RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition dans l'embarras
Publié dans La Nouvelle République le 24 - 02 - 2019

L'appel anonyme à manifester à la fin de la prière hebdomadaire, ce vendredi, contre le cinquième mandat du Président Bouteflika, a été entendu par des milliers d'Algériens qui sont sortis effectivement des mosquées pour défiler, dans plusieurs villes du pays, après la prière du dohr et lancer des slogans contre ce 5ème mandat.
A Alger, ils étaient en majorité des adolescents, rejoints ensuite par les adultes pour marcher dans les principales artères de la capitale, en présence d'un impressionnant dispositif de maintien de l'ordre. La principale leçon de cette journée est qu'il est possible que des Algériens manifestent pacifiquement et qu'ils réussissent à neutraliser les habituelles provocations et les comportements irresponsables qui conduisent aux heurts avec la police. Il n'y a rien eu de tout cela vendredi. Au contraire, les slogans «chaab-chorta khawa, khawa» ou «chaab-djeich, khawa, khawa», lancés par les manifestants ont montré qu'ils ont voulu couper court à toute attitude provocatrice, d'hostilité à ces deux institutions, en écho pratiquement contradictoire à ceux qui criaient «pouvoir assassin».
Il faut reconnaître qu'à aucun moment, ni par le nombre de manifestants, (plusieurs milliers), ni par un quelconque autre indice, il n'y a eu le sentiment que le pouvoir était en danger. Du fait de leur caractère inhabituel depuis près de 18 ans (la grande marche des arouch sur Alger en juin 2001), les flots de manifestants dans la capitale, ce vendredi, avaient, certes, de quoi impressionner et même éblouir au point de faire perdre dans certains milieux politiques et médiatiques, le sens de la mesure concernant l'ordre de grandeur du nombre de marcheurs. D'ailleurs, à ce propos, il est intéressant de s'interroger sur les raisons qui ont fait que la marche à Alger n'a pas réussi à entraîner plus de monde parmi les opposants au 5ème mandat.
On ne peut invoquer la crainte d'incidents, ce risque était écarté dès lors que, dans les premiers moments de la manifestation, le caractère pacifique et sans heurts, de cette marche était évident. Certains pensent que c'est le prêche pro-gouvernemental des imams dans les mosquées qui a très fortement pesé dans le refus d'une grande partie de la population algéroise de se joindre à la marche. Il y a également la source «anonyme» de l'appel et l'implication de la mosquée comme point de départ à la marche. Le peuple algérien n'a pas oublié ce que lui a coûté l'instrumentalisation de la religion dans les luttes politiques. D'où la prudence et le doute qui ont poussé peut-être certains opposants au 5ème mandat du Président en exercice, à s'abstenir de participer à une marche aux contours indécis. Force est d'admettre également que les partisans d'un 5ème mandat et les indifférents, qui font partie du «peuple algérien», mais qui, évidemment, n'étaient pas du tout intéressés par cette manifestation, ont vaqué à leurs occupations ce vendredi, et, pour certains, ce n'est pas exclu, ont joué aux observateurs dans cet événement.
Les passions créées autour du 5ème mandat ont alimenté les commentaires, parfois éloignés de la réalité, sur la marche qui a eu lieu à Alger. Le fait que les participants à cette marche étaient, en majorité des adolescents et des jeunes non affiliés à un parti politique, et que la composante de tout le cortège était disparate et constituée de «sensibilités» différentes, divergentes, voire opposées, n'a, certainement, pas permis d'atteindre des résultats «concrets», même si, visiblement, il n'y avait pas d'objectifs plus ou moins précis, à cette marche.
Quels enseignements vont tirer les partis d'opposition après les marches d'hier qu'ils ont soutenues à travers leurs déclarations publiées sur les réseaux sociaux ? Pourront-ils «absorber» les milliers d'adolescents et jeunes qui, à côté du refus du 5ème mandat, ont exprimé aussi des revendications liés directement à leurs conditions de vie et à leur avenir dans le pays ? Si l'opposition n'arrive pas à «récupérer» ce véritable gisement politique, il y a fort à parier que le pouvoir ne laissera pas passer l'occasion de le faire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.