ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le peuple appelle à l'activation des articles 7 et 8 de la Constitution»
Publié dans La Nouvelle République le 12 - 04 - 2019

Pour le 8ème vendredi consécutif, les Algériens sont sortis dans les rues de la capitale, Alger et dans plusieurs autres villes du pays pour réclamer la rupture avec le système politique. Le mouvement est en exacerbation depuis trois jours suite à la désignation d'Abdelkader Bensalah, à la tête de l'Etat. Depuis, les manifestants ne quittent pas la rue, même de nuit.
La journée d'hier a été marqué par une présence imposante des manifestants à Alger. Elle était forte en émotion. Les protestataires ont bravé les barrages de la gendarmerie qui a bloqué tous les axes routiers menant à la capitale. Une mesure sécuritaire pour ralentir et empêcher les contestataires d'autres wilayas de rejoindre ceux d'Alger. Une démarche préventive, selon certains. « Le temps n'est plus à la faveur du peuple, les sorties de vendredi deviennent une pause récréation. Il faut passer aux chose sérieuses. Il ne reste à peine 86 jours pour décider de notre sort politique », explique Rabah, juriste. Souciant de l'avenir de ses enfants qui l'accompagnaient chaque vendredi. Ils étaient arrivés à 8h00 à la grande poste. En quelques heures, une marée humaine a convergé vers ce lieu culte. La manifestation de ce vendredi 8 avril, est une continuité pour celle de la nuit d'avant. Depuis le 22 février, les protestations massives contre le pouvoir en place ne faiblissent pas, malgré les changements politiques opérés à l'initiative populaire. Des changements contestés en bloc par le peuple qui ne reconnait ni le nouveau gouvernement, ni Bensalah comme chef d'Etat, bien que cette solution réponde à une logique constitutionnelle avérée. Ce qui a motivé cette nouvelle sortie où les manifestants réclament l'activation des articles 7 et 8 de la Constitution, le reconnaissant comme unique source du pouvoir. « Depuis l'application de l'article 102 est un leurre. Les revendications du peuple ignorés », déclare Amir, jeune avocat, brandissant sa pancarte où l'on peut lire : « Un gouvernement illégitime, sans l'approbation du peuple pas de légitimité ». Des slogans que nous pouvions discerner sur la plupart des affiches brandies à cette occasion. Vers midi, Alger sature. La foule se densifie sous la pression des forces de l'ordres, mais avance fermement vers les escaliers de la grande poste assiégées depuis le matin par la police. Quelques minutes plus tard, ce bouclier se délie, libérant la place aux manifestants. Un geste salué par les protestataires. « Regardez le drapeau algérien, emblème de l'indépendance » criait une dame, dans la foule, rendant hommage, aux militaires décédés dans le crash d'avion survenu le 11 avril 2018 à Boufarik. « Nous sommes toujours en deuil. Nous avons perdu 257 enfants », ajoute-t-elle. C'est la journée de toutes les causes. 14h30, la tension monte d'un cran entre les manifestants et la police, à la placette Maurice Audin et de Tafourah. Du gaz lacrymogène et des jets d'eau ont été utilisés pour disperser les manifestants. Pour éviter des débordements, un collectif de jeunes appelait au calme. « Sylmia, pacifique, gardez votre sang froid, notre devise et le pacifisme », criait, un coordinateur. Peu à peu, le calme recouvre sa place. « Plusieurs personnes, surtout les jeunes, tentés de riposter », déplore-t-il. Voulant emprunter les boulevards menant vers le siège de la Présidence, la foule a été quadrillée. Tous les axes verrouillés. « Ces restrictions témoignent de la crainte du pouvoir », souligne, Kader, un syndicaliste qui exhorte, « à l'abandon de toute tentative de manipulation visant à déstabiliser le mouvement ». « Sentez la fraicheur de cette brise », dit Nadia, assise aux côtés d'autres personnes à rédiger leurs aspirations sur une tribune créée à la placette Maurice Audin. « Il flotte dans l'air un vent de liberté et de démocratie, mais le chemin est encore très long », ajoute-elle. Cette huitième journée de mobilisation a été marquée, également, par la présence de certaines personnalités publiques qui ont traversé la foule compacte, certains hués et d'autres salués. Les avis divergent, pour certains ces personnes portent sur leurs épaules tous les espoirs de ceux qui veulent voir partir le pouvoir, de ceux qui rêvent d'un futur meilleur tandis que pour d'autre ce ne sont que des opportunistes. « Le temps n'est plus en notre faveur, le peuple doit opter pour une solution politique en urgence, sinon nous irons à la dérive », commente, Nassim, cadre financier. 17h10, la foule se disperse, sans incident majeur. Mais, la détermination de revenir à la rue envahit l'esprit des manifestants. Samira Takharboucht

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.