Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    MASCARA : Les personnels de la santé dénoncent le manque de transport    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Deux Algériens légèrement blessés    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    L'apocalypse à Beyrouth    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Emploi des jeunes, un dossier vénéneux
Publié dans La Nouvelle République le 23 - 02 - 2019

L'emploi en Algérie est devenu la clef de voûte de la stabilité politique, du bien-être social, et la meilleure tactique en matière de lutte contre les migrations clandestines ou légales, dont les fuites de cerveaux.
La grave crise économique qu'a traversée l'Algérie depuis 2011 n'a pas permis, malgré l'aisance financière, de lancer suffisamment d'outils de production, dans tous les secteurs, pour absorber les demandeurs d'emploi, particulièrement parmi la population des jeunes, qui arrivaient sur le marché du travail, dotés de diplômes, et prêts a assurer la relève. Malgré le départ des retraités à l'âge légal, et les partants avec la formule de la retraite anticipée, ainsi que les encouragements par les biais de l'ANSEJ et de l'Agence nationale des micros-crédits, après un court fléchissement du chômage sous la barre des 10%, la pression démographique a fini par faire redécoller la population des sans-emploi.
Les causes sont aussi nombreuses qu'inextricables, entre les gels des projets publics en cours de réalisation, et ceux prévus dans le cadre de la relance économique, l'absence d'investissement des opérateurs économiques locaux, et des IDE, suite à la chute draconienne des prix du pétrole durant le deuxième trimestre 2014. Les banques nationales qui avaient des surliquidités à en revendre ont vu leurs fonds propres se tarir, à l'image du Fond de Régulation des Recettes qui a plié sa colonne vertébrale sous le poids des importations, des affairistes et des rentiers qui n'ont fait que profiter du système politique sans rien apporter de constructif à l'Algérie. Les chiffres du chômage sont controversés selon les sources qui les donnent ; bien malin ceux qui seraient capables de fournir des statistiques correspondant véritablement à la réalité de ce fléau du vingtième siècle.
Nonobstant la non-déclaration des salariés par certains opérateurs économiques, qu'on peut qualifier d'égoïstes et d'antinationalistes, le chiffre officiellement admis par le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité Sociale, Mourad Zemali est gigantesque en ce qui à trait aux salariés qui ne sont pas déclarés à la sécurité sociale, ce qui génère un déficit pour la CNAS de 580 millions de dinars. Au niveau de l'Agence nationale de l'emploi (ANEM), il y aurait 138 000 demandes d'emploi, sachant que la majorité des demandeurs ne s‘adresse pas à l'Anem, pour la raison que seule la raison réprouve, préférant les annonces et l'utilisation des réseaux Internet, on peut logiquement déduire que le nombre de sans-emploi est beaucoup plus important que le 1 million 378 000 annoncé par le ministre M. Zemali.
Les emplois disponibles surtout s'ils émanent de certains secteurs rémunérateurs, sont répertoriés et ne bénéficient qu'à une catégorie de postulants, généralement très au fait des propositions d'embauche. Cette pratique tend à se généraliser en l'absence de transparence, et de non-publication sur les canaux de diffusion démocratisée des propositions émanant des entreprises qui ne daignent plus répondre aux sollicitations, même par la négative aux candidats à un poste de travail. Le ministre, sur ce volet a promis des «sanctions rigoureuses et sévères» conformément à la loi, mais rien depuis sa déclaration publique n'est venu contredire à ce que les règles d'équité et de transparence, dans le recrutement des jeunes surtout premiers demandeurs d'emploi est effectivement respecté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.