Un panel qui n'aura pas de sens si le mouvement populaire n'obtient pas satisfaction sur ses préalables    Pouvoir-opposition: Dialogue de sourds, divergences et risque de statuquo    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Un bien détestable président    LE JUSTE MILIEU    Finale de la CAN 2019: Algérie-Sénégal, vendredi à 20h00: Rendez-vous avec l'histoire    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Neuf individus arrêtés: Un trafic de véhicules et de faux et usage de faux démantelé    Remchi: 71 familles recasées dans le cadre du RHP    Le Hirak : ne pas brouiller son message nationaliste !    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    M. Chahar Boulakhras, P-DG de la Sonelgaz, à la Radio : "Nous avons connu un pic historique de 15 133 mégawatts"    CAN-2021: Tirage au sort ce jeudi au Caire    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Utilisation en ligne des techniques de sensibilisation à la protection de l'environnement: 30 étudiants de l'Est du pays en formation à El-Tarf    Alors que les citoyens dénoncent la suspension de l'AEP durant cette période caniculaire : Les responsables concernés restent imperturbables !    Sahel : Bamako salue le rôle «éminent» de l'Algérie    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Le calvaire des usagers    Les Verts en quête d'une 2e étoile    Les résultats connus aujourd'hui    Création d'un comité de suivi    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    Real : Zidane sur le point de perdre 3 de ses joueurs favoris ?    MAHIEDDINE TAHKOUT : Zoukh de nouveau devant la Cour Suprême    Les C400X et C400GT arrivent    Ils seront plus de onze millions à la rentrée prochaine    Les étudiants résistent    Du 28 au 30 septembre à Tébessa    ACTUCULT    Une nouvelle initiative de dialogue lancée    Une statistique qui profite à l'Algérie avant la finale    Une médiation morte avant de commencer    Baisse drastique des réserves de change    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La course aux présidentielles ouverte
Publié dans La Nouvelle République le 11 - 02 - 2019

Enfin, le suspense a pris fin ce dimanche 9 février avec l'annonce de la candidature du Chef de l'Etat pour un cinquième mandat consécutif lors de la prochaine présidentielle qui se déroulera le 18 avril 2019. Ainsi se terminent les tergiversations pour la population et les tripotages de l'actualité.
Pour l'instant, si les candidatures d'anonymes foisonnent, les grosses cylindrées notoirement éprouvées à ce genre d'exercice, n'ont pas déposé leurs dossiers officiellement auprès de l'instance habilitée à juger de la conformité des postulants au respect de la Constitution ; mais rien ne prouve qu'ils ne se sont pas préparés dans l'attente que retentisse le starter. Présentement, seul le général major à la retraite Ali Guediri est partant, revendiquant une rupture avec «le système» politique, qu'il a bien l'intention de réformer en profondeur, sans pour autant dévoiler sa stratégie, et les détails de son programme qui sera connu «le moment venu» selon lui. L'autre candidat à avoir déposé son dossier n'est autre que l'islamiste Abderrazak Makri, président du Mouvement de la Société pour la Paix.
L'opinion publique algérienne s'attend à ce que l'ancien Premier ministre Ali Benflis, deux fois candidats malheureux face à Bouteflika à la présidentielle en 2004 et en 2014, relève le défi face au chef de l'Etat sortant pour avril 2019. Les autres prétendants comme Louiza Hanoune, une habituée aux confrontations électorales ne sont pas pour l'instant annoncés comme captivés par une élection qu'ils estiment perdre à l'avance. Néanmoins, Abdelaziz Bouteflika par un communiqué diffusé par l'APS dimanche 10 février, suite aux sollicitations des militants du parti FLN qu'il préside, a déclaré «qu'il initierait dès cette année, s'il est élu, une conférence nationale inclusive qui aurait pour objectif l'élaboration d'une plate-forme politique, économique et sociale, voire proposer un enrichissement approfondi de la Constitution».
«Toutes les forces politiques, économiques et sociales» du pays seraient conviées à cette conférence destinée à dégager un «consensus sur les réformes et les changements que notre pays devra engager», précise le Président sortant tout en annonçant sa candidature à la présidentielle de 2019. Outre l'élaboration de cette plate-forme, la conférence nationale «pourra proposer un enrichissement approfondi» de la Constitution dans «le respect de ses dispositions relatives aux constantes nationales, à l'identité nationale et au caractère démocratique et républicain de l'Etat». Les conclusions qui émaneraient de cette conférence lui seront soumises à l'effet de les faire concrétiser par «les voies appropriées».
Le projet d'un consensus national tient compte, selon Bouteflika, de «l'amélioration de la gouvernance au niveau des Institutions, des administrations, que des entreprises privées ou publiques» dans l'objectif est de protéger et d'impliquer beaucoup plus la jeunesse «aux postes de responsabilités», dans un cadre raffermissant l'Etat de droit, afin de «conforter un développement économique fondé sur la justice sociale, et l'affirmation d'une économie nationale d'initiative, productive et compétitive» espérant une «plus grande implication de la société civile dans ce combat», identiquement, plaide Bouteflika qu'il faudra faire «progresser davantage» dans la lutte contre la corruption par le «renforcement des organes» chargés de cette mission.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.