Pour une commission de transition et une transparence des élections    Laskri appelle les militants à resserrer les rangs    Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Damas mise sur le tourisme après la restauration de ses sites historiques    Installation des Commissions de candidatures et de recours    Médaille d'or pour l'Algérien Ameur sur 10 000 m marche    L'Algérien Sahnoune qualifié aux JO-2020    De nouveaux projets bientôt lancés    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Le parcours scientifique du penseur Abdelkrim Bekri mis en exergue    Crise politique et crise de nerfs    Paëlla    Le fait de se réveiller toujours fatigué, malgré de longues nuits de sommeil, est-il un signe d'insomnie ?    Manchester City-Tottenham acte 3    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Masques spécial peaux grasses et sèches    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Tizi Ouzou: Des maires marchent pour refuser l'encadrement de la présidentielle    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    Nabni: Pour un système électoral anti-fraude en six mois    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    La date sera fixée dimanche    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FLN «rejoint» le mouvement populaire
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 03 - 2019

Fait inédit dans les annales politiques nationales. Deux partis politiques, le Front de libération nationale (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND) alliés et soutiens du pouvoir, viennent de « rejoindre » le mouvement populaire de contestation contre le système politique en place et contre le prolongement du quatrième mandat de Bouteflika, en apportant « leur » soutien. Tentant ainsi de faire oublier «leurs» récents bruyants appels à la «continuité» lancés en chœur.
Le peuple a dit son mot et le FLN soutient le mouvement populaire, a déclaré, hier mercredi à Alger, le coordinateur de l'instance dirigeante de l'ex-parti unique, Moad Bouchareb, lors d'une réunion, à l'hôtel « Le Mouflon d'or », avec les mouhafedhs de sa formation politique. « Les militants du FLN soutiennent, pleinement, le mouvement populaire. Les militants du parti défendent en toute sincérité la réalisation des objectifs, avec une feuille de route précise », a observé le coordinateur de l'instance dirigeante du FLN, appelant à la nécessité de s'assoir autour d'une seule table de dialogue pour édifier une nouvelle Algérie. Aujourd'hui, a-t-il poursuivi, le peuple défend l'Algérie dans des manifestations pacifiques. « Le peuple a réclamé le changement et le Président y a répondu avec sincérité, en prônant un changement de système et une Algérie nouvelle», a-t-il dit, révélant que sa formation politique, le FLN, n'était pas comptable de la gestion du président Bouteflika car n'ayant pas «dirigé » le gouvernement.
Les principes et valeurs constantes du parti, a-t-il poursuivi, ont de tout temps eu pour source le peuple, qui a demandé le changement. Un changement, a-t-il dit, explicitement évoqué par le président de la République, également président du parti, Abdelaziz Bouteflika en déclarant qu'il procèdera au changement du régime et à la construction d'une nouvelle République en vue de faciliter l'interaction entre toutes les forces du pays. La souveraineté du peuple, a-t-il ajouté, a toujours été la base du système de gouvernance en Algérie et qui se reflète dans le slogan « du peuple et pour le peuple. Relevant, au passage, la nécessité de travailler avec dévouement et de prôner le dialogue unifié afin, a-t-il dit, d'atteindre les objectifs escomptés conformément à une feuille de route bien définie pour bâtir une nouvelle Algérie qui ne marginalisera et n'exclura personne. Dans la soirée de mardi, le porte-parole du Rassemblement national démocratique (RND), Seddik Chihab a soutenu que les quatre formations politiques de l'Alliance, à savoir le FLN, RND, MPA d'Amara Benyounes et TAJ d'Amar Ghoul, étaient responsable en partie de la crise actuelle. Invité d'une émission de la chaîne de télévision El-Bilad TV, Seddik Chihab a laissé entendre que la candidature du président Abdelaziz Bouteflika à un nouveau mandat « a été une grave » erreur.
« Nous avions manqué de perspicacité. Naturellement, c'était une aventure. Nous n'avons pas eu le courage nécessaire pour exprimer tout ce que nous pensions de cette candidature qui paraissait, dit-il, anormale », a concédé le numéro deux du parti d'Ahmed Ouyahia, qui avait apporté son soutien à la candidature du président pour un nouveau mandat. Ces dernières années, a lâché le porte-parole du RND, l'Algérie a été dirigée par ce qu'il a qualifié de « forces » non constitutionnelles. « Il y a des forces qui sont générées par les partis. Il s'agit de forces non structurées. Des forces non-constitutionnelles, non organisées, etc... Elles sont partout. L'Algérie a été dirigée par ces forces durant au moins ces cinq, six ou sept dernières années », a-t-il dit. Hier mercredi, le RND s'est, « clairement démarqué » des propos tenus par son porte-parole, Seddik Chiheb, tenus avant-hier mardi 19 sur la chaîne de télévision El Bilad TV. « Dans un débat orienté et où il y avait de la provocation, notre collègue a été poussé vers une réaction émotive et parfois à un éloignement des positions connues du parti », indique le parti dans un communiqué. Rappelant que la position du parti est dans la lettre adressée par le secrétaire général Ahmed Ouyahia en date du 17 mars 2019.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.