Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Emploi des jeunes, un dossier vénéneux
Publié dans La Nouvelle République le 23 - 02 - 2019

L'emploi en Algérie est devenu la clef de voûte de la stabilité politique, du bien-être social, et la meilleure tactique en matière de lutte contre les migrations clandestines ou légales, dont les fuites de cerveaux.
La grave crise économique qu'a traversée l'Algérie depuis 2011 n'a pas permis, malgré l'aisance financière, de lancer suffisamment d'outils de production, dans tous les secteurs, pour absorber les demandeurs d'emploi, particulièrement parmi la population des jeunes, qui arrivaient sur le marché du travail, dotés de diplômes, et prêts a assurer la relève. Malgré le départ des retraités à l'âge légal, et les partants avec la formule de la retraite anticipée, ainsi que les encouragements par les biais de l'ANSEJ et de l'Agence nationale des micros-crédits, après un court fléchissement du chômage sous la barre des 10%, la pression démographique a fini par faire redécoller la population des sans-emploi.
Les causes sont aussi nombreuses qu'inextricables, entre les gels des projets publics en cours de réalisation, et ceux prévus dans le cadre de la relance économique, l'absence d'investissement des opérateurs économiques locaux, et des IDE, suite à la chute draconienne des prix du pétrole durant le deuxième trimestre 2014. Les banques nationales qui avaient des surliquidités à en revendre ont vu leurs fonds propres se tarir, à l'image du Fond de Régulation des Recettes qui a plié sa colonne vertébrale sous le poids des importations, des affairistes et des rentiers qui n'ont fait que profiter du système politique sans rien apporter de constructif à l'Algérie. Les chiffres du chômage sont controversés selon les sources qui les donnent ; bien malin ceux qui seraient capables de fournir des statistiques correspondant véritablement à la réalité de ce fléau du vingtième siècle.
Nonobstant la non-déclaration des salariés par certains opérateurs économiques, qu'on peut qualifier d'égoïstes et d'antinationalistes, le chiffre officiellement admis par le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité Sociale, Mourad Zemali est gigantesque en ce qui à trait aux salariés qui ne sont pas déclarés à la sécurité sociale, ce qui génère un déficit pour la CNAS de 580 millions de dinars. Au niveau de l'Agence nationale de l'emploi (ANEM), il y aurait 138 000 demandes d'emploi, sachant que la majorité des demandeurs ne s‘adresse pas à l'Anem, pour la raison que seule la raison réprouve, préférant les annonces et l'utilisation des réseaux Internet, on peut logiquement déduire que le nombre de sans-emploi est beaucoup plus important que le 1 million 378 000 annoncé par le ministre M. Zemali.
Les emplois disponibles surtout s'ils émanent de certains secteurs rémunérateurs, sont répertoriés et ne bénéficient qu'à une catégorie de postulants, généralement très au fait des propositions d'embauche. Cette pratique tend à se généraliser en l'absence de transparence, et de non-publication sur les canaux de diffusion démocratisée des propositions émanant des entreprises qui ne daignent plus répondre aux sollicitations, même par la négative aux candidats à un poste de travail. Le ministre, sur ce volet a promis des «sanctions rigoureuses et sévères» conformément à la loi, mais rien depuis sa déclaration publique n'est venu contredire à ce que les règles d'équité et de transparence, dans le recrutement des jeunes surtout premiers demandeurs d'emploi est effectivement respecté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.