Gaïd Salah relève les efforts "soutenus" de l'ANP pour faire sortir l'Algérie de sa crise    Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter sur les plaintes relatives aux souscriptions de signatures    Création de start-up: sept incubateurs seront opérationnels en 2020    Offensive turque contre la Syrie: nouvelle réunion mercredi du Conseil de sécurité de l'ONU    Gaïd Salah: l'Algérie aiguillée sur la bonne voie    Les instituteurs reviennent à la charge    Mandat de dépôt renouvelé pour 6 détenus    Le RCD, le FFS et le PT appellent au retrait du projet    Pleins pouvoirs à la police judiciaire    L'Opep maintient le cap    L'autre dossier brûlant pour le gouvernement    VFS Global reprend le traitement des demandes    Promesses d'une révolution décomplexée    Les Verts au révélateur colombien    Batelli convoque 23 joueurs    Deux matchs de suspension pour Casoni    Les leaders à l'aise    250 stadiers et 400 agents de police mobilisés    Rassemblement hier à la faculté de médecine de Tizi Ouzou    L'émigration clandestine en recrudescence    Fondant au chocolat au micro-ondes    L'auteur du quadruple crime refuse de se rendre    11e Fcims à Alger: La Corée du Sud, l'Italie, la Turquie et l'Autriche à l'honneur    La chanson kabyle, vecteur des idées militantes    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Araba oua hikayat, une nouvelle comédie musicale en montage    L'Alternative démocratique dénonce la poursuite des «arrestations» de militants    Chlef : Neuf sages-femmes en renfort dans les maternités    Mostaganem : Des élevages illicites s'implantent en milieu urbain    Proche-Orient : Moscou et Riyad refondent leur coopération    MO Béjaïa : Les Crabes préparent l'ABS    Vérité et justice, réclament des associations et organisations syndicales et politiques    Une urbanisation désordonnée    Université d'Oran : Mohamed Moulfi présente son ouvrage sur la philosophie et la civilisation    Une belle exploration dans une œuvre majeure    «Une programmation professionnelle pour un festival de proximité»    Recouvrement de la fiscalité: Les chiffres «erronés» du gouvernement    LE DICTAT DU TEMPS    Oran : Intégration de l'aquaculture en agriculture: la ferme "Moulay Abdelaziz" réalise un franc succès    Cyclisme (Tour de France): Le voile se lève après le départ de Nice    SNTF: Lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Salon national de la micro-activité : Ouverture aujourd'hui à Alger sous le thème de l'entrepreneuriat    Bordj-Bou-Arreridj : Une stratégie de création de richesses et d'emplois    Pologne : Les conservateurs remportent les élections législatives avec 45 % des voix    François Aissa Touazi : " Les Saoudiens ont pris conscience que l'instabilité régionale menace leur économie "    Brexit : "Il reste beaucoup de travail à faire", prévient Barnier    Amical Algérie-France: Rencontre aujourd'hui entre le président de la FAF et la FFF    Le parti conservateur PiS largement favori    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Passage rituélique» pour une artiste atypique
Publié dans La Nouvelle République le 18 - 11 - 2018

«Dans l'intitulé, nous avons cette insigne impression qu'un druide celtique est passé par là pour nous montrer quelques arcanes secrets d'un art qui sort de l'ordinaire. Traitée indûment de nouvelle Baya, l'aberration est à son comble quand on traite son travail d'art naïf, pour ce qui relèverait dans une attitude fondamentalement contemporaine de figuration narrative plutôt.
Dans une exposition passée, observée à la galerie Racim, quelque 77 tableaux de différents formats n'ont pas daigné nous raconter tout ce qui se passe dans l'esprit lumineux de cette artiste de talent, issue d'abord de l'univers de feu qu'est la céramique pour intégrer ensuite l'atelier Martinez et nous livrer ainsi une œuvre régulière, généreuse, ouverte, souvent enjouée, souvent mélancolique, mais jamais absoute de poésie.
Cette druidesse de la couleur est Djahida Houadef, digne fille de Barika, là où le soleil fait chanter les abricots, et où les palmiers enfantent aussi des pommes délicieuses et des grenades qui craquent leur bonheur sous la dent. Houadef, devenue citadine depuis, «chante» sa propre mémoire en faisant de la peinture d'une manière compulsive, vivante, engagée pour les autres. Elle atterrit à la galerie Racim, en octobre dernier comme dans un retour obligé des choses, elle dit à ce sujet : «C'est une exposition qui s'est mise sur les rails vers un lieu illustre, celui de la galerie Mohammed Racim. Un lieu historique où la peinture algérienne a connu ses jours de gloire et a vu défiler de nombreux artistes, qui ont su défier les ignorances, les vents et les marées et qui ont su aussi séduire les profanes et sensibiliser un système fermé à la culture du beau. Ils ont majestueusement et fertilement occupé le lieu. Avec leurs productions, ils ont marqué leur temps et ont même réussi à faire sortir leurs œuvres au-delà des murs de la galerie pour représenter l'Algérie à travers le monde entier.
Mon exposition se veut spirituellement saisissante. Elle a créé en moi un sentiment de nostalgie, celui d'une quête révolutionnaire, celle où l'on croyait fortement à ce qu'on faisait, celle où la volonté dépassait toute tentative d'abandon. Un ressourcement indispensable à suivre attentivement pour stabiliser les intuitions et larguer ses amarres. Une clairvoyance n'est-elle pas mieux captivée que sur une solide fondation ! J'ai entamé cette exposition tout en étant chargée d'un sentiment de renaissance, celle de revivre une réussite réalisée, celle de prendre en exemple les existences des belles âmes. J'ai déballé mes œuvres triées comme des fragments de mon histoire, celles de toutes mes expériences à travers ses diverses collections.
Avec optimisme, j'ai scruté ce sentier avec un bouquet de chacun de mes jardins. Une belle manière de marquer les arrêts pour s'accomplir, se régénérer, avoir du repli et comprendre la répartition des sillons en éveil. Une sorte de rétrospective pour reprendre le souffle nécessaire pour le recommencement. Cette exposition vient s'ajouter à la liste des précédentes que cette galerie a connues. Elle est tout à fait sur le rituel de son temps. Elle se veut comme un appel déclenché, à maintenir avec ses mains et ses dents, et à soutenir ses portées pour l'accouchement pour la pérennité. Nul n'a le droit au recul, surtout que l'art, chez nous, est déjà sur la lancé. Ceci dit, un seul acteur ne saura sur quel pied évoluer, sa force et sa performance ne trouveront puissance qu'avec toutes les énergies rassemblées de tous bords et tous horizons.
L'ensemble de mes œuvres ne pourra être mieux abrité que dans ce lieu symbolique, une exposition comme une cerise sur le gâteau ! Ce fameux passage qui nous a montré une infinité de travaux sur plusieurs techniques est ancrée dans la stylistique particulière à la plasticienne, elle a invité le 20 octobre dernier la conteuse aux yeux de lapis lazulis, Assia Lafi, pour une session avec les enfants, conquis par ces deux passionnées de l'enfance qui ont offert «mille et une histoires» aux bambins du cru, en passant par le dessin et coloriage. Nous sommes allés à la rencontre de cette artiste hors pair qui arrive à transformer des scènes apparemment triviales en jardins poétiques puissants, composés souvent d'une manière iconoclaste, asymétrique, en passant par une technique d'aplats qui se superposent pour installer un personnage, plusieurs mêmes, des scènes qui parlent d'une manière autonomes, entre courbures, arabesques, couleurs franches, tissus collés, techniques mixtes qui ouvrent tous le champs des possibles dans une interprétation heureusement ardue.
Djahida Houadef, entre formats minuscules, et d'autres assez majestueux laisse sa sensibilité heurter nos sens par son incursion aujourd'hui dans une originalité irisée qui laisse peu de chance à l'assurance, sur ses tableaux nous sommes tout le temps entre deux eaux, flottant dans les concepts et les départs imaginaires sans cesse sur le qui-vive, les femmes sont les reines de son royaume, nous y sommes malgré tout sans arrêt invités dans son domaine fait des plus belles images, il ne se fait pas de refuser ses appels à la découverte de la quintessence de son talent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.