Relaxe pour Fodil Boumala    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    Seaal dans le viseur des pouvoirs publics    Les travailleurs de l'ETRHB veulent sauvegarder leur entreprise    "Les stocks des produits alimentaires ont atteint un niveau rassurant"    Que décidera Macron ?    Un sans-papiers algérien expulsé de France    Le Maroc commande 13 drones turcs, le régime rattrapé par la guerre au Sahara occidental    Conditions de détention "graves" des palestiniens dans les prisons israéliennes    L'AUTRE COUP BAS DE LA CAF    Derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    La mercuriale en roue libre    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    La musique algérienne orpheline de l'une de ses ambassadrices    Le greffon de la liberté    El-Menfi valorise le rôle de l'Algérie dans la sécurité et la stabilité de la Libye    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Saignée de capital humain    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    Europe - Les grands clubs lancent la «Super League»: L'UEFA promet des sanctions    FAF - Coupe de la Ligue: La hiérarchie sera-t-elle respectée ?    LE RAMADHAN A BON DOS    Algérie-France: Macron qualifie les propos de Djaâboub d'«inacceptables»    Le butin de la mémoire    Boumala victime de son paradoxe    Brèves    Une AGE à refaire    Le programme dévoilé    Révolution dans le football européen    Le baril fait du yoyo    Les chantiers de Khaldi    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    La Tunisie secouée par la pandémie    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Le dossier sera s'implifié    La dernière ligne droite    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    Le repère incontournable    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Affaire de corruption à l'EGT de Tipasa: Deux anciens DG condamnés à six ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Belle prestation de l'Ensemble hongrois «Source pure»
Publié dans La Nouvelle République le 28 - 05 - 2019

La scène du 20e Festival culturel européen en Algérie a accueilli, dimanche soir à Alger, l'Ensemble «Source pure», qui a ravivé devant un public relativement nombreux, chants et danses du patrimoine ancestral hongrois.
Présent à l'avant dernier soir du festival, l'Ensemble hongrois, «Source pure» a embarqué le public de la salle Ibn Zeydoun de l'Office Riad El Feth (Oref) dans un voyage à travers le temps, au cœur de la «paysannerie archaïque hongroise». Figures éminentes de la scène folklorique hongroise dans ses dimensions, artistique et de recherche ethnographique, Zoltan Szabo, musicien polyvalent, sa femme, Katalin Juhasz au chant et son fils Pal Havasréti, également multi-instrumentiste, ont séduit l'assistance dès leur entrée avec un répertoire de vieux chants de paysans et une panoplie d'instruments moyenâgeux. Vielle à roue (ancêtre des cordes), flûte, hautbois, coboz (proche du luth), cithare, violoncelle, guimbarde (lamelle actionnée avec les doigts et dont les vibrations finissent dans la cavité buccale qui sert de caisse de résonnance), tilinko (flûte folklorique), ocarina (petit instrument à vent ovoïde) et clarinette, figurent parmi les instruments utilisés. Près d'une vingtaine de pièces du Moyen âge, de différentes régions hongroises a été présenté au public, «Les mélodies des bergers» (Ouest du Danube), «Chants de l'Est du Danube» (aux influences roumaines), «Chant du Sud», «Mélodies pentatoniques», ainsi que des chansons sur le printemps, sur l'eau, ou encore sur la récolte du raisin (les vendanges), notamment. Le chant «Tristesse de l'hiver» (avec une pensée aux disparus) a été rendu avec une voix nue, dans les mêmes variations modales qu'un «achwiq» de Kabylie. Zoltan Szabo, accompagnait brillamment sa femme en doublant sa voix à travers une interprétation «diphonique», pendant que Pal Havasréti donnait la cadence en pinçant les cordes de son vieux violoncelle et en les frappant avec son archet. Des projections en noir et blanc, de vieilles photos et vidéos d'archives de différentes situations de vie des paysans hongrois, ont accompagné le trio le long de sa prestation, à l'instar du texte de la chanson «Dil del dulda», affiché sur l'écran et que le public, invité par les artistes, a chanté. A l'issue de la prestation, les artistes ont invité des spectateurs à monter sur scène pour leur montrer la tradition hongroise de la «Maison de la danse» et les initier à des exercices du pas de deux, sous l'impulsion de quelques airs de la «culture paysanne archaïque». La musique traditionnelle hongroise présente beaucoup de similitudes avec le patrimoine ancestral de plusieurs pays, dont l'Algérie qui a reçu la visite en 1913 du grand musicien et compositeur, Béla Bartok (1881-1945) dans la ville de Biskra, où il est resté près de cinq ans, collectionnant plusieurs de ses chants folkloriques qu'il a enregistré. Le 105e anniversaire du passage de ce grand compositeur dans la capitale des Zibans a été célébré en décembre 2018. En présence des ambassadeurs, de Hongrie en Algérie, Helga Katalin Pritz, et John O'Rourke, également chef de la délégation de l'Union européenne en Algérie, ainsi que les représentants de différentes missions diplomatiques, de plusieurs pays invités, accréditées à Alger, le public a savouré tous les moments du concert dans la délectation. Inauguré le 10 mai dernier, le 20e Festival culturel européen, animé par seize pays sous le slogan du «Vivre ensemble» à Alger, Béjaïa, Oran et Tizi Ouzou, prendra fin lundi, à la salle Ibn-Zeydoun de l'Office Riadh El Feth à Alger.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.