Une nouvelle nécropole exhumée à Aqua Tibilitana    Les précisions d'un des ex-associés    Appel à la relance du projet de loi criminalisant la colonisation    Un parti marocain crique sévèrement le Makhzen    Le représentant spécial de la Cédéao déclaré persona non grata    Le départ de Stambouli presque consommé    Les joueurs en grève    La place du malade comme enjeu central    Erratum    Le photographe Karim Bouchetata décroche la 3e place au Festival arabe du film du patrimoine    "Faim blanche", le nouveau roman d'Amin Zaoui    L'auteur Youssef Bendekhis décroche le grand prix    Objectif : diversifier l'économie nationale    Vers le plafonnement des prix de l'hôtellerie    Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !    Pression pour la Lazio, Coupe pour le Bayern    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Le cri d'alarme de Benbouzid    Installation d'une commission technique chargée du dossier    Jongler entre l'envie de... et celle de...    Belaribi ordonne le transfert de la gestion des réservoirs d'eau à l'ADE et Seaal    Enième coup d'Etat militaire    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    Une voix d'outre-tombe    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    «Les constantes et les variables dans les Constitutions algériennes», thème d'un ouvrage de Mohamed Saïd Boussadia    Simple formalité pour les Algériennes    Une question d'Etat de droit    LNFA - Ligue 2: Trente-deux postulants pour deux places    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Le président du CNESE dénonce: «De la surfacturation à la sous-facturation»    Tlemcen: Protéger l'agriculture des risques climatiques    La continuité des coups d'Etat    Mobilis, Djezzy et Ooredoo avertis    Un renvoi et ensuite ?    50000 Arbres plantés    Immenses dégâts matériels    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    Le verdict rendu le 7 novembre    Mystères et certitudes du gouvernement    L'Arabie saoudite fait flamber le baril    4/4 Pour les Algériens    Le gazoduc, Sonelgaz et les migrants    «L'Algérie a toujours soutenu les causes justes»    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Mon père a laissé un riche patrimoine musical»
Publié dans La Nouvelle République le 13 - 03 - 2017

kLa chanteuse Naïma Ababsa estime, dans un entretien accordé à La nouvelle République, que le patrimoine musical algérien «est très riche», et ce grâce à la diversité de ses styles et à la diversité des grands noms qui l'ont marqué de leur empreinte.
Elle affirmera, par ailleurs que, parmi les grosses pointures qui l'ont inspirée, en tant qu'artiste, il y a son père Abdelhamid Ababsa, soulignant encore qu'elle a hérité «un pour cent» de son art, à savoir l'écriture des paroles. La Nouvelle République : On a remarqué ces dernières années que la chanteuse Naima Ababsa est carrément absente de la scène artistique. Quelles sont les raisons de cette absence ? Naïma Ababsa : Non ! je ne suis pas absente. J'ai fait un album dernièrement, et cela fait trois ans que je travaille sur cet opus. Malheureusement il n'est pas sorti sur le marché faute de producteurs professionnels. Parlez-nous de cet album ? L'album comprend 18 chansons de différents styles musicaux, tels les styles algérois ou «Assimi», mais aussi «Naïli» et sahraoui «Tergui». Il comprend également la chanson «Hizia» que j'ai réarrangée, et ce en hommage à mon défunt père. Avec l'approche du mois de ramadhan, peut- on savoir votre agenda artistique durant ce mois sacré ? Comme chaque mois de Ramadhan, j'anime des soirées familiales, notamment les soirées de «Mdih» et comme d'habitude, je travaille avec l'Office national de la Culture et de l'Information (ONCI). En ce qui concerne les sorties à l'étranger, pour le moment, je n'ai aucune proposition. Comment voyez-vous actuellement la scène artistique en Algérie ? Avant de parler de la scène artistique, il faut d'abord parler de ce que les gens écoutent; on a tendance à remarquer aujourd'hui que ces derniers écoutent plutôt des paroles médiocres. Je dirai qu'il faut combattre cette médiocrité qui règne dans l'art et éradiquer ces idées carencées qui sont enracinées dans l'esprit de nos jeunes qui chantent n'importe quoi, en utilisant des paroles vagues et à peine maîtrisées. Votre père Abdelhamid Ababsa était un pilier de la chanson algérienne, connu notamment pour sa chanson « Hizia ». Qu'est-ce que vous-avez hérité de lui ? Mon père était un exemple pour moi, durant toute sa vie. Il nous a inculqué les bases de l'art, et il nous a inculqué aussi l'éducation artistique. Il voulait toujours garder l'authenticité de l'art. J'ai hérité de lui un pour cent de son art. Vous avez animé dernièrement un récital à Alger, à l'occasion de la journée internationale de la femme (le 8 Mars). Que représente pour vous la femme algérienne ? La femme algérienne est toujours présente; elle est présente dans divers domaines où elle excelle. A cet effet, je salue toutes les femmes et je les considère comme des femmes battantes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.