Aïn Témouchent : Le flou entoure la centrale électrique de Terga    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Juventus : Ronaldo déterminant pour la signature de De Ligt ?    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Le coup de com de D. Trump    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Groupe F : Ghana-Bénin, aujourd'hui à 21h00: Les Black Stars à la recherche de leur passé    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    SDC-Sonelgaz de Tlemcen: Le président de la commission des marchés publics devant la justice    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Raison d'Etat    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Karim Ziani (Orléans) raccroche les crampons    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La wilaya interdit l'accès aux manifestants
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 05 - 2019

Quelques jours après la publication de son communiqué alertant sur le risque de l'effondrement des escaliers de la Grande Poste en raison du surpoids des manifestants, les services de la wilaya d'Alger ont procédé hier soir au quadrillage dudit lieu.
Par mesure de sécurité, le parvis sera fermé pour une durée encore indéterminée, et ce, jusqu'à l'achèvement des travaux de réaménagement et réhabilitation des escaliers, comme indiqué par la wilaya d'Alger. La fermeture de ce lieu de rassemblement d'où part la contestation populaire, notamment, le vendredi sera désormais inaccessible aux marcheurs qui devront trouver un autre perron pour se réunir. La décision a été prise après une expertise qui a certifié et affirmé le risque d'écroulement des escaliers de la Grande Poste qui n'arrivent plus à supporter le poids des manifestants qui se rassemblent régulièrement devant celle-ci. Ce qui a fragilisé l'infrastructure du parvis qui menace de s'écrouler si les services concernés ne réagissent pas à temps. Rappelant, à ce titre, la vétusté et la vulnérabilité de la structure qui date de l'époque coloniale, de plus en plus fragile en absence d'entretien. La première alerte contre le risque de l'effondrement de ces escaliers a été donnée il y a cinq jours par la wilaya d'Alger qui a averti les citoyens de cette menace et les a appelé à prendre des précautions; à commencer par observer leur sit-in ailleurs que sur ce perron. Par précaution, un important dispositif policier a barricadé la bâtisse lors du 13ème acte de la protestation populaire, empêchant ainsi les manifestants d'accéder au lieu emblématique de la lutte populaire. Ignorant cette alerte, les marcheurs ont brisé le bouclier de la police et se sont réapproprié la placette de la Grande Poste et les escaliers. Ce qui a incité, les services de la Wilaya d'Alger à procéder à la barricader et interdire ainsi l'accès jusqu'à l'achèvement des travaux de réhabilitation. Les agents de la wilaya achèvent l'opération de quadrillage quelques heures après le ftour, devant l'incompréhension des passants. Tout assemblement et concentration massive devant la Grande Poste seront refoulés. Réagissant à la fermeture des escaliers de la Grande Poste, certains passant n'hésitaient pas à se rapprocher des agents pour se renseigner sur cette nouvelle mesure, considérée par certaines personnes comme « une provocation ou une interdiction pour dissuader les manifestants ». «Je doute de l'authenticité de l'expertise », observe Ismael, déçu et agacé par cette mesure, estime que « cette décision vise à nuire au mouvement populaire. Ils tentent à nous barricader ». Un avis que partagent la majeure partie des passants qui s'arrêteraient pour prendre en photos l'opération de quadrillage et se précipitaient à publier l'information sur les réseaux sociaux. Tandis que certains avis semblent être plus sceptiques et craignent, réellement, le risque d'effondrement des escaliers vu le nombre important qu'elles supportent lors des mouvements de contestation. « Il est vrai que les marches de la Grande Poste peuvent s'effondrer, cependant, la prise de cette décision en cette conjoncture alimente le doute et la suspicion quant à la véracité des faits », explique Sohaib, qui habite à proximité de la Grande Poste. La wilaya d'Alger a tenté, tant bien que mal, d'expliquer son action à travers la publication de photos et la diffusion d'un reportage sur la télévision nationale mettant en avant l'état de santé du perron de la Grande poste. Ces explications interviennent pour rassurer l'opinion publique et répondre aux critiques. Reste à attendre la réaction des manifestants vendredi prochain, qui se sont habitués à cet espace perron.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.