Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Les citoyens de Haïzer réclament la libération immédiate des détenus    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    "Aucune disposition pénale ne sanctionne le port de l'emblème"    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Samy Agli, nouveau président du FCE    Le P-DG de Sonelgaz rassure    Redorer le blason de l'UGTA    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Paroles de joueurs    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Deux cadors font leur entrée    Salif Sané forfait contre l'Algérie    Dziri, nouvel entraîneur    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'enfouissement montre ses limites    Alerte à la canicule    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Des apprentis artistes peintres à Dar Abdeltif    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tlemcen rend hommage à Abdelkrim Dali
Publié dans La Nouvelle République le 11 - 05 - 2018

La Fondation Cheikh El Hadj Abdelkrim Dali organise jeudi à Tlemcen un colloque culturel pour rendre hommage à cette figure marquante de la musique andalouse dont l'apport aux écoles musicales Sanâa et Ghernati a été, de l'avis des spécialistes, indéniable.
De Tlemcen, sa ville natale, à Alger, où il s'est installé, le parcours de cette personnalité a été très riche en événements qui ont marqué sa vie et son œuvre au service de la musique andalouse qu'il enseigna sans relâche sa vie durant. Né dans le vieux quartier de Hart Erma (quartier des archets) de la rue des Almohade à Tlemcen, le défunt a poursuivi, dès l'âge de quatre ans, une scolarité traditionnelle à la mosquée Djamâa Chorfa, puis à l'école El Abili. Il s'imprégna, dès son jeune âge, des mélodies et textes poétiques de ses ancêtres. Passionné de la percussion, il devint drabki (percussionniste) à l'âge de 11 ans seulement dans l'orchestre de Cheikh Abdeslam Bensari, où il excella.
Il maitrisa, ensuite, le tar puis le demi-mandole offert par son père, puis la flûte. Son contact avec El Hadj Mohamed Nedjadi, un artisan coiffeur et musicien amateur très chevronné, le plaça sur l'orbite de la vie musicale tlemcenienne. De nombreux artistes fréquentaient ce salon, à l'instar de Cheikh Lazâar Bendali Yahia et Cheikh Omar El Bekhchi. C'est là, qu'il commença à forger sa vie d'artiste, enrichie par ses passages d'un orchestre à l'autre, jouant à plusieurs instruments de musique qu'il maitrisait à merveille.
Il a même été sollicité, en mai 1931, par le professeur Mohamed Bensmain pour faire partie de l'orchestre de l'association El Andaloussia d'Oujda dans le cadre d'une représentation à Paris. De retour à Tlemcen, il forma son premier orchestre à l'âge de 17 ans, enregistrant même son premier disque 78 tours à Alger. Sa renommée fut de plus en plus manifeste au niveau national.
«Réconciliateur» entre les écoles d'Alger et de Tlemcen
Avec son installation à Alger, en juin 1945, l'artiste verra sa carrière connaitre une grande ascension. Il s'est avéré, selon l'auteur Kamel Bendimerad, un "réconciliateur entre les adeptes des écoles d'Alger et de Tlemcen qui prétendaient, l'un comme l'autre, au leadership de la musique andalouse". Sur place, il ne cessa de s'affirmer sur la place artistique, aidé par les Cheikhs Mohamed El Fekhardji et El Boudali Safir, notamment.
En janvier 1957, il est nommé professeur titulaire au Conservatoire municipal d'Alger, en remplacement du maitre Mohamed Fekhardji, décédé une année auparavant. Après le recouvrement de l'indépendance, il participa à plusieurs festivals de musique andalouse à Tlemcen, Constantine et Alger, notamment. Sa brillante carrière s'est poursuivie inlassablement jusqu'à sa disparition, le 21 février 1978 à Alger, léguant un patrimoine artistique et musical prestigieux.
Pour Cheikh Salah Boukli Hacène, professeur de musique, président de l'association de musique andalouse El Kortobya de Tlemcen, le défunt a été, sa carrière durant, un «passeur et transmetteur infatigable du patrimoine andalou légué par nos ancêtres». Auteur compositeur, il a brillé par ses interprétations du hawzi et du gharbi, notamment, son interprétation de «Ana el Kaoui» du poète marocain Bouazza. C'est la mémoire de ce monument de la musique andalouse nationale que s'apprête à honorer «la Fondation Cheikh El Hadj Abdelkrim Dali», à l'occasion du dixième anniversaire de sa création.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.