Gaïd Salah réitère: L'Armée n'a aucune ambition politique    Les «Forces de l'alternative démocratique» appellent à un dialogue «sérieux»    En rangs dispersés    Adrar: Deux complexes gaziers bloqués par des chômeurs    Groupe C : Sénégal - Algérie, aujourd'hui à 18h00: Une rude bataille tactique en vue    Une étude pour un nouveau plan de circulation: Le projet d'extension du tramway vers l'aéroport relancé    Groupe C : Kenya - Tanzanie, aujourd'hui à 21h00: Faux pas interdit pour les deux équipes    Syndicat autonome du secteur de la Solidarité nationale: «On est les prisonniers du système»    Le wali insiste sur l'application du principe de la gratuité des plages: Démantèlement des solariums illicites à la plage «Les Dunes»    Route nationale n°13: Saisie de plus de 7 tonnes de chocolat impropre par les gendarmes    Les héritiers de la lumière    Une grande école du ballon rond    Le Caire, ville sous haute sécurité    Le chef de l'Etat examine avec le Premier ministre les mécanismes de relance du processus électoral    La justice suit son cours    Benbitour suggère la création de 15 pôles de développement    Les trois auteurs du cambriolage d'une bijouterie neutralisés à Yellel    L'évolution de la consommation de drogue est «préoccupante»    Le Cameroun toujours là pour le titre... le Ghana accroché    Nécessité de donner une base académique à la musique Malouf    Sort des Groupes appartenant aux hommes d'affaires emprisonnés    Des experts pour enquêter sur les causes de la mort de poissons au Lac Oum Guellaz    Proposition d'un plan de paix    Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»    Un rituel ancré dans l'histoire de la région    USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell    En franchissant les 11 milliards de dollars de ventes : Chanel réaffirme son indépendance    Algérie : L'inflation à 3,6% sur un an en mai 2019    Attention à l'anarchie profitable aux conservateurs    Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats    Inventions Serge Armel Njidjou, inventeur d'une couveuse made in Cameroon interactive    Khamenei assure : L'Iran ne capitulera jamais devant les Etats-Unis    CA Bordj Bou Arreridj : El Hadi Belaâmiri, cinquième recrue    Djellab depuis Dakar : "La création de la ZLECAF érigera l'Afrique en force économique mondiale par excellence"    Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Il y a 27 ...    Les 3 supporteurs en détention provisoire    Pas de révision des prix    La justice ordonne l'arrestation de l'ex-Président Kotcharian    Le gouvernement appelé à penser une législation spéciale    Le tapis de Babar au Salon international du tourisme de Berlin    La 55e édition du Festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    AHMED GAID SALAH : ‘'L'armée accompagnera le peuple au sens propre du terme''    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Hanane Ashrawi dénonce    Heurts entre policiers et manifestants à Nouakchott    Pèlerinage au village natal de Matoub Lounès    Lutte contre la criminalité : Saisie de plus de 1100 comprimés de psychotropes    Le HCA plaide pour la suppression de l'aspect facultatif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Destinées concentriques en chaîne
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 02 - 2019

Dans le style poignant, Djamel Mati fait fort par l'entremise de son nouveau roman paru chez Chihab éditions. En effet, la radioactivité est déclinée sous toutes ses formes dans cette nouvelle production littéraire de l'écrivain Djamel Mati, fils d'Alger, ingénieur en géophysique, auteur de plusieurs romans, lauréat du prix Assia Djebbar en 2016 pour son livre, «Yoko et les gens du Barzakh» paru chez le même éditeur.
Il est de retour cette fois avec «Sentiments irradiés», une fable paradoxale quoi surfe entre la densité de l'urbain dans toute sa splendeur parisienne en opposition radicale avec l'apparente sérénité saharienne. Le tout porté par un récit qui utilise le «Je» pour mieux nous inclure dans une histoire qui s'enracine dans les sables du désert et entre les pavés parisiens. Mais un indice marque d'une manière inaltérable le début du roman, un homme fait sa valise, donne des indications à son ami Kadda, «embrasse» presque son poisson rouge, appelé «Jules», peut-être comme Jules Vernes, qui aura probablement tourné en rond sur cette modeste planète qu'est la terre, allégorie à notre petitesse face à la force divine!? Kamel est notre héros, il est empli de doutes, d'approximations créées par le désert qui l'accueille pour quelques missions techniques, avec sans nul doute cette rédemption guérissant des blessures narcissiques que l'on aurait cru irréparables.
Kamel, ancien moudjahid sans âge aura vécu plusieurs vies, dans les maquis urbains, dans l'apparent anonymat des forêts urbaines, mais la cause le mènera dans les reliefs boisés du maquis, du vrais maquis. Celui qui ne pardonne pas et qui ne permet aucune discrétion. Ce parcours sera ponctué de points de suspension dans une famille d'accueil au milieu du désert saharien, dans un microcosme immense et paradoxal, riche en évènements et en issues amoureuses du plus bel effet. Mais l'amour ici explose en mille et une parties létales pour l'éternité de la radioactivité. Kamel, comme une sorte d'Icare déchu de ses ailes à la portance assurée par Kella sa belle Antigone qui se diluera dans l'évanescence de la douleur fondamentale, la douleur du feu immanent d'une bombe nucléaire…
Voilà un nuage immense, un nuage de feu intense, horrible qui laissera des séquelles irréversibles dont Kamel, touché en premier lieu se fera le symbole pour tous ceux qui en ont pâti au nom de la dissuasion vue par un pays auquel en fait ici dans le sud, nous ne sommes liés en rien. Kamel, perdant l'essentiel de ce qui constitue sa vie ira quelques années plus tard nous persuader qu'il est à la quête d'une vérité suprême, la vérité qui lui donnera les réponses, il écrit son texte, le présent à l'assemblée de Greenpeace, et il fait mouche ! Cependant, ce coquin d'Eros tue ici Thanatos, l'amour-roi fait pendre ses rets dans l'esprit d'un homme qui refuse de se laisser aller dans les bras de cette gente Zoe, petit brin de femme, militante, jolie et fortement respectueuse de cet antihéros décomplexé qui se balade dans tout Paris en nous faisant tourner en bourrique par des descriptions régulières de ce Paris pluvieux et gris.
Nous suivons, pas à pas, mot par mot, les pérégrinations sans nul doute mortifères de cet insolite personnage et de ce qui le guide. Il ne se passe quasiment rien, et le roman, avance, avance en dépassant la moitié admise dans le regain de tension. Et c'est ainsi que Djamel Mati, usant de références musicales, de clins d'œil à des chanteurs, frisant l'humour potache sur un sujet extrêmement grave sur ce meurtre nucléaire, ce qui est très moche de limiter au terme d'essais puisque la note létale a été atteinte jusqu'au bout…
L'auteur va, ici, nous mener au bout de son aventure, la fin sera ouverte, le tout n'est pas encore soldé, mais le dénouement poignant, la manière de concentrer les première pages dans un système d'écriture concentrique qui semblent répétitif, qui l'est ! Mais qui possède en fait sa propre radioactivité, sa propre radiance, fait de ce livre -et non pas roman-, le livre d'une affirmation avérée pour la vie et qui pose ses propres questions sur le quid de la résilience. Djamel Mati a dans ce livre bousculé les règles de la bienséance littéraire, tant-mieux ; il réussit à mettre un incipit ou ce qui peut y ressembler à la quasi fin du livre, il installe son intrigue quasiment dans les dernières lignes de son roman, et cela marche.
«Sentiments irradiés» est une belle fable des temps modernes sur cette ignominie que la France a bien voulu nous laisser comme trace des bienfaits du progrès et de la civilisation, qu'elle en soit remerciée durant les mille ans que dure la radioactivité et de ses massacres récurrents de toute trace de vie…Djamel Mati en a fait une œuvre littéraire, une fiction bien plus éloquente que la propre réalité, n'est-ce pas là un minimum de justice, n'est-ce pas !?
«Sentiments irradiés» de Djamel Mati, éditions Chihab, Alger, 2018, 255 pages, 1100 Da, prix public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.