Le prix du masque ne "doit pas dépasser 15 dinars"    Débats sur fond de crise politico-sanitaire    Les "barques de la mort" reprennent du service    Axe central de la stratégiede déconfinement en Algérie ?    8 nouveaux décés, les contaminations en hausse    3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La wilaya interdit l'accès aux manifestants
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 05 - 2019

Quelques jours après la publication de son communiqué alertant sur le risque de l'effondrement des escaliers de la Grande Poste en raison du surpoids des manifestants, les services de la wilaya d'Alger ont procédé hier soir au quadrillage dudit lieu.
Par mesure de sécurité, le parvis sera fermé pour une durée encore indéterminée, et ce, jusqu'à l'achèvement des travaux de réaménagement et réhabilitation des escaliers, comme indiqué par la wilaya d'Alger. La fermeture de ce lieu de rassemblement d'où part la contestation populaire, notamment, le vendredi sera désormais inaccessible aux marcheurs qui devront trouver un autre perron pour se réunir. La décision a été prise après une expertise qui a certifié et affirmé le risque d'écroulement des escaliers de la Grande Poste qui n'arrivent plus à supporter le poids des manifestants qui se rassemblent régulièrement devant celle-ci. Ce qui a fragilisé l'infrastructure du parvis qui menace de s'écrouler si les services concernés ne réagissent pas à temps. Rappelant, à ce titre, la vétusté et la vulnérabilité de la structure qui date de l'époque coloniale, de plus en plus fragile en absence d'entretien. La première alerte contre le risque de l'effondrement de ces escaliers a été donnée il y a cinq jours par la wilaya d'Alger qui a averti les citoyens de cette menace et les a appelé à prendre des précautions; à commencer par observer leur sit-in ailleurs que sur ce perron. Par précaution, un important dispositif policier a barricadé la bâtisse lors du 13ème acte de la protestation populaire, empêchant ainsi les manifestants d'accéder au lieu emblématique de la lutte populaire. Ignorant cette alerte, les marcheurs ont brisé le bouclier de la police et se sont réapproprié la placette de la Grande Poste et les escaliers. Ce qui a incité, les services de la Wilaya d'Alger à procéder à la barricader et interdire ainsi l'accès jusqu'à l'achèvement des travaux de réhabilitation. Les agents de la wilaya achèvent l'opération de quadrillage quelques heures après le ftour, devant l'incompréhension des passants. Tout assemblement et concentration massive devant la Grande Poste seront refoulés. Réagissant à la fermeture des escaliers de la Grande Poste, certains passant n'hésitaient pas à se rapprocher des agents pour se renseigner sur cette nouvelle mesure, considérée par certaines personnes comme « une provocation ou une interdiction pour dissuader les manifestants ». «Je doute de l'authenticité de l'expertise », observe Ismael, déçu et agacé par cette mesure, estime que « cette décision vise à nuire au mouvement populaire. Ils tentent à nous barricader ». Un avis que partagent la majeure partie des passants qui s'arrêteraient pour prendre en photos l'opération de quadrillage et se précipitaient à publier l'information sur les réseaux sociaux. Tandis que certains avis semblent être plus sceptiques et craignent, réellement, le risque d'effondrement des escaliers vu le nombre important qu'elles supportent lors des mouvements de contestation. « Il est vrai que les marches de la Grande Poste peuvent s'effondrer, cependant, la prise de cette décision en cette conjoncture alimente le doute et la suspicion quant à la véracité des faits », explique Sohaib, qui habite à proximité de la Grande Poste. La wilaya d'Alger a tenté, tant bien que mal, d'expliquer son action à travers la publication de photos et la diffusion d'un reportage sur la télévision nationale mettant en avant l'état de santé du perron de la Grande poste. Ces explications interviennent pour rassurer l'opinion publique et répondre aux critiques. Reste à attendre la réaction des manifestants vendredi prochain, qui se sont habitués à cet espace perron.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.