Justice : Mandat de dépôt contre Saïd Bey et mandat d'arrêt contre Habib Chentouf    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes    Corruption : Report pour la semaine prochaine de l'affaire du sénateur Boudjouher Malik    Argent détourné en Algérie : M. Djillali Hadjadj chiffre à près de 60 milliards de dollars les sommes détournées    Le baril "accompagne" le Hirak    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le fromage Bouhezza en fête    Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G    Coopération bilatérale : La Russie et la France s'allient pour créer un réseau de maisons de retraite    Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques    La contestation suspend les discussions avec l'armée    Libye: Tripoli toujours sous la menace armée, avancée des troupes du GNA    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Hazard au Madrid, c'est déjà fait!    Le Barça vole au secours de Coutinho    Yacine Chalel à la 5e place    Sport : Quand le vent du "Hirak" souffle sur le sport algérien    Championnats d'Afrique U18 et U20 : 13 médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Des débuts prometteurs    Istimara et recours, quelle issue?    Plus de peur que de mal    Tizi-Ouzou : Réhabilitation de la station climatique de Tala Guilef    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    Bouchetta Soulimane expose "El Djazair"    Les frères Kouninef arrêtés    L'Algérie a atteint 1,5 % en 2018    Bensalah maintient le cap    L'horreur à Alger !    Retrait du permis de conduire : détails de la nouvelle procédure    Qui succédera à Ould Abbès    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    La semaine de la langue espagnole    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Mon père a laissé un riche patrimoine musical»
Publié dans La Nouvelle République le 13 - 03 - 2017

kLa chanteuse Naïma Ababsa estime, dans un entretien accordé à La nouvelle République, que le patrimoine musical algérien «est très riche», et ce grâce à la diversité de ses styles et à la diversité des grands noms qui l'ont marqué de leur empreinte.
Elle affirmera, par ailleurs que, parmi les grosses pointures qui l'ont inspirée, en tant qu'artiste, il y a son père Abdelhamid Ababsa, soulignant encore qu'elle a hérité «un pour cent» de son art, à savoir l'écriture des paroles. La Nouvelle République : On a remarqué ces dernières années que la chanteuse Naima Ababsa est carrément absente de la scène artistique. Quelles sont les raisons de cette absence ? Naïma Ababsa : Non ! je ne suis pas absente. J'ai fait un album dernièrement, et cela fait trois ans que je travaille sur cet opus. Malheureusement il n'est pas sorti sur le marché faute de producteurs professionnels. Parlez-nous de cet album ? L'album comprend 18 chansons de différents styles musicaux, tels les styles algérois ou «Assimi», mais aussi «Naïli» et sahraoui «Tergui». Il comprend également la chanson «Hizia» que j'ai réarrangée, et ce en hommage à mon défunt père. Avec l'approche du mois de ramadhan, peut- on savoir votre agenda artistique durant ce mois sacré ? Comme chaque mois de Ramadhan, j'anime des soirées familiales, notamment les soirées de «Mdih» et comme d'habitude, je travaille avec l'Office national de la Culture et de l'Information (ONCI). En ce qui concerne les sorties à l'étranger, pour le moment, je n'ai aucune proposition. Comment voyez-vous actuellement la scène artistique en Algérie ? Avant de parler de la scène artistique, il faut d'abord parler de ce que les gens écoutent; on a tendance à remarquer aujourd'hui que ces derniers écoutent plutôt des paroles médiocres. Je dirai qu'il faut combattre cette médiocrité qui règne dans l'art et éradiquer ces idées carencées qui sont enracinées dans l'esprit de nos jeunes qui chantent n'importe quoi, en utilisant des paroles vagues et à peine maîtrisées. Votre père Abdelhamid Ababsa était un pilier de la chanson algérienne, connu notamment pour sa chanson « Hizia ». Qu'est-ce que vous-avez hérité de lui ? Mon père était un exemple pour moi, durant toute sa vie. Il nous a inculqué les bases de l'art, et il nous a inculqué aussi l'éducation artistique. Il voulait toujours garder l'authenticité de l'art. J'ai hérité de lui un pour cent de son art. Vous avez animé dernièrement un récital à Alger, à l'occasion de la journée internationale de la femme (le 8 Mars). Que représente pour vous la femme algérienne ? La femme algérienne est toujours présente; elle est présente dans divers domaines où elle excelle. A cet effet, je salue toutes les femmes et je les considère comme des femmes battantes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.