Proposition de sortie de crise    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    L'EN rejoint son camp de base au Caire    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Une bien triste leçon égyptienne    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    De l'éthique du personnel politique    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Témoin de plusieurs siècles d'histoire
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 05 - 2019

Le site antique de ''Kadiofala'' situé au nord-est de la ville de Ksar Sbihi dans la wilaya d'Oum El Bouaghi recèle d'innombrables vestiges faisant de cette région un véritable musée à ciel ouvert qui témoigne du passage de plusieurs civilisations.
Selon une gravure lapidaire découverte par les archéologues sur ce site, la cité Kadiofala dont le nom fait allusion à toute la région de Ksar Sbihi, doit son appellation à un cavalier byzantin du nom de "Brittianico Kadiofala ''. Reliquat de plusieurs siècles d'histoire, ce site archéologique dénote de toute la beauté de l'architecture antique à travers les vestiges d'une cité romaine et d'une citadelle byzantine, pouvant être appréciées à loisir par les visiteurs et autres passionnés du genre. Surplombant les montagnes et les terres agricoles de Ksar Sbihi, le site de Kadiofala se veut aussi une invitation à admirer toute la majesté de la nature, comme l'a affirmé sur place le jeune Raouf, rencontré par l'APS sur les lieux, qui avoue regretter l'absence de documents et autre guide de visite lui permettant d'attribuer un cadre historique à chaque vestige. Le jeune homme n'a également guère manqué de souligner le potentiel touristique de ce site émettant le souhait de voir la création infrastructures censées faire vive une meilleure expérience aux visiteurs de Kadiofala. Vers la classification du site de Kadiofala Les services de la direction de la culture de la wilaya d'Oum El Bouaghi, en collaboration avec le département local des biens culturels, planchent actuellement sur le dossier de classification du site de Kadiofala afin de le protéger de toute forme de menace , selon le directeur local du secteur, Ali Bezoualigh. "En raison des multiples civilisations qui s'y sont succédé le site de ''Kadiofala'' est l'un "des sites archéologiques les plus importants de la wilaya d'Oum el Bouaghi", a déclaré ce responsable, soulignant que sa gestion est pour l'heure du seul ressort du service des biens culturels de la wilaya. Il a par ailleurs expliqué que le service d'archéologie de la wilaya, qui relève de l'office national de gestion et d'exploitation des biens culturels (OGEBC) , a élaboré un dossier contentant toutes caractéristiques du site en vue de sa classification. Selon la responsable de ce service, Mme Meriem Kebailia "ce dossier sera prochainement soumis à un commission de wilaya intersectorielle, composée par la direction de la culture, du tourisme, du cadastre, et de la conservation des forêts, sous la houlette du wali". Ce dossier sera par la suite transféré soumis à l'approbation de la commission nationale de classification des biens culturels du ministère de la Culture, a-t-elle ajouté. Faisant l'objet d'une opération minutieuse d'inventaire, les ruines de la citadelle, les colonnes, les pierres tombales, les cercueils et autres artefacts réunis sur le site de Kadiofala sont autant de détails qui reflètent l'art de vivre dans l'antiquité et le génie de l'époque en matière d'architecture. "C'est dans le cadre de cette opération que l'OGEBC élabore une carte d'identité pour chaque objet archéologique en vue de l'inventorier dans son inventaire général numérique", a expliqué Mme Kebailia. "Faire l'inventaire des antiquités est une étape importante pour les protéger contre le vol et la contrebande" selon la même source qui a affirmé que grâce à cette opération il est possible de récupérer tout objet inventorié volé quand bien même s'il se trouvait au-delà du territoire national.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.