L'Emir de l'Etat du Qatar entame une visite officielle en Algérie    Accidents de la route: 30 morts et 1.270 blessés en une semaine    21 manifestants condamnés à 50 000 DA d'amende    "Halte aux pratiques liberticides !"    L'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis à l'étude    Israël vise le Jihad islamique palestinien à Gaza et en Syrie    Le vote de confiance reporté à jeudi    Etat d'alerte sanitaire en Tunisie    Le Chabab alterne le bon et le moins bon    Attention, le Mouloudia arrive !    Le Targui    Le NAHD récupère l'argent du transfert de Touggaï et de Zerdoum    La mobilisation se poursuit à Montréal    Ouadjaout passera-t-il aux sanctions ?    Sit-in des corps communs de l'éducation nationale devant la wilaya    Le geste honorable du groupe Cevital    Bordj Bou-Arréridj : le P/APC d'El-Main devant le juge d'instruction    ACTUCULT    L'infrangible lien…    Parution en France d'"Algérie décennie 2010-2020 : aux origines du mouvement populaire du 22 février"    Amnesty International projette un film sur le hirak    Le café littéraire évoque l'épopée historique de l'Emir Abdelkader    Carnaval : «Laissez Alost être Alost», répond le maire aux accusations d'antisémitisme    Sonatrach : Acquisition de trois méthaniers    Nationalisation des hydrocarbures: nécessité de réaliser la sécurité et la transition énergétique    Il aura lieu au tribunal de Sidi M'hamed : Le procès de Karim Tabbou programmé pour le 4 mars    Procès des détenus du mouvement populaire : L'autre tribune des «hirakistes»    Le FMI prêt à apporter «l'assistance technique et des conseils de politiques économiques»    Epidémie de coronavirus : L'angoisse gagne la planète    La femme dans le mouvement populaire : Le nouveau souffle du féminisme en Algérie    Coupe arabe (U20) : L'Algérie qualifiée aux quarts de finale    Promotion des droits et des libertés: contrôler l'application de la justice constitutionnelle dans la vie publique    Transition énergétique: objectif 16 000 mégawatts d'énergies renouvelables à l'horizon 2035    «Camus a vécu à Alger la moitié de sa courte vie»    Dérives islamistes en France : «Séparatisme», le nouveau nom du communautarisme    Encore une transgression de la loi    Championnats les plus fair-play : L'Algérie 54e mondial    Objectif : La relance du cinéma algérien    Noureddine Khaldi nouveau DG des Douanes    Plan d'action du gouvernement: Impérative amélioration du pouvoir d'achat    Respectivement ex-directeur du protocole de Bouteflika et patron de Safina: Reguieg et Metidji incarcérés    Conseil des ministres: Un observatoire de prévention contre la discrimination et le discours de haine    Ligue des champions d'Europe: Attractions à Madrid et Naples    Pour dénoncer la mainmise des organisations «estudiantines»: Sit-in aujourd'hui des enseignants de l'institut de maintenance de l'université Oran 2    Bouira: Les céréales et l'intérêt des analyses des sols    24 harraga arrêtés à Skikda    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    Baisse significative de la participation aux législatives    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'énergie atomique remise au jour
Publié dans La Nouvelle République le 09 - 02 - 2019

Il y a nécessairement à établir les coûts de revient du lancement de centrales nucléaires et des réacteurs en Algérie, avant de lancer des projets, dont les maturations devraient également tenir compte de la diversité des domaines d'activités liés à cette source d'énergie, certes peu coûteuse, après amortissement des investissements.
L'intérêt stratégique pour la fabrication d'électricité, et en matière de protection de l'environnement contre les séquelles de propagation des gaz à effet de serre, ne fait aucun doute, mais en fin de vie d'un réacteur, les craintes amarrées à la sécurité dans le traitement des déchets radioactifs, et leur enfouissement, nécessitent des investissements très lourds. C'est un terrain qui doit être très sérieusement encadré. Dans ce contexte d'une extrême sensibilité, le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni a préalablement préparé dans son projet de loi, le bornage des activités nucléaires, qu'il a présenté devant la Commission des Affaires économiques, du développement, de l'industrie, du commerce et de la planification à l'Assemblée populaire nationale.
M. Guitouni a précisé que «le programme pacifique d'utilisation de l'énergie nucléaire requiert la mise en place d'un cadre législatif définissant les conditions des activités nucléaires, et les règles de sécurité» correspondantes aux conventions internationales de coopération sur les utilisations sur l'exploitation des énergies nucléaires, et les sources de rayonnement ionisantes. Dans ce cadre, le ministre a fait savoir également que le projet de loi était structuré en 19 chapitres relatifs à «la sûreté, la sécurité et la radioprotection». Ces chapitres non rendus publics par l'APS qui rapporte l'information se veulent s'inspirer «des meilleures pratiques mondiales en la matière, ainsi que des instruments juridiques internationaux auxquels l'Algérie a souscrit avec l'Agence internationale de l'énergie atomique.
Ce projet, croit-on savoir, ne fera partie des ressources énergétiques de l'Algérie qu'à partir de 2030, le temps de pourvoir le secteur de la formation de hauts niveaux des ingénieurs, de procéder à son organisation, et de s'assurer de la mise en place des instruments juridiques à tous les niveaux. Comme nous le savons, l'Algérie dispose du Comena depuis 1996, de deux réacteurs nucléaires destinés à la formation et la recherche au niveau de Draria sur les hauteurs d'Alger, et de El Berine à Djelfa, pareillement d'un institut algérien de formation en génie nucléaire, depuis 2011, et d'un centre national de formation et d'appui à la sécurité nucléaire existant depuis 2012.
Le projet de loi inclut selon le ministre corrélatif à l'exploitation de l'énergie nucléaire prévoit la création d'une «autorité nationale de la sécurité et de sûreté nucléaires». Ce programme à vocation pacifique de l'utilisation de l'énergie nucléaire, sera subordonné à des contrôles périodiques et stricts de l'AIEA, qui a pour mission de veiller à l'enrichissement de l'uranium à des fins d'utilisation militaires. L'Algérie est étroitement surveillée. En février dernier, notre ministre des AE a signé le protocole additionnel au Traité de non prolifération nucléaire (TNP).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.