Le juge demande un complément d'enquête    Tergiversations au Conseil de la Nation    La situation s'améliore nettement à Alger    L'Algérie perd 2 milliards de m3 de gaz à l'exportation    «Le Maroc doit tirer les leçons de son arrogance»    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Le choc USMA-ESS fixé à samedi prochain    LDC : Le programme de ce mardi    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le Soudan veut modifier la méthode des négociations    L'Université russe des relations internationales organise une conférence sur la lutte du peuple sahraoui    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    Le procès de l'ex-wali Bouderbali Mohamed reporté au 7 décembre    L'Opep et ses alliés pourraient réajuster leurs accords    Djerad annonce des mesures pour assurer l'approvisionnement en eau    L'héritage    Les non-dits    Les Sanafir recevront le WAT à Benabdelmalek    7 conseils pour vaincre la fatigue matinale de façon naturelle    Les habitants pris au dépourvu    Plus de 10 700 dossiers pour 848 logements    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    Cité des 1046 logements (Douéra) : Dégradation et absence d'entretien    Chetaïbia (Ouled Chebel) : Absence de structures sportives    Béchar : Cap sur le reboisement    A l'initiative de l'ambassade des Pays-Bas: Lancement du programme «Orange Corner» destiné aux startups    L'INVICIBILITE DU TEMPS    120 employés de la Santé décédés du Covid    EHU 1er Novembre: 60 malades du Covid-19 en soins intensifs ou en réanimation    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    Rahabi s'attend à une relance du processus politique    Le "ministère de la Santé n'a pas le pouvoir de prendre cette décision"    1.005 nouveaux cas et 19 décès    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les peines de tous les militants du Hirak confirmées en appel
Publié dans La Nouvelle République le 07 - 04 - 2019

Les 42 meneurs du mouvement de protestation du Hirak ayant agité en 2016-2017 la région marocaine du Rif (nord) ont vu leurs peines confirmées en appel vendredi par la Cour d'appel de Casablanca.
Le jugement qui confirme des peines allant jusqu'à 20 ans de prison a été accueilli par des cris de colère et des larmes par les familles des militants, réunies dans la salle d'audience après cinq heures de délibéré et quatre mois de procès.
«Vive le peuple», «Etat corrompu», «vive le Rif», a crié la foule à la sortie de la salle, tandis que des proches des prévenus s'effondraient en pleurs.
Jugé pour «complot visant à porter atteinte à la sécurité de l'Etat», Nasser Zefzafi, le leader du Hirak devra donc purger une peine de 20 ans de prison ferme, comme trois autres militants du noyau dur de la protestation. Les autres peines confirmées en appel vont de 1 à 15 ans de réclusion. Nasser Zefzafi, 39 ans s'était imposé comme le visage de la protestation avec ses discours contre l'Etat «corrompu» ou «l'arbitraire» du pouvoir. Il a boycotté son procès en appel, comme 37 autres prévenus en détention, en dénonçant un procès «politique». Le substitut du procureur avait requis d'alourdir en appel toutes les peines qui ne correspondaient pas au maximum prévu par le code pénal. Comme en première instance, les avocats de la défense ont refusé de plaider en demandant un procès «équitable».
Pendant les délibérations, plusieurs dizaines de personnes - des familles, des militants du Hirak ou des droits humains - avaient manifesté devant le tribunal sous une fine pluie pour demander la libération des «détenus politiques» et dénoncer un «Etat oppresseur». Lire aussi: Maroc/Hirak: appel à manifester le 20 février pour libérer les militants du mouvement populaire.
Les 42 militants du Hirak, un mouvement aux revendications sociales et économiques accusé de visées séparatistes par le pouvoir, étaient jugés en appel depuis novembre après avoir été condamnés en juin dernier. Les peines prononcées avaient suscité à l'époque des réactions d'incompréhension et d'indignation dans le royaume, ainsi que des manifestations appelant à leur amnistie ou à leur libération.
En réponse aux critiques, les autorités ont assuré que le processus judiciaire était en tout point conforme aux normes internationales, en soulignant que la justice était indépendante. La protestation populaire du Hirak a été déclenchée par la mort, en octobre 2016, d'un vendeur de poissons, broyé dans une benne à ordures en tentant de s'opposer à la saisie de sa marchandise, de l'espadon interdit à la pêche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.