Proposition de sortie de crise    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    L'EN rejoint son camp de base au Caire    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Une bien triste leçon égyptienne    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    De l'éthique du personnel politique    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Palme d'or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho
Publié dans La Nouvelle République le 26 - 05 - 2019

Pour la première fois, un réalisateur de la Corée du Sud a remporté la Palme d'or. « Parasite », de Bong Joon-ho, est le portrait acide d'une famille pauvre et sans scrupules.
La cinéaste franco-sénégalaise Mati Diop a reçu pour « Atlantique » le prestigieux Grand Prix du Festival. Le plus important rendez-vous de cinéma au monde s'est terminé ce samedi 25 mai au soir avec un palmarès à la hauteur de cette 72e édition, particulièrement riche et diversifiée, entre réalisateurs déjà doublement palmés et nouveaux arrivants, entre sujets de banlieue parisienne et province brésilienne. « Merci ! » Visiblement surpris de recevoir la Palme d'or, Bong Joon-ho a prononcé son premier mot en français. « Je n'imaginais pas un instant de remporter la Palme d'or. Je suis toujours très inspiré par le cinéma français. Je tiens à remercier Henri-Georges Clouzot [1907-1977] et Claude Chabrol [1930-2010]. J'étais un petit garçon assez fanatique du cinéma et c'est à partir de cet âge-là que j'ai décidé de devenir cinéaste.» Depuis la présentation de son film Parasite, Bong Joon-ho était déjà la coqueluche de cette 72e édition. Son portrait très original, à la fois sombre et cynique, d'une famille pauvre sans scrupules a conquis la Croisette. L'histoire raconte la vie de la famille Ki-taek, vivant en entresol, entre cafards et panne de Wifi, et sa rencontre avec la famille richissime Park. En décrochant un job pour donner des cours particuliers d'anglais chez la jeune fille des Park, le fils de la famille pauvre met un pied dans la porte d'un avenir prometteur. Commence alors un engrenage d'une violence inouïe montrant surtout la violence de la pauvreté. Le génie du cinéaste sud-coréen consiste à fusionner des genres contradictoires, comédie et film d'horreur, drame et thriller, et de surprendre les spectateurs en permanence avec des rebondissements à la fois dramatiques et loufoques. « Je trouve ça un peu fou », a réagi la Franco-Sénégalaise Mati Diop à l'annonce du Grand Prix pour son tout premier long métrage Atlantique. « J'ai terminé ce film à genoux, à Dakar. Je n'en reviens pas… » Avec Atlantique, la cinéaste de 36 ans, première réalisatrice d'origine africaine en compétition à Cannes, tient un plaidoyer à la fois poétique, politique et onirique appelant à ne pas baisser les bras face aux drames de l'émigration clandestine dans les pays africains. Elle a surtout innové avec une vision inédite et très féminine sur une jeunesse sénégalaise désespérée, prête à plutôt mourir qu'à rester au pays. Le Prix de l'interprétation masculine revient à l'acteur fétiche de Pedro Almodovar, Antonio Banderas, pour Douleur et Gloire. « Cela m'a pris 40 ans de venir ici à Cannes. Même si mon personnage s'appelle Salvador Mallo, ce n'est un mystère pour personne qu'il s'agit de Pedro Almodovar. Je le respecte, je l'admire, c'est mon mentor. Tout le monde pense qu'on vit sur un tapis rouge, mais on souffre aussi beaucoup. Et on a aussi des jours de gloire. Aujourd'hui, c'est ma journée de gloire ». Dans cette fiction autobiographique très poétique, le réalisateur espagnol raconte son enfance difficile dans la province de Valence, sa découverte du cinéma, sa relation particulière avec sa mère et ses soucis de santé, du lombago à la dépression. « Merci à Thierry Frémaux d'avoir eu l'audace de choisir ce film en compétition », a commenté Ladj Ly en recevant le prix du jurypour Les Misérables. « On est parti de rien, et aujourd'hui on se retrouve là, c'est beau. Notre seul ennemi, c'est la misère. Je dédie ce prix à tous les miséreux de France et d'ailleurs ». Avec Les Misérables, Ladj Ly a renouvelé avec brio le genre des films de banlieue, 24 ans après La Haine de Mathieu Kassovitz. Ladj Ly, « l'homme à la caméra », a filmé à son tour la violence et la misère, mais surtout les êtres humains dans un quartier difficile. Un prix du juryattribué ex aequo à Bacurau, des réalisateurs brésiliens Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles : « Nous sommes des ambassadeurs de la culture, on travaille pour la culture et c'est de cela qu'on a besoin au Brésil. » Les frères Luc et Jean-Pierre Dardenne ont accueilli leur prix de mise en scène pour Le jeune Ahmed avec les mots : « Ce film, on l'a conçu comme un hymne, une ode à la vie, à la différence, ce qui est aussi la vocation du cinéma ». Un portrait dense et dramatique d'un garçon de 13 ans qui est en train de se radicaliser et de plonger dans la terreur. Le prix d'interprétation féminine consacre Emily Beecham pour son incarnation à la fois « différente, singulière et multiple » d'Alice, une phytogénéticienne chevronnée et sans scrupules. Sur le point d'inventer dans son laboratoire une fleur révolutionnaire, cette mère célibataire offre à son fils Joe un exemplaire de cette plante rouge vermillon baptisée « Little Joe » qui procure à son propriétaire du bonheur. Très vite, Alice s'aperçoit qu'elle a créé un monstre et que son fils est également en train de lui échapper. La Caméra d'or pour le meilleur premier long métrage a été décernée par Rithy Panh à Cesar Diaz pour Nuestras Madres (Nos mères) en soulignant « sa grande force, son humilité, sa dignité et sa foi dans le cinéma. C'est la promesse du cinéma de demain. » Le réalisateur guatémaltèque raconte l'histoire d'Ernesto, un jeune anthropologue travaillant à l'identification des personnes disparues pendant les 36 ans de guerre civile. Très touché, le réalisateur a dédié son prix « aux 250 000 victimes guatémaltèques ». Et puis, 21 ans après la Palme d'or de Theo Angelopoulos, la Grèce a obtenu une autre Palme d'or, cette fois dans la catégorie du court métrage, La distance entre le ciel et nous. La réaction éberluée de Vasilis Kekatos : « Ce n'est pas une blague ? Je peux vraiment ramener le prix en Grèce ? »

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.