Galatasaray : Falcao est attendu demain    Installation du président de la Cour d'Aïn Témouchent    Le pouvoir d'achat des citoyens sera préservé    «Cette nouvelle ne concerne pas que les voitures allemandes»    Les eaux souterraines, sources d'approvisionnement en eau potable    L'armée prend le contrôle de la route Damas-Alep et coupe les terroristes de leurs bases    «L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité qui lui est imposée»    La sélection algérienne dames termine à la 11e place    Un match contre ses détracteurs    Le FC Barcelone va faire une offre de prêt pour Neymar    Bataille rangée dans les rues d'Aïn Témouchent    Création prochaine d'une nouvelle zone d'extension touristique à Tala-Guilef    El Gasba (flûte), instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Les habitants revendiquent la délocalisation de la décharge    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    L'activité commerciale peine à reprendre    Gros marché    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Les fausses peurs des «experts»    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Le ministère de la Santé nous écrit    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    La citoyenneté en débat    Convergence à Ifri pour un ressourcement    Slimani direction à Al Gharafa ?    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Une campagne vouée a l'échec    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    17.200 Seat vendues en 7 mois    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'énergie atomique remise au jour
Publié dans La Nouvelle République le 09 - 02 - 2019

Il y a nécessairement à établir les coûts de revient du lancement de centrales nucléaires et des réacteurs en Algérie, avant de lancer des projets, dont les maturations devraient également tenir compte de la diversité des domaines d'activités liés à cette source d'énergie, certes peu coûteuse, après amortissement des investissements.
L'intérêt stratégique pour la fabrication d'électricité, et en matière de protection de l'environnement contre les séquelles de propagation des gaz à effet de serre, ne fait aucun doute, mais en fin de vie d'un réacteur, les craintes amarrées à la sécurité dans le traitement des déchets radioactifs, et leur enfouissement, nécessitent des investissements très lourds. C'est un terrain qui doit être très sérieusement encadré. Dans ce contexte d'une extrême sensibilité, le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni a préalablement préparé dans son projet de loi, le bornage des activités nucléaires, qu'il a présenté devant la Commission des Affaires économiques, du développement, de l'industrie, du commerce et de la planification à l'Assemblée populaire nationale.
M. Guitouni a précisé que «le programme pacifique d'utilisation de l'énergie nucléaire requiert la mise en place d'un cadre législatif définissant les conditions des activités nucléaires, et les règles de sécurité» correspondantes aux conventions internationales de coopération sur les utilisations sur l'exploitation des énergies nucléaires, et les sources de rayonnement ionisantes. Dans ce cadre, le ministre a fait savoir également que le projet de loi était structuré en 19 chapitres relatifs à «la sûreté, la sécurité et la radioprotection». Ces chapitres non rendus publics par l'APS qui rapporte l'information se veulent s'inspirer «des meilleures pratiques mondiales en la matière, ainsi que des instruments juridiques internationaux auxquels l'Algérie a souscrit avec l'Agence internationale de l'énergie atomique.
Ce projet, croit-on savoir, ne fera partie des ressources énergétiques de l'Algérie qu'à partir de 2030, le temps de pourvoir le secteur de la formation de hauts niveaux des ingénieurs, de procéder à son organisation, et de s'assurer de la mise en place des instruments juridiques à tous les niveaux. Comme nous le savons, l'Algérie dispose du Comena depuis 1996, de deux réacteurs nucléaires destinés à la formation et la recherche au niveau de Draria sur les hauteurs d'Alger, et de El Berine à Djelfa, pareillement d'un institut algérien de formation en génie nucléaire, depuis 2011, et d'un centre national de formation et d'appui à la sécurité nucléaire existant depuis 2012.
Le projet de loi inclut selon le ministre corrélatif à l'exploitation de l'énergie nucléaire prévoit la création d'une «autorité nationale de la sécurité et de sûreté nucléaires». Ce programme à vocation pacifique de l'utilisation de l'énergie nucléaire, sera subordonné à des contrôles périodiques et stricts de l'AIEA, qui a pour mission de veiller à l'enrichissement de l'uranium à des fins d'utilisation militaires. L'Algérie est étroitement surveillée. En février dernier, notre ministre des AE a signé le protocole additionnel au Traité de non prolifération nucléaire (TNP).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.