Le Président Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    Révision constitutionnelle: les Algériens "face à leur destin"    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    La valorisation de l'œuvre de Mohamed, le Sceau des messagers, au centre d'une conférence    Bendouda : un plan précis en voie d'élaboration pour dynamiser les établissements culturels    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    Covid-19 : neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Triciti tueur de chroniques!    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Victoire en amical devant le NAHD    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Le terroriste Mustapha Derrar arrêté à Tlemcen    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    Blocage    Pôles d'excellence    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    La collection d'un éphémère musée new-yorkais du KGB bientôt aux enchères    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un monument de la musique malouf s'en va
Publié dans La Nouvelle République le 09 - 12 - 2016

Le maître du malouf Hadj Mohamed-Tahar Fergani est décédé mercredi, en début de soirée, à l'âge de 88 ans dans un hôpital à Paris (France) des suites d'une longue maladie, a appris l'APS auprès de ses proches.
Le maître du malouf Hadj Mohamed-Tahar Fergani décédé ce mercredi à l'âge de 88 ans était un des monuments de la musique malouf de Constantine. De son vrai nom Regani, Mohamed-Tahar est né le 9 mai 1928 à Constantine dans une famille de musiciens. Son père, Cheikh Hamou Fergani (1884-1972) était un chanteur et compositeur réputé du genre hawzi. Mohamed Tahar Fergani a débuté sa carrière artistique dans le genre oriental égyptien évoluant dans une troupe musicale avant de changer de registre et de s'orienter vers le malouf propre à Constantine, sous l'influence de ses Cheikh Hassouna Ali Khodja et Baba Abid. En 1951, à Annaba, il se fait remarquer à un concours musical, dont il remporte le premier prix, et, dans la foulée, enregistre un premier album qui l'impose, à la fois, comme chanteur populaire et maître du malouf. Au contact des grands maîtres de l'arabo-andalou algérien, tels Dahmane Ben Achour ou Abdelkrim Dali, il perfectionne son art. Sa voix exceptionnelle et son coup d'archet inégalable ont fait de Hadj Mohamed Tahar le maître incontesté de l'école du malouf constantinois. Appelé la mémoire vivante du malouf, El Hadj a oeuvré pendant les 70 ans de sa carrière artistique à perpétuer la musique malouf et n'a cessé de charmer par la qualité de son interprétation un grand nombre de mélomanes. Il compte à son actif des centaines d'enregistrements de chansons malouf mais également dans les genres musicaux, le mahjouz, le zjoul et le hawzi. Des enregistrements, de l'avis des musicologues, qui ont amplement contribué à préserver le patrimoine musical de Constantine. La dernière apparition en public de Mohamed Tahar Fergani était en juillet 2015, à l'occasion d'un hommage rendu à son père Hamou Fergani et son frère Mohamed- Seddik dit Zouaoui, dans le cadre de la manifestation «Constantine, capitale de la culture arabe», où le maître du malouf, du haut de ses 87 ans, avait donné le ton à une gaâda purement constantinoise et était accueilli avec des youyous et par des tonnerres d'applaudissements. La dépouille de l'inégalable interprète de «Galou larab galou» et «Ya Dhalama» sera exposée à la maison de la culture Malek-Haddad, dés son arrivée de Paris (France), a précisé à l'APS une source de la direction de la culture. Hommage du président de la République Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a indiqué que l'Algérie perdait en l'artiste El Hadj Mohamed Tahar Fergani «un monument de sa culture et de sa scène artistique». «J'ai appris avec affliction le décès du grand maître du malouf et le grand ami El Hadj Mohamed Tahar Fergani, rappelé à Dieu après une longue vie riche en apport et en créativité, en ce mois béni où nous célébrons le Mawlid Ennabaoui et tout en me joignant à votre douleur qui est celle de l'Algérie tout entière en cette épreuve, je prie Dieu, Le Tout-puissant, d'accorder au défunt sa sainte miséricorde et de vous prêter courage et réconfort», a écrit le Président Bouteflika dans un message de condoléances à la famille du défunt. «Le peuple algérien, tout autant que moi, se souviendra à jamais, des qualités de Hadj Mohamed Tahar Fergani, dépositaire du legs des aïeux et serviteur de la culture de son peuple, de son dévouement et de sa loyauté pour sa patrie et de son souci permanent d'accomplir au mieux sa mission artistique tant à l'intérieur du pays qu' à l'étranger», lit-on encore dans le message. «Connaissant toute la déférence que les Algériens et les Algériennes témoignent à notre grand artiste, je puis affirmer que le souvenir de notre regretté restera vivace dans nos cœurs ainsi que dans notre mémoire nationale à travers l'œuvre monumentale qu'il laisse en héritage mais aussi grâce aux dépositaires de son art parmi ses enfants et ses petits-enfants et ses disciples qui conserveront précieusement le malouf», a poursuivi le Président Bouteflika....et des artistes. Des artistes et hommes de culture ont également salué la mémoire de Mohamed Tahar Fergani, déplorant la disparition d' «un des repères» de la musique andalouse en Algérie, tous genres confondus. Contacté par l'APS le chanteur Layachi Eddib, un des interprètes les plus en vue du malouf constantinois, a salué la mémoire d'un «artiste exceptionnel» au parcours «unique» et qui a porté le malouf constantinois «au-delà des frontières algériennes». Celui que les anciens cheikhs du malouf, dont Cheikh Abdelkader Toumi, considéraient comme le «digne héritier» de la tradition musicale constantinoise, avait de grandes qualités humaines, a dit Layachi Eddib. Hamdi Bennani, autre grand interprète du malouf, dont la première rencontre avec le défunt remonte à en 1956, a tenu à rendre hommage à un grand musicien qui a «révolutionné le malouf par une touche personnelle et l'introduction des modes orientaux. Bouleversé par cette perte, le jeune chanteur de malouf Abbas Righi, déplore la disparition d'une "merveille du malouf qui symbolise à lui seul tout un pan important de la culture algérienne», estime-t-il. Le Président de l'Association de musique andalouse «El Inchirah», Smail Hini, regrette, pour sa part la disparition d'un «montre sacré» du malouf, qui a formé plusieurs générations de musiciens à travers ses enregistrements et sa manière «unique» d'interpréter des pièces rares du malouf à l'instar de «El Boughi», «Galou Lâarab galou» ou encore «Ya Dhalma». De son côté, le directeur de l'Opéra d'Alger, Noureddine Saoudi, a salué le génie du maître du malouf dont la disparition laisse un «grand vide» dans le paysage culturel algérien et celui du malouf, alors que le directeur artistique de l'Association de musique andalouse «Les Beaux-arts d'Alger», El Hadi Boukoura, déplore la disparition d' «un des repères» de la musique andalouse. Réagissant par un post sur sa page Facebook, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, s'est dit très attristé par le décès de Mohamed Tahar Fergani: avec cette disparition «l'Algérie aura perdu un de ses plus grands artistes» qui a consacré sa vie à «la préservation (du malouf), un art raffiné et apprécié», en Algérie, écrit le ministre en substance. Dès l'annonce de la nouvelle du décès du Mohamed Tahar Fergani, de nombreux artistes et anonymes, parmi ses admirateurs, ont rendu également hommage au doyen du malouf, en partageant les enregistrements de l'artiste sur les réseaux sociaux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.