Real : Le titre, Benzema y croit à mort    Chelsea : Tuchel attendu mardi à Londres    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Polémique FAF-FTF    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministre de l'Industrie dépose plainte contre l'Association des concessionnaires : L'automobile de la discorde    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    Le nouveau directeur de l'éducation installé    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Youcef Atal marque et se blesse    Nouvelle vague de gros procès en février    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retrait de confiance à Djamel Ould Abbès dans un climat électrique
Publié dans La Nouvelle République le 23 - 04 - 2019

La réunion du Comité central du Front de libération nationale (FLN), hier mardi au Palais des Congrès du Club des Pins pour l'élection d'un nouveau secrétaire général du parti, s'est ouverte dans un climat électrique avant d'être suspendue en raison de la pagaille qui y a régné, virant à une foire d'empoigne, bousculades, coups de poing et insultes.
Bien avant l'entame des travaux de cette session présidée par Mohamed Boumahdi en sa qualité de membre le plus âgé, des escarmouches ont éclaté entre militants et membres du comité central appartenant à différentes factions du parti, scindées en plusieurs groupes. A l'origine, croit-on savoir, la démission de Djamel Ould Abbès que certains membres jugent irrecevable, demandant plutôt le retrait de confiance, et la désignation, tel que, pourtant, prévue par les statuts, de Mohamed Boumahdi, comme président de séance. Une fois dans la salle des congrès, un calme précaire s'y était installé. Sitôt l'hymne national écouté, l'huissier de justice annonce que le quorum est atteint avec la présence de 347 membres et plus de 37 procurations, sur les 490 membres du CC. Les travaux devaient donc, naturellement, débuter avant que les escarmouches et des échanges verbaux reprennent entre des éléments qui sont dans la salle et ceux qui sont sur la tribune. Certains membres du comité central ont quitté la salle, choqués par ces scènes désolantes qui n'honorent assurément par leurs responsables alors que d'autres ont démissionné séance tenante. Reprenant la parole, Mohamed Boumahdi annonce que Djamel Ould Abbès, en sa qualité de secrétaire général du parti a adressé une lettre de démission aux membres du CC, à travers laquelle il demande le gel de sa qualité de membre du CC et s'excuse de ne pouvoir participer aux débats. Ce à quoi les membres du Comité central du FLN dont certains l'ont pointé d'un doigt accusateur pour être derrière cette réunion, ont rejeté cette démission décidant, plutôt de lui retirer leur confiance. Djamel Ould Abbès, au nom duquel l'autorisation de la tenue du Comité central a été délivrée, fait l'objet, rappelle-t-on, d'une enquête judiciaire. La justice vient de demander au Sénat la levée de son immunité parlementaire pour pouvoir l'interroger sur des malversations qui ont eu lieu lorsqu'il était en charge du ministère de la solidarité nationale. Une trentaine de candidats ont déposé leur candidature pour le poste de secrétaire général du FLN dont, à en croire une source proche de l'ex-parti unique, Said Bouhadja, Abdelhamdi Si Affif, Rachid Assas, Mustapha Mazouzi, Said Bendaida, Mohamed Djemaï, Fouad Sebouta, ancien journaliste de l'ENTV et ex-correspondant de la chaîne Al Hurra, et sénateur de Jijel, qui, croit-on savoir, a décidé, à la dernière minute de se retirer laissant place à, a-t-on observé, Mohamed Djemai. Depuis le début du mouvement populaire réclamant le changement du système, la crise qui secouait ce parti s'est aggravée. L'ex-parti unique déjà divisé en plusieurs groupes, était dans l'œil du cyclone. Récemment, des membres du Comité central ont observé un rassemblement devant le siège du parti à Hydra, pour réclamer la tenue, dans les plus brefs délais, d'une session extraordinaire du CC pour l'élection du secrétaire général du parti, poste demeuré vacant depuis la démission, il y a six mois, de Djamel Ould Abbès. Depuis la mise en place d'une instance dirigeante, dont la coordination a été confiée à Moad Bouchareb, qui assume également les fonctions de président de l'Assemblée populaire nationale (APN), les structures de direction de cette formation politique sont, de fait, gelées. Un des membres du CC, Lakhdar Mahious, a insisté sur la nécessité d'appliquer les statuts du parti et le règlement intérieur, particulièrement l'article 36 des statuts, qui prévoit les mesures à prendre en cas de vacance du poste de secrétaire général.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.