Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Les conservateurs de tomate se concertent    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Comment affecte notre productivité    Près de 17 000 feux de forêts et plus de 19 000 cas de noyades en 2018    Les habitants de la commune de Cherchar réclament logements et aménagement urbain    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Arlequin valet de deux maîtres en hommage à Alloula    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    Ce que propose Bouteflika    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    Djamel Belmadi (sélectionneur de l'Algérie) : "Une revue d'effectif en vue de la phase finale"    Coupe de la CAF, NAHD-Zamalek (0-0): L'ombre de Gasmi    L'impératif de nouvelles réformes    "Pour chaque problème existe une solution"    "Regardez ce qui s'est passé en Irak"    Blida : Plus de 10.000 personnes aux besoins spécifiques bénéficient de la pension d'handicapé    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    El Tarf : Près de 600 infractions liées à l'environnement recensées en 2018    MILA : Plus de 5 500 hectares réservés pour la culture des légumes secs    Les professionnels dénoncent le statu quo    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Fin de parcours pour la JS Saoura    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La course aux présidentielles ouverte
Publié dans La Nouvelle République le 11 - 02 - 2019

Enfin, le suspense a pris fin ce dimanche 9 février avec l'annonce de la candidature du Chef de l'Etat pour un cinquième mandat consécutif lors de la prochaine présidentielle qui se déroulera le 18 avril 2019. Ainsi se terminent les tergiversations pour la population et les tripotages de l'actualité.
Pour l'instant, si les candidatures d'anonymes foisonnent, les grosses cylindrées notoirement éprouvées à ce genre d'exercice, n'ont pas déposé leurs dossiers officiellement auprès de l'instance habilitée à juger de la conformité des postulants au respect de la Constitution ; mais rien ne prouve qu'ils ne se sont pas préparés dans l'attente que retentisse le starter. Présentement, seul le général major à la retraite Ali Guediri est partant, revendiquant une rupture avec «le système» politique, qu'il a bien l'intention de réformer en profondeur, sans pour autant dévoiler sa stratégie, et les détails de son programme qui sera connu «le moment venu» selon lui. L'autre candidat à avoir déposé son dossier n'est autre que l'islamiste Abderrazak Makri, président du Mouvement de la Société pour la Paix.
L'opinion publique algérienne s'attend à ce que l'ancien Premier ministre Ali Benflis, deux fois candidats malheureux face à Bouteflika à la présidentielle en 2004 et en 2014, relève le défi face au chef de l'Etat sortant pour avril 2019. Les autres prétendants comme Louiza Hanoune, une habituée aux confrontations électorales ne sont pas pour l'instant annoncés comme captivés par une élection qu'ils estiment perdre à l'avance. Néanmoins, Abdelaziz Bouteflika par un communiqué diffusé par l'APS dimanche 10 février, suite aux sollicitations des militants du parti FLN qu'il préside, a déclaré «qu'il initierait dès cette année, s'il est élu, une conférence nationale inclusive qui aurait pour objectif l'élaboration d'une plate-forme politique, économique et sociale, voire proposer un enrichissement approfondi de la Constitution».
«Toutes les forces politiques, économiques et sociales» du pays seraient conviées à cette conférence destinée à dégager un «consensus sur les réformes et les changements que notre pays devra engager», précise le Président sortant tout en annonçant sa candidature à la présidentielle de 2019. Outre l'élaboration de cette plate-forme, la conférence nationale «pourra proposer un enrichissement approfondi» de la Constitution dans «le respect de ses dispositions relatives aux constantes nationales, à l'identité nationale et au caractère démocratique et républicain de l'Etat». Les conclusions qui émaneraient de cette conférence lui seront soumises à l'effet de les faire concrétiser par «les voies appropriées».
Le projet d'un consensus national tient compte, selon Bouteflika, de «l'amélioration de la gouvernance au niveau des Institutions, des administrations, que des entreprises privées ou publiques» dans l'objectif est de protéger et d'impliquer beaucoup plus la jeunesse «aux postes de responsabilités», dans un cadre raffermissant l'Etat de droit, afin de «conforter un développement économique fondé sur la justice sociale, et l'affirmation d'une économie nationale d'initiative, productive et compétitive» espérant une «plus grande implication de la société civile dans ce combat», identiquement, plaide Bouteflika qu'il faudra faire «progresser davantage» dans la lutte contre la corruption par le «renforcement des organes» chargés de cette mission.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.