Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Nouvelles d'Oran    Rabah Bouarifi élu président jusqu'à la fin du mandat olympique en cours    Le comportement «inélégant et pitoyable» de Mohamed Raouraoua    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    L'avis de trois personnalités    Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    Prochainement sur Google traduction    25 affaires traitées par la Gendarmerie nationale lors du 1er trimestre 2019    Explosions au Sri Lanka : le bilan s'aloudrit à 207 morts et plus de 450 blessés    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    L'US Akbou-NRB Hammamet en finale…    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    Début du référendum constitutionnel en Egypte    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    Les 7 000 LPL de Draâ Errich en voie de règlement    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    Ouaret, DG des douanes, et Hiouani, gouverneur de la BA par intérim    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Aziz Chouaki, Ulysse en mode harrachi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    Chiheb torpille Ouyahia    "Trop tard, M.Bensalah..."    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Rihane éliminé au deuxième tour    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    En hommage aux 126 martyrs    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    El-Oued : Pôle agricole en tête des wilayas du Sud productrices de primeurs    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Par manque de professionnels, le poisson devient rare sur le marché
Publié dans La Nouvelle République le 24 - 01 - 2019

Afin de lutter contre la pêche illicite, les exportateurs des produits de la pêche vers l'étranger devront selon la réglementation disposer d'un certificat de capture délivré par le ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques. Certainement, les lots de poissons transformés et importés par les pays membres de l'UE.
Or, dans cette optique il faut souligner que la zone de pêche qui est évaluée à 9,5 millions d'hectares soit un littoral de1200 km riche en ressources halieutiques évaluées à près de 200 000 tonnes par an. Des réserves estimées selon la direction de la pêche à 100 000 tonnes par an, sur le plan des exportations, l'Algérie exporte les crevettes, le thon rouge, le poulpe, la sardine et la langouste. il faut savoir que la production algérienne est de seulement 130 000 tonnes /an avec pour conséquence un très faible ratio de consommation par habitant soit 5 kg par an alors que la moyenne de la consommation par habitant dans le monde est de 15,7 kg, au Maroc elle est de 8 kg et en Tunisie de10 kg. Le quota de thon attribué à Algérie qui est de l'ordre de 138 tonnes pour l'année 2014 alors qu'il était cinq fois supérieur en 2013, une quantité de 680 tonnes.
La Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique a dernièrement décidé des nouveaux quotas de pêche pour quelques espèces menacées dont le thon rouge avec une réduction de 5% afin d'avoir une quantité de 12 900 tonnes en 2014 contre 13 500 tonnes en 2013. Toutefois la pêche de ce poisson valeureux qui est bien dominée par les pays d'Europe à savoir la France avec une production de 6700 T, l'Espagne 6000 T, l'Italie 4500 T plus de la moitié de la production du thon rouge de l'Atlantique provient de la méditerranée. Or, les pêcheurs des ces trois pays se sont rabattus sur la méditerranée pour pêcher dans illégalité le thon rouge qui se trouve en grande quantité dans cette mer jugée pas trop surveillée, indique-t-on, le thon rouge algérien se consomme d'après certains renseignements fiables ailleurs grâce à des affairistes dans le domaine versés dans le trafic de la pêche.
Les plus importantes exportations vers les pays de l'Europe comme la France, l'Espagne et l'Italie, des produits de pêche algérienne sont le thon rouge, les crevettes, les langoustes et les poulpes et le reste des pêches est destiné pour le marché national en quantité minime pour le besoin d'une population forte en croissance. l'Etat est bien conscient du sous développement du secteur en question et doit nécessairement se pencher à moderniser sa flottille tout en mettant en œuvre le renouvellement et l'extension d'infrastructures portuaires dans les grandes villes côtières avec ses nombreuses zones qui sont encore vierges. A Annaba, les pêcheurs sont depuis quelques jours en chômage et le poisson est quasiment introuvable dans les marchés de la ville à part la sardine qui se vend un peu chère dans des poissonneries et le calamar.
Peur et désordre sur le port de pêche d'Annaba
Le port de pêche d'Annaba vit actuellement une certaine anarchie et un désordre total avec ses quelques centaines de sardiniers qui appartiennent aux pêcheurs venant particulièrement des wilayas de Jijel, Skikda et Mila, nous font savoir certains hommes de la mer. Ces derniers signalent à la Nouvelle République que parmi ces vieux et jeunes pêcheurs, plusieurs d'entre eux ne possèdent aucun permis pour exercer ce métier précieux et l'absence de tout contrôle pousse une catégorie de gens à imposer par la force leur loi, pour ne pas dire leur diktat. C'est dénonce-t-on la mafia qui gère réellement et parfaitement le port de pêche et le marché du poisson local. Les marins- pêcheurs nous dit-on qui sont contre et qui s'opposent sont à dire vrai dangereusement menacés, indiquent nos interlocuteurs.
Par ailleurs il est à relever dans ce contexte que l'absence totale du service d'ordre a selon toute vraisemblance aidé à la prolifération de quelques conteneurs non autorisés appartenant à cette redoutable mafia armée d'armes blanches qui cause une situation d'insécurité au niveau du port de pêche la Grenouillère, souligne-t-on de mêmes sources. Avant, le port était géré par la commune d'Annaba qui actuellement semble être hélas dans l'incapacité de maîtriser la situation actuelle qui ne cesse d'ores et déjà de dégénérer.
Selon les constatations faites, un manque de surveillance, d'organisation et de sécurité perdure et règne dans cette activité porteuse. D'après certains armateurs, la mafia qui règne en maître par la force impose aux livreurs de payer cash pour qu'ils puissent s'approvisionner au niveau de la grenouillère, nous font-ils savoir. Cela crée d'autre part une flambée vertigineuse des prix de détail du poisson vendu sur les marchés de la ville et au niveau de diverses poissonneries non pas par manque du produit extrait de la mer mais par fuite de plusieurs pêcheurs qui vont vendre leur poisson ailleurs, nous affirment nos informateurs.
Une région riche en poissons
Certainement la wilaya d'El Taref qui dispose d'une vaste zone côtière de plus de 1 000 km2 en plus des lacs Tonga, Oubeira et Mellah formant une véritable réserve intégrale de plus de 2600 hectares riches en diverses espèces de poissons notamment les anguilles, la dorate, la crevette grise et la carpe. le secteur de pêche en question avait enregistré une production de 5 444 tonnes de poissons en 2012 et près de 80 % de cette production locale sont vendues hors wilaya notamment à Sétif, Constantine, Batna, Annaba et Alger. La flottille de pêche de cette wilaya est composée de 48 sardiniers, 16 chalutiers et de petits métiers. Le projet tant attendu d'un nouveau port réalisé en partenariat avec une société mixte algéro-italienne «Sotramest et CMC di Ravenna» affiche un taux d'avancement de 90 % pourrait lever le poids sur le port de pêche d'El Kala qui est d'ores et déjà saturé d'une capacité de 100 embarcations seulement, indique-t-on.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.