Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Appel à une rencontre avec des personnalités nationales: L'opposition dit non à Bensalah    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Lutte à couteaux tirés pour l'accession    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Manifestations devant le QG de l'armée    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    La date sera fixée dimanche    Sonatrach augmente la production de carburants    Un film algérien sélectionné au Festival de Cannes 2019    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Chlef : Le départ de Belaiz ne suffit pas    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    Libye.. Les combats continuent    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition dans l'embarras
Publié dans La Nouvelle République le 24 - 02 - 2019

L'appel anonyme à manifester à la fin de la prière hebdomadaire, ce vendredi, contre le cinquième mandat du Président Bouteflika, a été entendu par des milliers d'Algériens qui sont sortis effectivement des mosquées pour défiler, dans plusieurs villes du pays, après la prière du dohr et lancer des slogans contre ce 5ème mandat.
A Alger, ils étaient en majorité des adolescents, rejoints ensuite par les adultes pour marcher dans les principales artères de la capitale, en présence d'un impressionnant dispositif de maintien de l'ordre. La principale leçon de cette journée est qu'il est possible que des Algériens manifestent pacifiquement et qu'ils réussissent à neutraliser les habituelles provocations et les comportements irresponsables qui conduisent aux heurts avec la police. Il n'y a rien eu de tout cela vendredi. Au contraire, les slogans «chaab-chorta khawa, khawa» ou «chaab-djeich, khawa, khawa», lancés par les manifestants ont montré qu'ils ont voulu couper court à toute attitude provocatrice, d'hostilité à ces deux institutions, en écho pratiquement contradictoire à ceux qui criaient «pouvoir assassin».
Il faut reconnaître qu'à aucun moment, ni par le nombre de manifestants, (plusieurs milliers), ni par un quelconque autre indice, il n'y a eu le sentiment que le pouvoir était en danger. Du fait de leur caractère inhabituel depuis près de 18 ans (la grande marche des arouch sur Alger en juin 2001), les flots de manifestants dans la capitale, ce vendredi, avaient, certes, de quoi impressionner et même éblouir au point de faire perdre dans certains milieux politiques et médiatiques, le sens de la mesure concernant l'ordre de grandeur du nombre de marcheurs. D'ailleurs, à ce propos, il est intéressant de s'interroger sur les raisons qui ont fait que la marche à Alger n'a pas réussi à entraîner plus de monde parmi les opposants au 5ème mandat.
On ne peut invoquer la crainte d'incidents, ce risque était écarté dès lors que, dans les premiers moments de la manifestation, le caractère pacifique et sans heurts, de cette marche était évident. Certains pensent que c'est le prêche pro-gouvernemental des imams dans les mosquées qui a très fortement pesé dans le refus d'une grande partie de la population algéroise de se joindre à la marche. Il y a également la source «anonyme» de l'appel et l'implication de la mosquée comme point de départ à la marche. Le peuple algérien n'a pas oublié ce que lui a coûté l'instrumentalisation de la religion dans les luttes politiques. D'où la prudence et le doute qui ont poussé peut-être certains opposants au 5ème mandat du Président en exercice, à s'abstenir de participer à une marche aux contours indécis. Force est d'admettre également que les partisans d'un 5ème mandat et les indifférents, qui font partie du «peuple algérien», mais qui, évidemment, n'étaient pas du tout intéressés par cette manifestation, ont vaqué à leurs occupations ce vendredi, et, pour certains, ce n'est pas exclu, ont joué aux observateurs dans cet événement.
Les passions créées autour du 5ème mandat ont alimenté les commentaires, parfois éloignés de la réalité, sur la marche qui a eu lieu à Alger. Le fait que les participants à cette marche étaient, en majorité des adolescents et des jeunes non affiliés à un parti politique, et que la composante de tout le cortège était disparate et constituée de «sensibilités» différentes, divergentes, voire opposées, n'a, certainement, pas permis d'atteindre des résultats «concrets», même si, visiblement, il n'y avait pas d'objectifs plus ou moins précis, à cette marche.
Quels enseignements vont tirer les partis d'opposition après les marches d'hier qu'ils ont soutenues à travers leurs déclarations publiées sur les réseaux sociaux ? Pourront-ils «absorber» les milliers d'adolescents et jeunes qui, à côté du refus du 5ème mandat, ont exprimé aussi des revendications liés directement à leurs conditions de vie et à leur avenir dans le pays ? Si l'opposition n'arrive pas à «récupérer» ce véritable gisement politique, il y a fort à parier que le pouvoir ne laissera pas passer l'occasion de le faire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.