Séisme à Mila: relogement bientôt de 184 familles sinistrées    Covid-19: au moins 721 902 décès dans le monde    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    Dispositif sur l'ouverture "graduelle et contrôlée" des plages et des lieux de détente à partir de samedi prochain    Tenue dimanche de la réunion du Conseil des ministres    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    La part des problèmes et celle des priorités !    Les mains de l'intérieur !    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Arrestation d'une bande criminelle spécialisée dans la vente d'armes à feu et de munitions    27 migrants morts    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    19 morts et 53 000 sinistrés    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba    Amar Chouaki, nouveau directeur général    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    El Tarf: Deux morts par noyade    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Horst Kohler veut des négociations directes Maroc-Polisario dès cette année
Publié dans La Nouvelle République le 24 - 03 - 2018

Des négociations directes et sans pré-conditions entre le Front Polisario et le Maroc pourraient se tenir dans le courant de l'année 2018.
C'est l'objectif que s'est fixé l'émissaire de l'ONU pour le Sahara occidental, Horst Kohler, qui a évoqué cette éventualité mercredi devant le Conseil de sécurité, tout en reconnaissant que ces pourparlers «ne sont pas une fin en soi» car ils exigent «la bonne volonté» des parties au conflit et leur engagement à y prendre part «sans pré-conditions». L'émissaire onusien a fait part également de sa volonté de poursuivre ses consultations élargies et envisage à cet effet de rencontrer les membres du Conseil de sécurité, selon les premiers éléments qui ont filtré de son premier briefing devant cet organe onusien. Fort du soutien qu'il a reçu du Conseil de sécurité pour poursuivre sa mission de médiation, Horst Kohler affirmé qu'il allait «continuer sur sa lancée» et maintenir son approche de travail qui consiste à élargir le cercle de médiation pour ce conflit vieux de 40 ans, en vue de relancer le processus de paix au Sahara Occidental en garantissant le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination. Il se heurte cependant aux tentatives de perturber ses efforts émanant du Maroc, qui veut en particulier exclure tout rôle de l'Union africaine (UA) dans le règlement du conflit, et qui veut le cantonner dans le seul Conseil de sécurité où elle jouit du soutien inconditionnel de la France. Ainsi, la référence aux différentes parties consultées par Horst Kohler, depuis janvier, incluant, entre autres, les parties au conflit, les pays voisins, l'UA et l'Union européenne (UE), qui figurait dans les premiers éléments de la déclaration préparée pour diffusion après cette réunion d'information sur le Sahara occidental, n'a pas été retenue dans la déclaration finale lue à la presse par le président du Conseil de sécurité, le néerlandais Jan Gustaaf Van Oosterom. «Le Conseil de sécurité a accueilli avec satisfaction la présentation de l'envoyé personnel sur ses récentes rencontres bilatérales avec les parties (au conflit) et les pays voisins, a, en effet, indiqué le Conseil de sécurité dans sa déclaration diffusée à l'issue de cette réunion. Or, depuis janvier, l'ancien président allemand a tenu une série de consultations avec des responsables de l'UA, de l'UE ainsi que d'autres pays européens comme la Suède et la Grande Bretagne, après avoir rencontré les parties au conflit et les deux pays voisins, l'Algérie et la Mauritanie. Le Maroc «cherche des prétextes» pour perturber les efforts de l'émissaire onusien, Horst Kohler, a déclaré mercredi à New York, le coordinateur sahraoui auprès de la Minurso, M'Hamed Khedad, appelant le Conseil de sécurité à apporter son soutien au médiateur allemand. S'exprimant mercredi à l'APS, à quelques heures du briefing prévu sur le Sahara occidental au Conseil de sécurité de l'ONU, M'hamed Khedad a souligné que le Maroc était «en désarroi» après la décision de l'émissaire de l'ONU d'élargir le cercle de la médiation à d'autres pays et organisations. Son désarroi a été accentué après sa défaite fin février à la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), a relevé le coordinateur sahraoui. «Le Maroc fait feu de tout bois pour entraver le travail de M. Kohler», a-t-il ajouté, précisant que la vision prônée par le nouvel émissaire «détruisait tous les concepts construits ces dernières années sur le maintien exclusif du dossier du Sahara occidental au sein du Conseil de sécurité», où Rabat jouit de l'appui inconditionnel de la France. M'hamed Khedad, cité par l'APS, a fait savoir qu'il a rencontré mardi à New York l'émissaire de l'ONU pour le Sahara Occidental, Horst Kohler, à la veille du briefing prévu par l'Envoyé personnel du secrétaire général, Antonio Guterres, devant le Conseil de sécurité. L'échange a porté sur le rapport que l'émissaire onusien s'apprêtait à présenter au Conseil de sécurité suite aux consultations élargies qu'il avait tenues sur le conflit du Sahara Occidental, ainsi que sur l'action future. Par ailleurs, le Conseil de sécurité a exprimé sa préoccupation quant à la situation à El Guergarat, notant l'importance de maintenir le statut quo dans cette zone tampon tout en relevant la nécessité de la mise en œuvre complète de la résolution 2352 de 2017 prorogeant le mandat de la Minurso.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.