Golan occupé.. Les habitants du Golan dénoncent Washington    Eliminatoires CAN 2019 U23 (match aller).. Guinée Equatoriale 0 Algérie 0    ligue 1.. Lamine Kebir : «L'USMA a toujours son destin entre les mains»    Journée internationale des forêts.. Près d'un million d'arbres ont été plantés en Algérie    Festival «lire en fête» à Khenchela.. Grande affluence    Tébessa.. Deux bombes artisanales détruites    En amical hier à Paris.. La JSK s'incline face au Red Star (1-0)    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Trucs et astuces    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'énergie atomique remise au jour
Publié dans La Nouvelle République le 09 - 02 - 2019

Il y a nécessairement à établir les coûts de revient du lancement de centrales nucléaires et des réacteurs en Algérie, avant de lancer des projets, dont les maturations devraient également tenir compte de la diversité des domaines d'activités liés à cette source d'énergie, certes peu coûteuse, après amortissement des investissements.
L'intérêt stratégique pour la fabrication d'électricité, et en matière de protection de l'environnement contre les séquelles de propagation des gaz à effet de serre, ne fait aucun doute, mais en fin de vie d'un réacteur, les craintes amarrées à la sécurité dans le traitement des déchets radioactifs, et leur enfouissement, nécessitent des investissements très lourds. C'est un terrain qui doit être très sérieusement encadré. Dans ce contexte d'une extrême sensibilité, le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni a préalablement préparé dans son projet de loi, le bornage des activités nucléaires, qu'il a présenté devant la Commission des Affaires économiques, du développement, de l'industrie, du commerce et de la planification à l'Assemblée populaire nationale.
M. Guitouni a précisé que «le programme pacifique d'utilisation de l'énergie nucléaire requiert la mise en place d'un cadre législatif définissant les conditions des activités nucléaires, et les règles de sécurité» correspondantes aux conventions internationales de coopération sur les utilisations sur l'exploitation des énergies nucléaires, et les sources de rayonnement ionisantes. Dans ce cadre, le ministre a fait savoir également que le projet de loi était structuré en 19 chapitres relatifs à «la sûreté, la sécurité et la radioprotection». Ces chapitres non rendus publics par l'APS qui rapporte l'information se veulent s'inspirer «des meilleures pratiques mondiales en la matière, ainsi que des instruments juridiques internationaux auxquels l'Algérie a souscrit avec l'Agence internationale de l'énergie atomique.
Ce projet, croit-on savoir, ne fera partie des ressources énergétiques de l'Algérie qu'à partir de 2030, le temps de pourvoir le secteur de la formation de hauts niveaux des ingénieurs, de procéder à son organisation, et de s'assurer de la mise en place des instruments juridiques à tous les niveaux. Comme nous le savons, l'Algérie dispose du Comena depuis 1996, de deux réacteurs nucléaires destinés à la formation et la recherche au niveau de Draria sur les hauteurs d'Alger, et de El Berine à Djelfa, pareillement d'un institut algérien de formation en génie nucléaire, depuis 2011, et d'un centre national de formation et d'appui à la sécurité nucléaire existant depuis 2012.
Le projet de loi inclut selon le ministre corrélatif à l'exploitation de l'énergie nucléaire prévoit la création d'une «autorité nationale de la sécurité et de sûreté nucléaires». Ce programme à vocation pacifique de l'utilisation de l'énergie nucléaire, sera subordonné à des contrôles périodiques et stricts de l'AIEA, qui a pour mission de veiller à l'enrichissement de l'uranium à des fins d'utilisation militaires. L'Algérie est étroitement surveillée. En février dernier, notre ministre des AE a signé le protocole additionnel au Traité de non prolifération nucléaire (TNP).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.