L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Loi de Finances 2018 La ceinture devra être resserrée
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 12 - 2017

La loi de Finances 2018 fait râler les consommateurs restant hostiles aux hausses qu'elle impose. Ce qui n'est pas de l'avis du ministre des Finances qui déclara que sa loi de Finance 2018 «vise à préserver le pouvoir d'achat dans une conjoncture difficile», reconnaissant au passage que les mesures prises sont dictées par la persistance des contraintes financières qu'imposent les marchés pétroliers qu'il qualifie de fortement instables.
Le langage enrobé de confiance lors de la présentation du projet de la loi de Finances 2018, laisse entrevoir toutefois que tout n'est pas rassurant tel «cet accord dont il ne révèle pas le contenu, sur la baisse de la production pétrolière», que M. Raouia compte compenser par la priorité que le gouvernement accordera à l'encouragement du climat des affaires, à «l'investissement productif, créateur de richesses et d'emploi, ce qui «boostera la dynamique économique par le lancement de nouveaux projets de base». Pour attirer les fonds des éventuels investisseurs le ministre table sur la baisse des taux d'intérêt en faveur des investisseurs producteurs et prévoit de réactualiser le cadre juridique pour un meilleur contrôle des opérations financières. Le ministre soutient mordicus que la loi de Finances 2018 «préservera le pouvoir d'achat des ménages à travers le maintien du même niveau des transferts sociaux, sachant que ces derniers s'élèveront à 1760 milliards DA en 2018.» M. Raouia avait mis en avant les défis auxquels est confrontée l'économie nationale notamment la baisse de liquidité bancaire, l'épuisement de l'épargne publique depuis février 2017, et la contraction des réserves de change, estimées à 102.4 milliards USD à la fin de septembre 2017, mais ne souffle mot sur l'épargne des ménages, véritable indicateur de la santé économique du pays, ni sur les dégâts que cause l'inflation, la généralisation des hausses de plusieurs produits de consommation courante, ainsi que les augmentations de diverses taxes, et impôts, sur le pouvoir d'achat des citoyens. Si le déficit public se porte mieux en 2017 par rapport à 2016, n'en demeure pas moins qu'il reste avec 17% du PIB loin des espoirs de le voir revenir à un équilibre budgétaire tolérable. Le système de subvention des produits alimentaires de base ne compense pas les dépenses auxquelles font face les ménages, depuis l'entrée en vigueur de la loi de Finances 2016. Avec les nouvelles taxes touchant les carburants et les produits importés, il va falloir s'attendre à ce qu'il se produise un effet boule de neige. Les commerçants et les producteurs algériens ont pris depuis belle lurette la liberté de multiplier par dix, ce qu'ils payent comme taxes. Ce genre de pratiques qui a tendance à répercuter sur le dernier consommateur des prix injustifiés dans la réalité ira rajouter à l'anarchie que subit le marché intérieur ; anarchie que le ministère du Commerce attribut bien souvent pour justifier les carences des services chargés du contrôle de la qualité et des prix aux libertés du marché.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.