessés dans les villes où eurent lieu les manifestations de protestation. Dans les jours qui ont suivi, les services de police et de renseignements procédèrent à des arrestations massives de militants syndicats et de nationalistes. Quelques jours après, le 8 mai 1945, le régime colonial s'est adonné à une démonstration de cruauté et d'extrême sauvagerie à l'encontre de manifestants algériens réclamant l'indépendance de leur pays, massacrant 45 000 parmi eux, à Sétif, Guelma, Kherrata, Béjaïa, et d'autres agglomérations du Constantinois.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.