Fafa rénove la Casbah !!!    CONSEILS DE CLASSE : Les mentions avertissements et blâmes interdites    LOGEMENTS LPA : Les célibataires auront droit à un F2    Fin de la polémique autour du changement de statut du FCE    Retrait du marché de la poudre de jus «Amila» et gel de l'activité de la société productrice    194 projets d'investissement privé agréés par le Conseil de wilaya    Guterres juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée    Le gouvernement espère la fin de la crise des gilets jaunes    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'entraîneur Bouzidi appelle à la mobilisation    Dix clubs présents dont la JSE Skikda et l'IC Ouargla    Bouakaz, Dob et compères poursuivent en justice Ennahar TV et son patron    3 personnes secourues après une intoxication au monoxyde de carbone    Le silence assourdissant de la sécurité sociale    L'Université de Sidi-Bel-Abbès 56e à l'échelle mondiale en 2018    Les «initiativeurs»    Dimajazz, le retour    Voyage en calligraphie arabe    Ces capitalistes qui aiment Karl Marx    Des sites archéologiques à l'abandon    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    L'Egypte et l'Afrique du Sud, seuls pays candidats    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Mon père a laissé un riche patrimoine musical»
Publié dans La Nouvelle République le 13 - 03 - 2017

kLa chanteuse Naïma Ababsa estime, dans un entretien accordé à La nouvelle République, que le patrimoine musical algérien «est très riche», et ce grâce à la diversité de ses styles et à la diversité des grands noms qui l'ont marqué de leur empreinte.
Elle affirmera, par ailleurs que, parmi les grosses pointures qui l'ont inspirée, en tant qu'artiste, il y a son père Abdelhamid Ababsa, soulignant encore qu'elle a hérité «un pour cent» de son art, à savoir l'écriture des paroles. La Nouvelle République : On a remarqué ces dernières années que la chanteuse Naima Ababsa est carrément absente de la scène artistique. Quelles sont les raisons de cette absence ? Naïma Ababsa : Non ! je ne suis pas absente. J'ai fait un album dernièrement, et cela fait trois ans que je travaille sur cet opus. Malheureusement il n'est pas sorti sur le marché faute de producteurs professionnels. Parlez-nous de cet album ? L'album comprend 18 chansons de différents styles musicaux, tels les styles algérois ou «Assimi», mais aussi «Naïli» et sahraoui «Tergui». Il comprend également la chanson «Hizia» que j'ai réarrangée, et ce en hommage à mon défunt père. Avec l'approche du mois de ramadhan, peut- on savoir votre agenda artistique durant ce mois sacré ? Comme chaque mois de Ramadhan, j'anime des soirées familiales, notamment les soirées de «Mdih» et comme d'habitude, je travaille avec l'Office national de la Culture et de l'Information (ONCI). En ce qui concerne les sorties à l'étranger, pour le moment, je n'ai aucune proposition. Comment voyez-vous actuellement la scène artistique en Algérie ? Avant de parler de la scène artistique, il faut d'abord parler de ce que les gens écoutent; on a tendance à remarquer aujourd'hui que ces derniers écoutent plutôt des paroles médiocres. Je dirai qu'il faut combattre cette médiocrité qui règne dans l'art et éradiquer ces idées carencées qui sont enracinées dans l'esprit de nos jeunes qui chantent n'importe quoi, en utilisant des paroles vagues et à peine maîtrisées. Votre père Abdelhamid Ababsa était un pilier de la chanson algérienne, connu notamment pour sa chanson « Hizia ». Qu'est-ce que vous-avez hérité de lui ? Mon père était un exemple pour moi, durant toute sa vie. Il nous a inculqué les bases de l'art, et il nous a inculqué aussi l'éducation artistique. Il voulait toujours garder l'authenticité de l'art. J'ai hérité de lui un pour cent de son art. Vous avez animé dernièrement un récital à Alger, à l'occasion de la journée internationale de la femme (le 8 Mars). Que représente pour vous la femme algérienne ? La femme algérienne est toujours présente; elle est présente dans divers domaines où elle excelle. A cet effet, je salue toutes les femmes et je les considère comme des femmes battantes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.