ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouveau prêt pour stimuler les projets
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 05 - 2019

Les citoyens algériens ayant déjà bénéficié du dispositif de l'Agence nationale de gestion du micro-crédit (Angem), peuvent désormais se contracter un nouveau prêt non remboursé, voilà une information qui va conforter les anciens sociétaires de cette agence.
Particulièrement ceux qui, malgré le bénéfice du premier crédit, n'ont pas réussi à faire décoller leur projet sérieusement, empêtrées qu'ils sont dans des difficultés financières, à cause de l'insuffisance de leurs fonds propres ou du crédit qui leur a été initialement octroyé. "Il est accordé aux citoyens ayant bénéficié d'un prêt au titre du micro-crédit, pour l'achat de matières premières et ayant déjà remboursé la totalité du montant du premier prêt :un nouveau prêt non rémunéré, au titre de l'achat de matières premières", précise ce nouveau décret, N°19-137 du 29 avril 2019, qui complète les dispositions du décret exécutif n° 04-15 du 22 janvier 2004, fixant les conditions et le niveau d'aide accordée aux bénéficiaires du micro-crédit. A l'écoute de ce qui se passe sur le terrain, la plupart des bénéficiaires du 1er crédit ANGEM ont éprouvé des difficultés pour rembourser les crédits. Pour d'autres, débloqués tardivement les sommes prêtées étaient devenues insuffisantes. Les délais de remboursement, trop courts, ne permettaient pas d'investir. Dans le pire des cas, cette fragilité financière a contraint certains d'entre-eux à la faillite d'où la plaidoirie entreprise en leur favori de cette même agence pour le zéro contentieux bancaire. « Que ce soit Angem ou les bénéficiaires, nous devons tirer les leçons de la première expérience vécue avec des erreurs dans la gestion des dossiers » a indiqué un de ces bénéficiaires. Il a souligné par ailleurs, la nécessité d'une plus grande synergie avec les entreprises concernées par ces prêts. Le nouveau décret du 29 avril 2019 comme celui n° 04-15 du 22 janvier 2004 semble être une démarche de sensibilisation à destinée à renforcer le rôle d'Angem et permettre à contribuer à l'accélération de la formation de tous les secteurs d'activités de l'économie. C'est d'ailleurs dans ce contexte qu'il est que le « …montant du prêt non rémunéré ne saurait dépasser 100.000 dinars, selon le texte. Toutefois, il peut atteindre 250.000 dinars au niveau des wilayas d'Adrar, de Béchar, de Tindouf, de Biskra, d'El Oued, de Ouargla, de Ghardaïa, de Laghouat, d'Illizi et de Tamanrasset. Le nouveau décret va davantage plus loin en précisant que les anciens bénéficiaires d'un micro-crédit peuvent avoir également un nouveau prêt non rémunéré, au titre de la création d'activités, destiné à l'acquisition de petits matériels et matières premières nécessaires au démarrage du projet, complétant l'apport personnel du bénéficiaire. Comme il est dit qu'il est alloué un prêt bancaire dont le montant non rémunéré est fixé à 29 % du coût global de l'activité, qui ne saurait dépasser 1 million de dinars. D'autres clients de Angem parlent de défis à relever et qui concerne la bonne gouvernance des projets lancés. D'autres parlent de Angem comme étant un catalyseur de projets structurants. La proposition tient de l'expérience acquise avec la matérialisation de la politique des micro-crédits ; Elle a connu des avancées notables. Néanmoins des imperfections étaient apparues.. Ce qui a imposé aux dirigeants de l'Angme de revoir leur copie avant d'arriver à cette nouvelle modalité consistant en un nouveau prêt non remboursé. A en croire la teneur du nouveau décret, Angem cherche à donner un autre souffle à sa politique de soutien au micro entreprises. C'est d'ailleurs dans ce cadre qu'elle accorde aux citoyens ayant bénéficié d'un prêt au titre du micro-crédit, pour l'achat de matières premières et ayant déjà remboursé la totalité du montant du premier prêt, :un nouveau prêt non rémunéré, au titre de l'achat de matières premières.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.