Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Les conservateurs de tomate se concertent    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Comment affecte notre productivité    Près de 17 000 feux de forêts et plus de 19 000 cas de noyades en 2018    Les habitants de la commune de Cherchar réclament logements et aménagement urbain    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Arlequin valet de deux maîtres en hommage à Alloula    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    Ce que propose Bouteflika    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    Djamel Belmadi (sélectionneur de l'Algérie) : "Une revue d'effectif en vue de la phase finale"    Coupe de la CAF, NAHD-Zamalek (0-0): L'ombre de Gasmi    L'impératif de nouvelles réformes    "Pour chaque problème existe une solution"    "Regardez ce qui s'est passé en Irak"    Blida : Plus de 10.000 personnes aux besoins spécifiques bénéficient de la pension d'handicapé    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    El Tarf : Près de 600 infractions liées à l'environnement recensées en 2018    MILA : Plus de 5 500 hectares réservés pour la culture des légumes secs    Les professionnels dénoncent le statu quo    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Fin de parcours pour la JS Saoura    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fuite en avant d'Ouyahia
Publié dans La Nouvelle République le 03 - 02 - 2019

Le capital humain formé par les grandes écoles, les instituts, et les universités algériennes se morfondent après de longues années d'étude dans l'oisiveté, sans perspective d'avenir à la hauteur de leurs efforts. Les préjudices causés sont aussi gravissimes, que navrants pour un pays qui a consacré pour leurs fantasme des milliers de milliards de dinars.
La fuite des cerveaux n'est pas une mésaventure nouvelle. Les pays développés après la Seconde Guerre mondiale ont eu la désagréable surprise de voir leurs élites quitter leurs terres natales, pour aller en Amérique du nord, où les opportunités notamment salariales, d'évolution dans les carrières professionnelles, et de cadre de vie, étaient bien meilleures. La fuite des cerveaux chez nous n'est pas inhérente à la mal-vie, à la capitulation complète des différents gouvernements devant un marché de l'emploi saturé, par la faute d'une croissance exsangue ne pouvant en aucun cas, répondre à la demande de plusieurs centaines de demandeurs d'emploi.
Les statistiques officielles sur le chômage démontrent que l'Algérie a environ 12% de la population active à la recherche d'un travail, et parmi ce chiffre effarant, qui ne tient pas compte des employés pris en charge par le secteur informel, on se demande comment le Premier ministre avec une démographie paralysante d'environ 800 000 naissances par an, et presque autant d'actifs qui arrivent sur le marché du travail chaque année, fera, pour mettre un terme à la crise, de surplus avec le ralentissement des investissements productifs, pour assurer la mise en œuvre de sa «stratégie nationale proactive», pour juguler la fuite des compétences nationales vers l'étranger.
Pareillement pour tous les jeunes qui n'ont pas faits d'études supérieures, et dont la traversée du désert se déroule d'une manière toujours recommencée. Le dossier du chômage en Algérie est assurément le plus handicapant, pour les prochains gouvernements, et le plus sérieux à prendre en compte dans la confection des prospectives de la politique économique de l'Algérie, surtout depuis que l'Etat en situation de pléthore n'embauche plus, et que le secteur privé ne joue pas le jeu en recrutant ouvertement dans un marché apparaissant de plus en plus dissimulé et inéquitable.
Les annonces d'offres d'emploi ne se font plus démocratiquement par les organismes qu'ils soient étatiques ou privés par voie de presse, de plus, un phénomène discriminatoire vient de rugir, dans le cadre relationnel entre postulants et recruteurs, celui des demandes qui restent lettre morte, pour donner à l'entreprise la possibilité de s'adonner au clientélisme, au détriment des compétences.
Les prétendants à un emploi font généralement le parcours du combattant, et considérablement de déplacements, en vain, au point où le découragement fini par avoir le dessus sur les plus endurcis. Les candidats à l'émigration, le font par dépit, par désespoirs. M. Ouyahia dans ses propositions semble en campagne électorale en nous servant des formules réchauffées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.