Les journalistes appellent l'Etat à agir    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri bientôt devant la justice    Confirmer la mutation du football africain    L'appel des sept    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Refus des visas par les consulats français en Algérie
Publié dans La Nouvelle République le 13 - 11 - 2018

Le refus de l'octroi des visas aux Algériens par les consulats de France en Algérie a provoqué la colère des parents des familles de cette catégorie. Les dizaines de ressortissants algériens que nous avons rencontrés interpellent les autorités des deux pays souhaitant leur intervention afin trouver un consensus permettant la délivrance des titres de voyage à leurs proches et parents.
Nous n'apprenons rien à personne que la communauté algérienne établie en France est estimée à plusieurs millions de personnes. Les statistiques sont divergentes à ce sujet, on parle de 2 à 7 millions d'Algériens qui vivent en France. Si on parle d'Algériens en France, il faut tenir compte des binationaux mais également des Français de souches algériennes. Toute cette grande communauté a des liens en Algérie que ce soit de grands-parents, parents, enfants sans compter les proches etc. Malgré le parcours du combattant pour obtenir un visa auprès des trois consulats de France ouverts à Alger, Annaba et à Oran, la délivrance des titres de voyage était pour le moins que l'on puisse dire normale ou compréhensible. Malheureusement, ces deux dernières années, le visa est redevenu le document le plus difficile à obtenir en Algérie. Cet état de fait a agacé non seulement les demandeurs de visa mais également leurs familles et parents établis en France. C'est le cas d'un Franco-Algérien résidant à Besançon (Doubs) qui n'a pas compris pourquoi la demande de visa de sa maman a été rejetée à plusieurs reprises. Ce dernier a indiqué que sa maman qui obtenu dans le passé plusieurs visas s'est vu rejeter ces deux derniers années ses demandes déposées au niveau de TLS contact à Annaba. Notre interlocuteur nous a indiqué qu'il ne pourrait pas se rendre en Algérie par manque de temps.
Nous n'apprenons rien à personne que la communauté algérienne établie en France est estimée à plusieurs millions de personnes. Les statistiques sont divergentes à ce sujet, on parle de 2 à 7 millions d'Algériens qui vivent en France. Si on parle d'Algériens en France, il faut tenir compte des binationaux mais également des Français de souches algériennes. Toute cette grande communauté a des liens en Algérie que ce soit de grands-parents, parents, enfants sans compter les proches etc. Malgré le parcours du combattant pour obtenir un visa auprès des trois consulats de France ouverts à Alger, Annaba et à Oran, la délivrance des titres de voyage était pour le moins que l'on puisse dire normale ou compréhensible. Malheureusement, ces deux dernières années, le visa est redevenu le document le plus difficile à obtenir en Algérie. Cet état de fait a agacé non seulement les demandeurs de visa mais également leurs familles et parents établis en France. C'est le cas d'un Franco-Algérien résidant à Besançon (Doubs) qui n'a pas compris pourquoi la demande de visa de sa maman a été rejetée à plusieurs reprises. Ce dernier a indiqué que sa maman qui obtenu dans le passé plusieurs visas s'est vu rejeter ces deux derniers années ses demandes déposées au niveau de TLS contact à Annaba. Notre interlocuteur nous a indiqué qu'il ne pourrait pas se rendre en Algérie par manque de temps. «Je suis pris durant toute l'année, je n'arrive pas à me rendre chaque année en Algérie pour rendre visite à ma mère», nous a-t-il fait savoir.
Monsieur D.K. devait ajouter que sa maman voulait également se rendre chez son frère qui habitait à Marseille mais en vain... L'intéressé nous a fait savoir qu'il a écrit une correspondance au ministère des Affaires étrangères à ce sujet mais n'a pas reçu de réponse pour l'instant. Nous avons rencontrés également un Français dont l'épouse est Algérienne qui nous a également indiqué que ces beaux-parents n'ont pu obtenir le fameux visa. «Je me suis rendu à plusieurs reprises en Algérie, ce n'est pas le cas de la famille de mon épouse qui ont trouvé des difficultés à venir nous rendre visite», nous a-t-il expliqué. Ce dernier n'a pas manqué d'ajouter qu'en raison de l'histoire mettant aux prises les deux pays, il devrait y avoir la libre circulation et les visas n'ont pas raison d'y être, a-t-il fait savoir.
Notre interlocuteur devait ajouter : «Malgré que nous sommes liés par l'histoire, les accords entre les deux pays signés en 1962 sont tombés à l'eau. Maintenant, les responsables n'arrivent pas à trouver un consensus visant à faciliter la circulation aux citoyens des deux rives» a-t-il fait savoir. Au moment ou nous discutions, un sexagénaire a rejoint le groupe demandant si toutefois les informations faisant état d'éventuels désaccords entre les autorités des deux pays sont à l'origine des «blocages» des délivrances de visas pour les Algériens ? Cet état de fait intervient au moment où le Président français a indiqué qu'il aurait demandé aux consulats de France en Algérie à plus de flexibilité en ce qui concerne l'octroi des visas aux Algériens.
Les déclarations du Président Macron n'ont rien apporté de nouveau, selon les demandeurs de visas en Algérie. M. Zoubir Belaidi qui exerce en qualité d'écrivain public dans la wilaya de Khenchela nous a confirmé les déclarations de plusieurs personnes qui n'avaient pas pu décrocher le visa. Ecoutons-le : «La majorité de mes clients ont essuyé des rejets avec les mêmes arguments à savoir : «Vous n'avez pas fournis la preuve que vous disposez de moyens de subsistances nécessaires à votre retour en Algérie. Le second argument dit : «Votre volonté de quitter le territoire n'a pas être établi». Plusieurs de nos interlocuteurs ont indiqué qu'ils espèrent l'intervention des responsables des deux pays pour trouver des solutions aux problèmes de circulation des personnes. Malgré nos efforts, nous n'avons pu connaître la version de l'ambassade de France à Alger à ce sujet. Nous y reviendrons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.