L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Mechichi campe sur ses positions    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Mon père a laissé un riche patrimoine musical»
Publié dans La Nouvelle République le 13 - 03 - 2017

kLa chanteuse Naïma Ababsa estime, dans un entretien accordé à La nouvelle République, que le patrimoine musical algérien «est très riche», et ce grâce à la diversité de ses styles et à la diversité des grands noms qui l'ont marqué de leur empreinte.
Elle affirmera, par ailleurs que, parmi les grosses pointures qui l'ont inspirée, en tant qu'artiste, il y a son père Abdelhamid Ababsa, soulignant encore qu'elle a hérité «un pour cent» de son art, à savoir l'écriture des paroles. La Nouvelle République : On a remarqué ces dernières années que la chanteuse Naima Ababsa est carrément absente de la scène artistique. Quelles sont les raisons de cette absence ? Naïma Ababsa : Non ! je ne suis pas absente. J'ai fait un album dernièrement, et cela fait trois ans que je travaille sur cet opus. Malheureusement il n'est pas sorti sur le marché faute de producteurs professionnels. Parlez-nous de cet album ? L'album comprend 18 chansons de différents styles musicaux, tels les styles algérois ou «Assimi», mais aussi «Naïli» et sahraoui «Tergui». Il comprend également la chanson «Hizia» que j'ai réarrangée, et ce en hommage à mon défunt père. Avec l'approche du mois de ramadhan, peut- on savoir votre agenda artistique durant ce mois sacré ? Comme chaque mois de Ramadhan, j'anime des soirées familiales, notamment les soirées de «Mdih» et comme d'habitude, je travaille avec l'Office national de la Culture et de l'Information (ONCI). En ce qui concerne les sorties à l'étranger, pour le moment, je n'ai aucune proposition. Comment voyez-vous actuellement la scène artistique en Algérie ? Avant de parler de la scène artistique, il faut d'abord parler de ce que les gens écoutent; on a tendance à remarquer aujourd'hui que ces derniers écoutent plutôt des paroles médiocres. Je dirai qu'il faut combattre cette médiocrité qui règne dans l'art et éradiquer ces idées carencées qui sont enracinées dans l'esprit de nos jeunes qui chantent n'importe quoi, en utilisant des paroles vagues et à peine maîtrisées. Votre père Abdelhamid Ababsa était un pilier de la chanson algérienne, connu notamment pour sa chanson « Hizia ». Qu'est-ce que vous-avez hérité de lui ? Mon père était un exemple pour moi, durant toute sa vie. Il nous a inculqué les bases de l'art, et il nous a inculqué aussi l'éducation artistique. Il voulait toujours garder l'authenticité de l'art. J'ai hérité de lui un pour cent de son art. Vous avez animé dernièrement un récital à Alger, à l'occasion de la journée internationale de la femme (le 8 Mars). Que représente pour vous la femme algérienne ? La femme algérienne est toujours présente; elle est présente dans divers domaines où elle excelle. A cet effet, je salue toutes les femmes et je les considère comme des femmes battantes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.