Ali Yahia et les Médias de la Haine    Tunisie: une "infection bactérienne" a tué 14 nourrissons    L'Argentine porte à 71% son taux directeur    Un Brexit sans accord doit être évité "coûte que coûte"    Yémen: six experts en déminage tués dans l'explosion d'un dépôt    Kim accuse les Etats-Unis d'avoir été de "mauvaise foi"    Le pétrole recule en Asie    L'Algérie avec 19 athlètes au Mondial de kempo en Espagne    Judo : 4 médailles pour les Algériens en Afrique du Sud    Lutte : la coupe nationale cadets et juniors de lutte aujourd'hui et demain    Désignation de représentants du mouvement populaire pour mener une transition : urgence du moment ou stratégie d'enfermement ?    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Justice sociale et solidarité nationale, un choix sacré
Publié dans La Nouvelle République le 25 - 02 - 2019

Dans son message à l'occasion de la célébration du double anniversaire de la création de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et de la nationalisation des hydrocarbures, le Président Bouteflika a souligné, selon la traduction APS, «la nécessité de plus d'efficacité économique pour garantir la pérennité de notre choix sacré, celui de la justice sociale et de la solidarité nationale».
«L'Algérie dispose du potentiel et des capacités lui permettant de gagner cette bataille, celle de l'édification et du développement», a-t-il précisé en citant l'exemple, «à méditer», de la wilaya d'Adrar, où «en effet, le sous-sol de cette région confirme, année après année, l'immense potentiel qui nous reste, comme dans les champs gaziers de Reggan et de Timimoune, et les capacités découvertes ou à découvrir. Dans cette wilaya, toujours, l'industrie est devenue une réalité palpable grâce à la cimenterie implantée au sud de cette ville, et qui exporte désormais vers nos voisins du Sud». La ville d'Adrar a fait l'objet d'un hommage particulier que lui a rendu, dès l'entame de son message, le Président Bouteflika. «Je voudrais, a-t-il écrit, tout d'abord féliciter les organisateurs de cette célébration pour le choix de la ville d'Adrar, capitale de Touat, un choix fort en symbolique et signification».
Il a rappelé ce qu'a enduré cette wilaya du fait des essais nucléaires français qui y ont été menés : «Nous nous retrouvons aujourd'hui sur les lieux du brasier qui a ravagé des centaines d'enfants de notre peuple, martyrs et victimes des essais nucléaires menés par le colonialisme abject. Des essais dont les effets demeurent encore source de souffrance des enfants de la wilaya d'Adrar dont je salue la population». Il a également rappelé le haut fait d'armes qu'a été, durant la Guerre de libération nationale, «l'héroïque bataille de Timimoune». Il a évoqué la mémoire de nos glorieux Chouhada, tombés dans cette bataille, et a rendu «hommage aux Moudjahidine de cette région que j'ai eu l'honneur de côtoyer durant la Guerre de libération, à l'époque de l'ouverture du front du Sud, qui partait d'ici aux territoires de la République du Mali, frère».
Le Président Bouteflika a adressé «les salutations de l'Islam aux Zaouïas de cette pieuse région, qui, à l'instar de toutes celles des autres contrées de l'Algérie, ont été des citadelles pour l'Islam orthodoxe, l'enseignement des préceptes du Saint Coran et la préservation de l'unité de notre vaillant peuple». «Tout au long de notre riche histoire, a-t-il souligné, Adrar n'a cessé d'être un centre reconnu d'où se lançaient les prêcheurs de notre religion sacrée vers les régions les plus reculées du continent africain pour y propager le message d'Allah et la Sunna de notre prophète (QSSSL)». Plus loin, dans son message, le Président Bouteflika a mis l'accent sur les innombrables «possibilités de diversification de l'économie nationale en richesses minières, potentialités agricoles et compétences scientifiques qui n'attendent qu'une meilleure exploitation, avec davantage d'efficacité et de qualité, pour être source de revenus supplémentaires pour le pays».
Le chef de l'Etat a fait remarquer que «lors des deux dernières décennies, l'Algérie a su combiner la richesse des hydrocarbures et la décision politique indépendante et conjuguer les bras et la volonté de ses loyaux fils». Il a rappelé qu'«une fois le pays sorti des affres de la tragédie nationale et de la restructuration économique et sociale, nous nous sommes lancés dans le processus de construction et d'édification qui, peu à peu, a permis à l'Algérie de se libérer du fardeau de la dette extérieure, d'éloigner le spectre du chômage qui a failli asphyxier nos jeunes, et d'enrayer considérablement les manifestations de la misère et de la pauvreté grâce à la réalisation, à travers les quatre coins du pays, de milliers d'écoles, de centaines d'hôpitaux, des dizaines d'universités et de millions de logements». C'est, a-t-il insisté «l'indépendance de notre décision politique et économique, qui nous a permis de surmonter les difficultés financières, ces dernières années». Le Président Bouteflika a fait ressortir le rôle de l'UGTA dans la paix sociale et la mobilisation des travailleurs qui ont rendu possible cette indépendance de l'Algérie dans sa décision politique et économique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.