Quand l'acte de candidature tourne à la comédie !    Facebook impose des règles plus strictes de publicité politique dans les pays qui organisent des élections    Ouverture de la quatrième édition du Salon international de l'agriculture    La vigilance toujours de mise    Duels au sommet et au bas du tableau    Votre week-end sportif    Brèves de sétif...    Distribution de 379 logements à Ahmer-el-Aïn    3 000 postes de formation pédagogique offerts à Mostaganem    Ces «harragas» qui vous empêchent de dormir !    La fabrique à pluralisme !    Je ne suis pas candidat !    Akerrou : Yennayer fêté à Lakrar    Ligue 1: Trois chauds et importants duels    Ligue 2: Chocs explosifs à Blida et Saïda    Caisse nationale de retraite: Près de 610 milliards de DA de déficit prévu en 2019    Un candidat à la candidature, c'est sérieux !    Macias au Maroc: un ballon-sonde sur la voie de la normalisation israélo-marocaine    Chlef: Des projets et des retards importants    Plusieurs wilayas concernées: Rafales de vent, pluie et neige    Présidentielle d'avril 2019: Début de la révision exceptionnelle des listes électorales    Gaïd Salah appelle à la vigilance    Relizane: Les promesses de Mohamed Hattab    De la frontière    Le CHT Oran, un modèle de réussite du sport scolaire    1541 magistrats chargés de présider les commissions électorales    Installation du groupe parlementaire d'amitié «Algérie-Cuba»    «La politique de réconciliation nationale est exposée»    Une réunion pour renforcer davantage les relations    La force et la volonté du peuple sahraoui briseront les projets de l'occupant marocain    Mehdi Abid Charef bientôt sur les terrains de football ?    La Juventus au petit trot, l'AC Milan quatrième    Flambée de violence dans le Nord-Est, des milliers de déplacés    Face aux "menaces" : Macron et Merkel signent un traité de convergence    Sahel: Le changement climatique exacerbe les conflits intercommunautaires (CICR)    Forum économique de Davos : Messahel met en exergue les efforts de l'Algérie pour la stabilité régionale    Aviation : La production d'Airbus sur les terres de Boeing va monter en flèche    Sit-in devant les directions de l'éducation    Par manque de professionnels, le poisson devient rare sur le marché    La criminalité générale en baisse    Quatorze propositions aux futurs candidats à l'élection présidentielles du 18 avril 2019    L'expert Ait Chérif plaide pour une transition énergétique urgente    Chine La croissance du PIB au 4e trimestre au plus bas depuis 2009    L'Autorité palestinienne va refuser toute aide américaine    Les femmes encore reléguées au second plan    La confluence des poètes accroît le niveau de leur créativité    Une possible œuvre de Banksy émeut les Japonais    Ce rivage, où on avance sur le silence* : Abdallah Benanteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 12 - 2018

Intervenant à l'ouverture de la conférence nationale sur l'exception d'inconstitutionnalité, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, M. Tayeb Louh, a affirmé que l'Algérie s'engage à combler toutes les lacunes, afin de protéger le pays contre ceux qui se manifestent de l'extérieur et surtout ceux qui veulent faire revenir l'Algérie à la décennie noire des années 90.
M. Tayeb Louh devait ajouter que l'introduction de l'exception d'inconstitutionnalité était destinée notamment à l'élimination de tous les facteurs qui pourraient constituer une «faiblesse ou un fléchissement» du pays. «Il est envisagé à travers cet effort, l'élimination de tous les facteurs qui pourraient constituer une faiblesse ou un fléchissement de notre patrie. Cette approche fait le consensus de tous les Algériennes et Algériens, quels que soient leurs visions ou leurs avis», a-t il fait savoir. Les objectifs, a souligné M. Louh, ne pourraient se concrétiser sur le terrain que s'ils reposaient sur une approche méthodologique et un travail continu de nature à même «d'éliminer les multiples contraintes et de garantir la convergence avec les normes des mutations de la société, tout en mettant, parallèlement à cela, notre système constitutionnel et institutionnel sur la voie du développement et de la modernité».
Il a soutenu que les réformes introduites avaient été engagées suite aux résultats de l'audit de la réalité nationale et des progrès réalisés dans le processus de la «réforme de la modernisation initié par le Chef de l'Etat qui en a fixé et précisé les objectifs et dont la finalité était la promotion des fondamentaux essentiels du processus démocratique et son cadre organisationnel, prémunir le pays de tout retour à la situation dramatique qu'il a vécue durant la dernière décennie, cette situation qui a failli détruire l'Etat national». Le progrès réalisé dans la mise en place des principes constitutionnels et la dynamique de leur codification en harmonie avec les normes consacrées dans les systèmes modernes, trouve son origine dans «la profonde vision» et «la qualité des orientations» du Président Bouteflika ainsi que de la nature du parcours suivi afin de passer à une «nouvelle réalité nationale», a-t-il ajouté.
«Animé par des intentions sincères, cet effort a réussi à concrétiser ces principes considérés comme un tremplin pour passer à d'autres étapes qualitatives, notamment en matière de renforcement de l'Etat de droit, de l'élargissement du champ de participation citoyenne, la protection des droits des libertés, la satisfaction des demandes essentielles des citoyens ainsi que la mobilisation des moyens à même de garantir une vie décente aux citoyens», a-t-il expliqué. Pour M. Louh, grâce à l'usage de cette disposition, le citoyen contribuera au renforcement de l'Etat de droit et veillera à la préservation de ses droits garantis par la Constitution, ajoutant qu'il deviendra un «partenaire dans la consécration, la sauvegarde et le respect de ses droits». Il a ajouté que ceci constitue une «avancée significative dans le renforcement de l'Etat de droit pour lequel nous continuerons à œuvrer, sans relâche, à l'approfondissement de ses fondements, à la promotion de ses composantes et à l'ancrage de ses règles dans les faits».
Selon le ministre de la Justice, Garde des sceaux M. Tayeb Louh, il est du devoir des magistrats des ordres judiciaire ordinaire et administratif d'examiner «sérieusement» les moyens soulevés par les justiciables avant de décider de «l'opportunité ou de l'inopportunité» du renvoi devant le Conseil constitutionnel». Le ministre de la Justice a relevé que «ceci n'influera en rien sur la nature de notre système judiciaire, lequel est chapeauté par la Cour suprême et le Conseil d'Etat en ce sens que le droit algérien, contrairement aux autres systèmes, n'instaure pas de lien organique entre le Conseil constitutionnel et ces deux juridictions supérieures», assurant que «le Conseil constitutionnel demeurera une institution indépendante et distincte de ces deux systèmes judiciaires».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.