Quatre cadres, dont l'ex-directeur des ressources en eau, placés en détention préventive pour corruption    Tahkout condamné à 16 ans de prison ferme    Annaba: installation de Madjid Aknouche à la tête de la sûreté de wilaya    Condoléances    Attar prendra part mercredi aux travaux de la 20e réunion du JMMC    Les précisions d'Air Algérie    Panique et inquiétude des clients    Une alternative familiale    Nouvelle offensive de Seat    Les avancées de Hyundai Trucks    23 clubs endettés, 14 interdits de recrutement    Le nouveau record du Real Madrid    Anthar Yahia conseille Benchaâ à l'ES Tunis    Le feu de forêt de Raouna maîtrisé    Coup d'épée dans l'eau    Le SG de la wilaya décède du coronavirus    Le directeur de l'hôpital n'a dû son salut qu'en sautant depuis la fenêtre de son bureau    10 décès et 527 nouveaux cas en 24 heures    Ces chiffres qui déroutent la population à Tizi Ouzou    Du débarquement des forces alliées en Algérie en 1942 et des dommages collatéraux causés aux populations autochtones    Jouer cartes sur table !    Au Cameroun, Alioum Moussa peint la fragilité du monde face au coronavirus    Une commission interministérielle chargée du suivi des projets de traitement des déchets    El Tarf : Les douaniers récupèrent des moutons en partance pour la Tunisie    Douanes : 27 inspections divisionnaires ciblées    Bouira : Le renforcement du réseau électrique contrarié    Un système numérique pour la traçabilité des mouvements de stocks    Maxime-Charles Keller de Schleitheim : L'incroyable destin d'un enfant déporté d'Algérie    Belaïd Lamara n'est plus : Disparition d'un militant des causes justes    Histoire. Le 14 juillet 1953 : La police abat 7 militants à Paris    Feu vert des pro-Haftar pour une intervention égyptienne: Risques d'embrasement en Libye    Dangereuses confluences régionales    Atalanta Bergame: Un redoutable poison offensif !    Déposée en mars: La demande d'adhésion de l'Algérie à la BERD approuvée    Le gouvernement maintient le cap, les syndicats sceptiques    La communauté internationale au chevet du Mali    Le cas Prince Ibara réglé    Sonatrach rassure Cherif El-Ouazzani    Les explications de Azzedine Arab    Une patrouille russo-turque visée par une explosion    La Jordanie renouvelle son rejet du plan d'annexion israélien    ...CULTURE EN BREF ......CULTURE EN BREF ...    "Numérique, diversité linguistique et culturelle" au cœur du 2e numéro    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ali Ghediri entame une grève de la faim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rejet de Bensalah à l'ordre du jour
Publié dans La Nouvelle République le 09 - 04 - 2019

Après 25 jours de vacances forcées, les étudiants marquent leur retour à l'université par une nouvelle sortie observée dans les rues de la capitale Alger et dans plusieurs autres wilayas du pays.
En plus de manifester comme ils le font chaque mardi, depuis plusieurs semaines contre le système politique, les étudiants ont clamé en bloc le rejet de la désignation du président du Conseil de la nation d'Abdelkader Bensalah, chef d'Etat par intérim pour une durée de 90 jours, en attendant d'organiser les élections présidentielles. Cette mobilisation a été surtout motivée par une sensation de frustration et de déception suite à la nomination de Bensalah à la tête de l'Etat alors que le peuple s'attendait à un scénario inverse. Démission d'Abdelkader Bensalah et désignation par le mouvement populaire de représentants indépendants pour guider la période transitoire, conformément aux articles 7 et 8 de la Constitution. Ce qui n'a pas été le cas. Depuis la démission de l'ex-Président Abdelaziz Bouteflika, il y a 8 jours et la constatation de la vacance définitive du poste du président de la République, le sentiment d'incertitude et d'inquiétude hante l'esprit des Algériens qui appréhendent un scénario violent et dramatique, maquillé par l'aspect pacifique de la mobilisation, tant saluée et louée par l'opinion internationale. Engagés et déterminés à poursuivre leur lutte dans le calme, les étudiants n'ont pas manqué de motivation ni d'audace en dépit d'une présence extraordinaire des forces de la police qui a envahi les rues de la capitale pour empêcher le mouvement de prospérer. Accompagnés des enseignants et du collectif des avocats, les étudiants sont sortis en force hier à Alger et dans plusieurs régions du pays. Des dizaines de milliers d'étudiants ont investi en grandes pompes les grandes places des villes du pays, en réaction à la désignation de Bensalah et pour confirmer leur résolution à provoquer un changement dans le pays et chasser les tenants du pouvoir. Considérant la désignation de Bensalah en tant que chef d'Etat comme une atteinte et un défi aux mouvements populaires, les étudiants ont envahi les rues et ont observé des rassemblements devant les sièges des wilayas de leur région. Contrairement aux marches précédentes organisées et menées dans le calme, celle d'hier a été marquée par le recours des forces de l'ordre à l'usage des canons à eau et des bombes lacrymogène visant à disperser et réprimer le mouvement des étudiants. Sans paniquer et verser dans la violence et l'anarchie, les étudiants entassés devant la Grande-Poste, à Alger et à la place Maurice Audin, ont continué à crier au départ de Bensalah et des restes du pouvoir. « Il faut innover dans la contestation et aller vers le débat public pour trouver des solutions à la crise», a martelé Nasser, qui s'est dit «choqué» par cette désignation de Bensalah comme chef d'Etat, ignorant plus de 7 semaines de manifestations populaires. Il n'était pas le seul à exprimer sa confusion, plusieurs autres étudiants «déçus» par cette nouvelle se disent «prêts à poursuivre leur lutte jusqu'au départ du système politique». «Désormais nous allons élire la rue notre lieu de contestation qui s'étalera sur tous les jours de la semaine. Le vendredi demeurera un symbole de la révolution populaire », signe Rami, noyé et emporté par le mouvement de la foule. En attente du vendredi, les étudiants appellent à sévir et envahir quotidiennement la rue pour protester contre «le mépris envers le peuple», a balancé Sarah, avocate qui a pris part au mouvement des étudiants aussitôt dans la journée. Samira Takharboucht

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.