3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Témoin de plusieurs siècles d'histoire
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 05 - 2019

Le site antique de ''Kadiofala'' situé au nord-est de la ville de Ksar Sbihi dans la wilaya d'Oum El Bouaghi recèle d'innombrables vestiges faisant de cette région un véritable musée à ciel ouvert qui témoigne du passage de plusieurs civilisations.
Selon une gravure lapidaire découverte par les archéologues sur ce site, la cité Kadiofala dont le nom fait allusion à toute la région de Ksar Sbihi, doit son appellation à un cavalier byzantin du nom de "Brittianico Kadiofala ''. Reliquat de plusieurs siècles d'histoire, ce site archéologique dénote de toute la beauté de l'architecture antique à travers les vestiges d'une cité romaine et d'une citadelle byzantine, pouvant être appréciées à loisir par les visiteurs et autres passionnés du genre. Surplombant les montagnes et les terres agricoles de Ksar Sbihi, le site de Kadiofala se veut aussi une invitation à admirer toute la majesté de la nature, comme l'a affirmé sur place le jeune Raouf, rencontré par l'APS sur les lieux, qui avoue regretter l'absence de documents et autre guide de visite lui permettant d'attribuer un cadre historique à chaque vestige. Le jeune homme n'a également guère manqué de souligner le potentiel touristique de ce site émettant le souhait de voir la création infrastructures censées faire vive une meilleure expérience aux visiteurs de Kadiofala. Vers la classification du site de Kadiofala Les services de la direction de la culture de la wilaya d'Oum El Bouaghi, en collaboration avec le département local des biens culturels, planchent actuellement sur le dossier de classification du site de Kadiofala afin de le protéger de toute forme de menace , selon le directeur local du secteur, Ali Bezoualigh. "En raison des multiples civilisations qui s'y sont succédé le site de ''Kadiofala'' est l'un "des sites archéologiques les plus importants de la wilaya d'Oum el Bouaghi", a déclaré ce responsable, soulignant que sa gestion est pour l'heure du seul ressort du service des biens culturels de la wilaya. Il a par ailleurs expliqué que le service d'archéologie de la wilaya, qui relève de l'office national de gestion et d'exploitation des biens culturels (OGEBC) , a élaboré un dossier contentant toutes caractéristiques du site en vue de sa classification. Selon la responsable de ce service, Mme Meriem Kebailia "ce dossier sera prochainement soumis à un commission de wilaya intersectorielle, composée par la direction de la culture, du tourisme, du cadastre, et de la conservation des forêts, sous la houlette du wali". Ce dossier sera par la suite transféré soumis à l'approbation de la commission nationale de classification des biens culturels du ministère de la Culture, a-t-elle ajouté. Faisant l'objet d'une opération minutieuse d'inventaire, les ruines de la citadelle, les colonnes, les pierres tombales, les cercueils et autres artefacts réunis sur le site de Kadiofala sont autant de détails qui reflètent l'art de vivre dans l'antiquité et le génie de l'époque en matière d'architecture. "C'est dans le cadre de cette opération que l'OGEBC élabore une carte d'identité pour chaque objet archéologique en vue de l'inventorier dans son inventaire général numérique", a expliqué Mme Kebailia. "Faire l'inventaire des antiquités est une étape importante pour les protéger contre le vol et la contrebande" selon la même source qui a affirmé que grâce à cette opération il est possible de récupérer tout objet inventorié volé quand bien même s'il se trouvait au-delà du territoire national.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.